Souvent, chez nos chers jeunes de quartiers, la politique se limite aux noms de Sarkozy, Royal et Le Pen. Alors quand, boum, on bouscule les choses et parle de « Besancenot », les yeux se plissent. Certains avouent rapidement ne « rien connaître à la politique ». D’autres, plus curieux, sont impatients de découvir la personnalité de cet homme. On leur fait donc un topo. Enfin, il y a ceux à la pointe de l’actu. Ils sont rares.

Dihiya, 16 ans, cheveux tressés, des yeux bleus perçants. La jeune fille habite Saint-Denis, elle est en première littéraire. Le matin, Dihiya écoute France Culture et le week-end, elle regarde « Ripostes » sur France 5. Dimanche dernier, l’invité était Olivier Besancenot. Pour elle, « il est clair, contrairement à d’autres hommes politique ». Et puis, si pour Noel 2009 elle recevait une carte électorale avant l’heure, elle « voterait pour lui sans aucune hésitation ». Le dirigeant du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) aurait alors trouvé une électrice. « J’estime, continue-t-elle, que la nouvelle génération est obligée de se préoccuper de l’écologie », l’un des piliers du programme du NPA. « Les gens le connaissent peu ici, il n’est pas assez médiatisé et on n’est pas assez informé », affirme Dihiya.

Thibault, jeune homme à lunettes, estime qu’Olivier Besancenot « est le meilleur de tous les gauchistes puisqu’il arrive à amasser les foules ». Les derniers chiffres l’attestent : déjà 9000 adhérents pour le nouveau parti ! Thibault avoue avoir un esprit « plus à droite » et pour lui, le jeune candidat de la défunte LCR à la présidentielle de 2007 et probable candidat du NPA à celle de 2012, est « trop communiste ». Et puis, « le capitalisme, ça sert », ajoute-t-il, l’air sérieux.

Avec son jeune âge, ses nombreuses prises de position, son vocabulaire sec et abordable (par rapport à Sarkozy expliquant la crise économique), Besancenot devrait, pense-t-on, avoir une cote de popularité dépassant les 70% dans les quartiers. Malheureusement pour ceux qui le soutiennent, ce n’est pas vraiment le cas. « Il est dans le rêve et me rappelle la maison de Mickey », ironise Inès. Habitante d’Aubervilliers, Inès déclare, du haut de ses 17 ans, que « les projets de Besancenot ne sont pas réalisables ».

Qui replantera l’olivier ?, demande Wallen dans l’un des ses tubes. Besancenot, pardi ! Il dissout la LCR, crée le NPA et compte sur les adhésions pour mesurer « l’envie de changement » des Français. Il veut constituer « un front anti-Sarkozy » et se hisser comme le principal opposant au gouvernement. Le postier de Neuilly a tout, a priori, pour séduire les jeunots de banlieue : des avis pro-palestiniens en veux-tu en voilà et des rapports étroits avec certains rappeurs de la « zone ». Mais qu’on se le dise une bonne fois pour toutes ! C’est plus qu’un agité de circonstance qu’attendent les habitants des cités.

Mehdi Meklat et Badroudine Said Abdallah

mehdi_et_badroudine

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021