Bertrand Delanöe a souhaité faire une escale à Bogota après le sommet des maires du Monde qui se tenait à Quito, en Equateur. Samedi matin, après une rencontre avec le président colombien, Alvaro Uribe, Bertrand Delanoë s’est rendu à l’ambassade de France pour rencontrer les Français de Colombie mais aussi les familles des otages.  Bertrand Delanoë s’est également rendu dans l’après- midi à Radio Caracol (Cadena Radial Colombiana) créée en 1948, principale radio de Colombie dans l’émission « La Voix des otages » (Voces del secuestro), animée depuis 1994 par Herbin HOYOS, un ancien otage de la guérilla pendant quelques semaines.

Il est bien rare aujourd’hui qu’un maire français, qui plus est militant socialiste se déplace en Amérique latine et surtout en Colombie… trop dangereux. Mais la sensibilité du Maire de Paris pour les pays du Sud est bien connue et il démontre bien pour le coup qu’il n’est pas venu parader pour les caméras. Nous étions seulement deux journalistes.

Alors que la quasi-totalité de nos hommes politiques appuient la politique américaine au Moyen Orient en se félicitant de soutenir l’Oncle Sam dans son combat contre le terrorisme, le maire de Paris revoit ses fondamentaux socialistes avec les dirigeants latino-américains. Le tout accompagné par des accords de coopération.

Quant à l’avenir politique d’Ingrid Bétancourt, Bertrand Delanoë ne s’est pas exprimé, il a seulement souligné que le rôle de Paris est de soutenir les droits de l’homme partout  dans le monde où ils seraient bafoués. Il a  aussi rappelé que s’il a maintenu sa visite en Colombie, c’est aussi parce qu’il faut continuer à soutenir les familles des otages.

Bertrand Delanoë n’a pas oublié qu’il est militant socialiste. Même si la comparaison n’est pas d’actualité, il est bon de se souvenir que lorsque François Mitterrand a pris la tête du Parti Socialiste au début des années 70, il s’est empressé d’aller au Chili rendre visite à Salvador Allende. A ce moment, l’Amérique latine vivait une expérience unique, l’Unité Populaire.

Aujourd’hui, le Maire de Paris rappelle discrètement à ses camarades socialistes qu’au Brésil l’expérience de Lula vaut la peine d’être regardée avec attention, surtout quand on est progressiste… de gauche.  Quoiqu’il en soit les ami(e)s du maire de Paris sont l’exemple même des évolutions démocratiques en Amérique latine. Il  a d’ailleurs insisté sur sa sensibilité en rappelant son attachement au président brésilien ou encore au bolivien Evo Morales.

Même si l’Amérique latine n’est pas l’épicentre de la géopolitique mondiale, le maire de Paris a semble-t-il compris que ce continent est un exemple en matière d’expériences politiques. Peut-être organisera-t-il un voyage d’étude pour ses camarades socialistes en mal de gauche ?

En tous les cas, après le voyage de Bertrand Delanoë, les dirigeants latino-américains se sentiront moins seuls face au géant américain.

Manuel Ardilès

Manuel Ardilès

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021