Souvent, chez nos chers jeunes de quartiers, la politique se limite aux noms de Sarkozy, Royal et Le Pen. Alors quand, boum, on bouscule les choses et parle de « Besancenot », les yeux se plissent. Certains avouent rapidement ne « rien connaître à la politique ». D’autres, plus curieux, sont impatients de découvir la personnalité de cet homme. On leur fait donc un topo. Enfin, il y a ceux à la pointe de l’actu. Ils sont rares.

Dihiya, 16 ans, cheveux tressés, des yeux bleus perçants. La jeune fille habite Saint-Denis, elle est en première littéraire. Le matin, Dihiya écoute France Culture et le week-end, elle regarde « Ripostes » sur France 5. Dimanche dernier, l’invité était Olivier Besancenot. Pour elle, « il est clair, contrairement à d’autres hommes politique ». Et puis, si pour Noel 2009 elle recevait une carte électorale avant l’heure, elle « voterait pour lui sans aucune hésitation ». Le dirigeant du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) aurait alors trouvé une électrice. « J’estime, continue-t-elle, que la nouvelle génération est obligée de se préoccuper de l’écologie », l’un des piliers du programme du NPA. « Les gens le connaissent peu ici, il n’est pas assez médiatisé et on n’est pas assez informé », affirme Dihiya.

Thibault, jeune homme à lunettes, estime qu’Olivier Besancenot « est le meilleur de tous les gauchistes puisqu’il arrive à amasser les foules ». Les derniers chiffres l’attestent : déjà 9000 adhérents pour le nouveau parti ! Thibault avoue avoir un esprit « plus à droite » et pour lui, le jeune candidat de la défunte LCR à la présidentielle de 2007 et probable candidat du NPA à celle de 2012, est « trop communiste ». Et puis, « le capitalisme, ça sert », ajoute-t-il, l’air sérieux.

Avec son jeune âge, ses nombreuses prises de position, son vocabulaire sec et abordable (par rapport à Sarkozy expliquant la crise économique), Besancenot devrait, pense-t-on, avoir une cote de popularité dépassant les 70% dans les quartiers. Malheureusement pour ceux qui le soutiennent, ce n’est pas vraiment le cas. « Il est dans le rêve et me rappelle la maison de Mickey », ironise Inès. Habitante d’Aubervilliers, Inès déclare, du haut de ses 17 ans, que « les projets de Besancenot ne sont pas réalisables ».

Qui replantera l’olivier ?, demande Wallen dans l’un des ses tubes. Besancenot, pardi ! Il dissout la LCR, crée le NPA et compte sur les adhésions pour mesurer « l’envie de changement » des Français. Il veut constituer « un front anti-Sarkozy » et se hisser comme le principal opposant au gouvernement. Le postier de Neuilly a tout, a priori, pour séduire les jeunots de banlieue : des avis pro-palestiniens en veux-tu en voilà et des rapports étroits avec certains rappeurs de la « zone ». Mais qu’on se le dise une bonne fois pour toutes ! C’est plus qu’un agité de circonstance qu’attendent les habitants des cités.

Mehdi Meklat et Badroudine Said Abdallah

mehdi_et_badroudine

Articles liés

  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021
  • Dégoutée, la jeunesse communiste lâche-t-elle Fabien Roussel ?

    Une partie des jeunes militant·e·s du PCF, des JC (Jeunes Communistes) et de l’UEC (Union des Etudiant·e·s Communistes) se sentent trahi·e·s par les dernières sorties médiatiques du candidat du parti Fabien Roussel. Des ruptures déjà ancrées sur des enjeux de société semblent aussi se consolider, dans un choc de génération. Témoignages.

    Par Anissa Rami
    Le 15/09/2021