Bilell a fait le buzz en interpellant Manuel Valls lors de sa visite à Aulnay-sous-Bois. Vendredi 17 janvier, une réunion publique qu’il avait prévu dans le quartier du Gros saule a été annulée par la mairie. Il dénonce une censure.

Tout le monde se souvient de Billel, pas forcément de son prénom, mais de lui, le jeune homme avait interpellé le ministre de l’Intérieur lors de sa visite, le lundi 6 janvier, dans le quartier des Gros Saules à Aulnay-sous-Bois. Les caméras avait alors filmé l’échange qui commençait par cette phrase : « la prochaine fois ce serait bien de venir aussi avec le ministre de l’Emploi, Michel… Sapin, c’est ça? ». La vidéo a tourné en boucle dans les médias et sur Internet.

Ce conseiller commercial de 29 ans, a décidé de monter son association : l’Association des organisations des banlieues populaires de France. Pour le lancement et faire un débat sur la thématique de l’emploi, il avait prévu une réunion publique à l’antenne jeunesse de son quartier, invitant tous les candidats aux élections municipales de sa ville. Seulement, il apprend, le vendredi, à la dernière minute que sa réunion est annulée « à 16h30 on m’a appelé pour me dire que je n’aurai pas accès à la salle. On ne m’a donné aucun motif ». Une décision qu’il ne comprend pas, « le directeur de la salle m’a dit qu’il y avait un créneau de libre le vendredi de 19h à 21h et les affiches ont été collées depuis lundi ».

Billel décide de maintenir sa réunion et la tient, dehors à l’entrée de l’antenne jeunesse. Malgré le froid, les gens y assistent, une vingtaine de personnes peut être, des jeunes, des mères et pères de famille. Il prend la parole : « Je tiens à souligner que nous sommes ni un parti politique, ni de droite, ni du centre. On est pour Aulnay et on est pour le Gros saule. Je tiens aussi à dénoncer publiquement cette pratique anti-républicaine, anti-démocratique et nous notons que la jeunesse d’Aulnay-sous-Bois, et du Gros saule en l’occurrence, ne font pas parti des priorités du maire sortant [Gérard Segura, maire PS depuis 2008] ».

Contacté, le cabinet du maire affirme que la réunion « ne posait aucun problème » et évoque un problème administratif à savoir que la salle n’a pas été réservée. « Il n’y a aucune interdiction, ce n’est absolument pas volontaire » explique-t-on et d’ajouter « c’est dans une antenne jeunesse qui ferme à 19h » et que les gardiens n’avait pas été prévenus.

Imane Youssfi

Articles liés

  • Frédérique Matonti : « La pensée réactionnaire est le produit d’une panique morale »

    A l’occasion de la sortie de son livre «comment sommes-nous devenus réacs?», la politiste Frédérique Matonti revient sur la progression de l’idéologie réactionnaire, de sa naissance dans les années 1980, à son triomphe actuel sur les chaînes d’information en continu. Entretien.

    Par Yunnes Abzouz
    Le 16/11/2021
  • Quand Laïreche raconte Ruffin

    Ces derniers temps, Rachid Laïreche nous offrait un peu moins de ces fameuses "info Rachid" sur Twitter, des petits indiscrets sur le monde politique qui montrent comment le journaliste de Libération raconte la gauche actuelle comme personne. On a compris ce qui se tramait quand on a appris la sortie de "La revanche des bouseux" (les Arènes), un portrait du député François Ruffin.

    Par Latifa Oulkhouir
    Le 29/10/2021
  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021