Mercredi 30 septembre aura lieu le grand match que tout le monde attend : Real de Madrid contre Olympique de Marseille, dans le grand stade de Santiago Bernabeu. Au même moment, dans une ambiance, qui sait, tout aussi palpitante, un autre match se tiendra à Nanterre : la Nouvelle pme et le Bondy Blog recevront Jean-Paul Huchon. Après Rachida Dati et Benoît Hamon dans le cadre de la campagne des élections européennes, c’est au tour du président du Conseil régional d’Ile-de-France, chef de file de la liste socialiste au prochain scrutin régional de mars 2010, de passer sur le grill des entrepreneurs aux dents longues, issue des quartiers.

« Il faut poser des questions, mais il faut aussi être force de proposition, afin de démontrer notre crédibilité », affirme Yacine Djaziri (photo : 3e en partant de la droite), président du comité d’orientation de la Nouvelle pme et patron de la société Azro, spécialisée dans le bâtiment. « Il est nécessaire d’avoir des réponses précises à nos questions. Eviter qu’on nous embarque dans des discours convenus », martèle-t-il, lors d’une réunion préparatoire, mardi dernier, dans les locaux du Bondy Blog et ESJ-Bondy.

Crédibilité, mais aussi réactivité… Un peu à la manière du serment du Jeu de Paume, qui posa les bases de notre Révolution, si je puis me permettre, Monsieur Hortefeux, d’utiliser le terme « notre », la Nouvelle pme s’en va chercher dans l’histoire de France un beau symbole : elle crée le Comité Vauban, en référence au marquis de Vauban qui proposa un audacieux programme de réforme fiscale, au 18e siècle. Cette nouvelle structure présentera lors du dîner-débat de mercredi, une charte établissant les bases d’un certain nombre d’actions à mettre en place pour combattre les discriminations dans les marchés publics.

Jean-Paul Huchon sera accompagné des responsables d’Oseo, organisme publique qui est chargé de financer et d’apporter une garantie auprès des banques. Mais comme le soulève un patron de la Nouvelle pme, les financiers ne jouent pas le jeu : « Oseo se porte garant sur une partie du financement bancaire, mais les banques sont frileuses lorsqu’il s’agit de monter ce type de dossier, et ce pour plusieurs raisons : la marge est moins importante, car elles ne financent qu’une partie ; elles préfèrent prêter à 100%. »

Les thèmes abordés dans le « match » de mercredi aborderont des problématiques propres aux entrepreneurs de banlieue : discriminations à l’accès au financement et aux appels d’offres, absence de mesures publiques favorisant le suivi d’une entreprise existante, problème d’accès aux marchés à l’export… Comme lors des débats précédents, tous les sujets liés à l’entreprise seront abordés. A l’approche des élections régionales, il est certain que Jean-Paul Huchon apportera des réponses précises.

Chaker Nouri

Les entrepreneurs qui souhaitent participer au dîner-débat du mercredi 30 septembre avec Jean-Paul Huchon peuvent s’inscrire en se rendant sur le site de la Nouvelle pme.

Chaker Nouri

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021