Benoît Hamon a annoncé quitter le Parti socialiste et créer son nouveau mouvement politique. Critiques envers la politique initiée par le gouvernement, railleries envers ses anciens camarades qui ont rejoint les rangs macronistes, dessin d’un nouvel avenir pour une partie de la gauche, l’ancien candidat à la présidentielle veut montrer que l’opposition doit compter sur lui et ses partisans. 

Sur la pelouse parisienne de Reuilly, une odeur de viande grillée et de frites titille les narines des spectateurs. 11 000 personnes sont debout devant une scène et un écran géant à attendre l’allocution de Benoît Hamon. Ce samedi, l’ancien candidat du Parti socialiste à la présidentielle a lancé son propre mouvement et a lâché une petite bombe politique : « Je quitte le parti ». Après 30 ans de services, l’apparatchik socialiste, pur produit du parti politique décidae enfin de prendre son envol. Il était temps diront certains, tant ses prises de distance avec le parti étaient devenues nombreuses, tant aussi la fracture entre nombreux de ses électeurs et le PS d’aujourd’hui était devenue béante. Le Mouvement du 1er juillet naît donc.

Durant son meeting, c’est un Benoît Hamon revigoré et déterminé qu’on a entendu sur scène. Faisant référence aux figures emblématiques du Parti socialiste, comme Léon Blum, Michel Rocard ou le grand Jaurès dont il dit souhaiter appliquer sa vision de la « République sociale », l’ancien candidat à la présidentielle a multiplié les critiques à l’encontre de la politique d’Emmanuel Macron et du gouvernement d’Édouard Philippe. Avec quatre membres du gouvernement en eaux troubles avec la justice, Benoît Hamon déplore une politique peu fiable, voire invraisemblable, notamment autour des réformes sur le travail alors que la jeunesse française subit la précarité. Pour Hamon, c’est une hérésie ! Non sans une pointe de sarcasme, porté par les rires de la foule, il a élargi la liste de ses déceptions envers d’anciens camarades qui selon lui semblaient être des porteurs de l’étiquette socialiste n’ayant pas hésité à tourner les talons. S’en sont suivis des commentaires sur l’actualité politique disant son horreur face à la présence de 7 députés FN à l’Assemblée, jugeant anormale l’invitation de Donald Trump au défilé du 14 juillet.

« Refaire la Gauche pour être plus cohérents »

L’ancien adhérent du Parti socialiste énumère ses idées pour son nouveau mouvement qui selon lui, répond de manière exacte à ce que devrait être une démocratie pleine et entière. Benoît Hamon se considérant comme « écosocialiste » met un point d’honneur à parler écologie défendant fermement la cause animale. Il aborde également des problématiques liées à la santé. Il ouvre le volet social sur la précarité chez les jeunes, s’indigne face aux maltraitances perpétrées contre les migrants – souvenez-vous d’ailleurs de la lettre ouverte et le pétition au Président initiée par le Bondy Blog signée par 27 000 personnes dont plusieurs personnalités. Benoît Hamon a également insisté sur la lutte contre l’évasion fiscale.

Là en plein milieu de la scène, d’une voix forte Benoît Hamon rassure ses partisans. Ne pouvant s’empêcher d’ironiser sur son ancien confrère et actuel Président Emmanuel Macron. « Emmanuel Macron c’est un Sarkozy décomplexé », lance-t-il entre rires et huées de la foule. Au flou politique, au parti sans parti, Benoît Hamon dit non : « Nous partons peut-être plus légers, moins nombreux, mais nous partons plus cohérents et plus robustes ».

Mais pas question de tout jeter à la poubelle lorsqu’il déclare ne pas vouloir « divorcer du parti socialiste, mais rompre avec la 5ème République ». Une prise de parole accompagnée de nombreux cris de joie des 11 000 personnes venues voir ce qui pourrait s’apparenter pour certains à la renaissance d’une partie de la gauche galvanisés par les nombreuses référence à la Grèce antique utilisés par Benoît Hamon dans son discours.

Quel avenir pour ce mouvement dans les prochains mois ? Benoît Hamon va-t-il réussir le pari de faire adhérer les déçus du PS, celles et ceux qui se sont sentis trahis ces dernières années ? Son seul mandat de conseiller régional d’Île-de-France va-t-il suffire à à réunir autour de lui ? Va-t-il faire de son nouveau mouvement une force d’opposition à la politique du gouvernement alors que la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon souhaite l’incarner notamment à l’Assemblée ? Sans compter sur ses camarades et femmes socialistes Martine Aubry, Anne Hidalgo et Christiane Taubira qui ont, elles aussi, lancé leur propre mouvement « Dès demain ». L’actualité politique des toutes prochaines semaines avec les réformes sur le travail devraient donner un début de réponse.

Ferial LATRECHE

Crédit photo : Antoine Garanto

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021