Bertrand Delanöe a souhaité faire une escale à Bogota après le sommet des maires du Monde qui se tenait à Quito, en Equateur. Samedi matin, après une rencontre avec le président colombien, Alvaro Uribe, Bertrand Delanoë s’est rendu à l’ambassade de France pour rencontrer les Français de Colombie mais aussi les familles des otages.  Bertrand Delanoë s’est également rendu dans l’après- midi à Radio Caracol (Cadena Radial Colombiana) créée en 1948, principale radio de Colombie dans l’émission « La Voix des otages » (Voces del secuestro), animée depuis 1994 par Herbin HOYOS, un ancien otage de la guérilla pendant quelques semaines.

Il est bien rare aujourd’hui qu’un maire français, qui plus est militant socialiste se déplace en Amérique latine et surtout en Colombie… trop dangereux. Mais la sensibilité du Maire de Paris pour les pays du Sud est bien connue et il démontre bien pour le coup qu’il n’est pas venu parader pour les caméras. Nous étions seulement deux journalistes.

Alors que la quasi-totalité de nos hommes politiques appuient la politique américaine au Moyen Orient en se félicitant de soutenir l’Oncle Sam dans son combat contre le terrorisme, le maire de Paris revoit ses fondamentaux socialistes avec les dirigeants latino-américains. Le tout accompagné par des accords de coopération.

Quant à l’avenir politique d’Ingrid Bétancourt, Bertrand Delanoë ne s’est pas exprimé, il a seulement souligné que le rôle de Paris est de soutenir les droits de l’homme partout  dans le monde où ils seraient bafoués. Il a  aussi rappelé que s’il a maintenu sa visite en Colombie, c’est aussi parce qu’il faut continuer à soutenir les familles des otages.

Bertrand Delanoë n’a pas oublié qu’il est militant socialiste. Même si la comparaison n’est pas d’actualité, il est bon de se souvenir que lorsque François Mitterrand a pris la tête du Parti Socialiste au début des années 70, il s’est empressé d’aller au Chili rendre visite à Salvador Allende. A ce moment, l’Amérique latine vivait une expérience unique, l’Unité Populaire.

Aujourd’hui, le Maire de Paris rappelle discrètement à ses camarades socialistes qu’au Brésil l’expérience de Lula vaut la peine d’être regardée avec attention, surtout quand on est progressiste… de gauche.  Quoiqu’il en soit les ami(e)s du maire de Paris sont l’exemple même des évolutions démocratiques en Amérique latine. Il  a d’ailleurs insisté sur sa sensibilité en rappelant son attachement au président brésilien ou encore au bolivien Evo Morales.

Même si l’Amérique latine n’est pas l’épicentre de la géopolitique mondiale, le maire de Paris a semble-t-il compris que ce continent est un exemple en matière d’expériences politiques. Peut-être organisera-t-il un voyage d’étude pour ses camarades socialistes en mal de gauche ?

En tous les cas, après le voyage de Bertrand Delanoë, les dirigeants latino-américains se sentiront moins seuls face au géant américain.

Manuel Ardilès

Manuel Ardilès

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021