Bilell a fait le buzz en interpellant Manuel Valls lors de sa visite à Aulnay-sous-Bois. Vendredi 17 janvier, une réunion publique qu’il avait prévu dans le quartier du Gros saule a été annulée par la mairie. Il dénonce une censure.

Tout le monde se souvient de Billel, pas forcément de son prénom, mais de lui, le jeune homme avait interpellé le ministre de l’Intérieur lors de sa visite, le lundi 6 janvier, dans le quartier des Gros Saules à Aulnay-sous-Bois. Les caméras avait alors filmé l’échange qui commençait par cette phrase : « la prochaine fois ce serait bien de venir aussi avec le ministre de l’Emploi, Michel… Sapin, c’est ça? ». La vidéo a tourné en boucle dans les médias et sur Internet.

Ce conseiller commercial de 29 ans, a décidé de monter son association : l’Association des organisations des banlieues populaires de France. Pour le lancement et faire un débat sur la thématique de l’emploi, il avait prévu une réunion publique à l’antenne jeunesse de son quartier, invitant tous les candidats aux élections municipales de sa ville. Seulement, il apprend, le vendredi, à la dernière minute que sa réunion est annulée « à 16h30 on m’a appelé pour me dire que je n’aurai pas accès à la salle. On ne m’a donné aucun motif ». Une décision qu’il ne comprend pas, « le directeur de la salle m’a dit qu’il y avait un créneau de libre le vendredi de 19h à 21h et les affiches ont été collées depuis lundi ».

Billel décide de maintenir sa réunion et la tient, dehors à l’entrée de l’antenne jeunesse. Malgré le froid, les gens y assistent, une vingtaine de personnes peut être, des jeunes, des mères et pères de famille. Il prend la parole : « Je tiens à souligner que nous sommes ni un parti politique, ni de droite, ni du centre. On est pour Aulnay et on est pour le Gros saule. Je tiens aussi à dénoncer publiquement cette pratique anti-républicaine, anti-démocratique et nous notons que la jeunesse d’Aulnay-sous-Bois, et du Gros saule en l’occurrence, ne font pas parti des priorités du maire sortant [Gérard Segura, maire PS depuis 2008] ».

Contacté, le cabinet du maire affirme que la réunion « ne posait aucun problème » et évoque un problème administratif à savoir que la salle n’a pas été réservée. « Il n’y a aucune interdiction, ce n’est absolument pas volontaire » explique-t-on et d’ajouter « c’est dans une antenne jeunesse qui ferme à 19h » et que les gardiens n’avait pas été prévenus.

Imane Youssfi

Articles liés

  • À Aubervilliers, la NUPES se rassemble « pour l’histoire »

    La NUPES - Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale - s'est lancée officiellement à Aubervilliers. Après des jours de négociations médiatisées, les partis de gauche se sont réunis samedi 7 mai en Seine-Saint-Denis pour lancer officiellement la campagne des législatives avec lesquelles ils et elles espèrent transformer l'essai de Mélenchon à la présidentielle. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 08/05/2022
  • Législatives vues des quartiers : l’union et maintenant quoi ?

    Alors que La France Insoumise mène les négociations pour finir l'union de la gauche avec le Parti Socialiste, après les communistes et les écologistes, dans les quartiers le sentiment paraît mitigé. Entre la possibilité de voir la gauche s'imposer aux législatives et la mise à prix des circonscriptions populaires, au grand dam de certains élus de terrain. Décryptage.

    Par Jalalle Essalhi
    Le 05/05/2022
  • Dans le XIXème, on a voté Macron à « contre-cœur »

    Fief Mélenchoniste au premier tour, le XIXème arrondissement a finalement voté à 85,85 % pour Emmanuel Macron au second tour. C’est d’ailleurs à Paris, que le Président réélu réalise ses meilleurs scores. Kamélia Ouaissa est allé à la rencontre des électeurs, souvent coincés entre devoir et amertume. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 26/04/2022