SOIRÉE ÉLECTORALE. Perdue par la droite en 2008, la mairie d’Aulnay-sous-Bois est peut-être en passe d’être récupérée par l’UMP. Dimanche soir, les résultats du premier tour ont placé Bruno Beschizza en tête, suivi par le maire socialiste sortant, Gérard Segura.

Peu avant minuit, le maire d’Aulnay Gérard Segura (PS) annonce les résultats provisoires à l’hôtel de ville. C’est le candidat investi par l’UMP, Bruno Beschizza qui arrive en tête avec 41,29 %,  suivi par le maire sortant, Gérard Segura qui récolte 26, 67%. L’UDI, représenté par Jacques Chaussat occupe la troisième place de ce scrutin avec 14,36 %. Pour le reste il en sera de  9,13 %,  pour Alain Amedro Moktar (EELV), 5,43 % des suffrages pour Moktar Farhat avec sa liste Aulnay vers le haut (sans étiquette). L’extrême-gauche aulnaysienne se voit attribuer un peu plus de 3% (1,84 %, pour Marc Darsy  de Lutte ouvrière et 1,28% Michel Lefebvre et sa liste Unité et résistance). L’abstention a elle aussi fait des ravages à Aulnay-sous-Bois, avec 48,8%, la véritable vainqueur de ce premier scrutin.

Vers une alliance UMP-UDI

« Un maire sortant qui fait 26 %  c’est un désaveux total. » Bruno Beschizza ne cache pas son enthousiasme pour le premier tour. « Le très bon score que les Aulnaysiens m’ont donné veut dire que je suis le seul candidat capable de réparer ce qu’à fait Gérard Segura pendant six ans ». Lundi 24 mars, le candidat UMP évoquait des « discussions avec l’UDI » pour le second tour. Ce ralliement de l’UDI a été confirmé par l’intéressé lui-même plus tard dans la soirée.

Chez les Verts, l’heure est aussi à l’enthousiasme, « c’est vraiment un beau score, se félicite Alain Amedro, on a fait une belle campagne ». Pas d’alliance en vue pour le candidat EELV, « on ne fera pas d’appel à voter pour qui que ce soit, chacun appréciera les candidats présents au second tour. C’est aux Aulnaysiens de faire leur choix ». La liste Aulnay vers le haut menée par Moktar Farhat n’appelle pas non plus à une alliance,  » aucune consigne de vote n’est donnée pour le second tour. Nos électeurs sont libres et feront le choix qui leur semble le plus juste. »

Les réactions sont beaucoup plus contrastées pour la population aulnaysienne. C’est le cas de Samir, habitant des quartiers Nord : « Du moment que le maire actuel part, c’est l’essentiel ! » Pour autant, le jeune homme refuse de voter UMP :  » Je ne me vois pas voter pour Bruno Beschizza, je voterai blanc. On s’est fait trahir une fois, pas deux fois… »

Dans un communiqué de presse, Gérard Segura en appel au rassemblement de la gauche et de tous les démocrates pour le second tour, « nous lançons un appel à tous nos concitoyens pour que dimanche prochain, au-delà des clivages partisans, les valeurs de fraternité, de solidarité et de dialogue soient les vraies gagnantes du scrutin« . Le second tour du 30 mars prochain verra alors Gérard Segura face à Bruno Beschizza. Le taux d’abstention risque lui aussi de s’inviter dans les résultats.

Imane Youssfi

Articles liés

  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021
  • Dégoutée, la jeunesse communiste lâche-t-elle Fabien Roussel ?

    Une partie des jeunes militant·e·s du PCF, des JC (Jeunes Communistes) et de l’UEC (Union des Etudiant·e·s Communistes) se sentent trahi·e·s par les dernières sorties médiatiques du candidat du parti Fabien Roussel. Des ruptures déjà ancrées sur des enjeux de société semblent aussi se consolider, dans un choc de génération. Témoignages.

    Par Anissa Rami
    Le 15/09/2021