« Dérapage« , « viol accidentel« , « bavure », « erreurs » : tous les jours, les insultes à notre intelligence sont légions. Chaque jour notre déception grandit, chaque jour notre colère aussi. En face, comme l’impression que celles et ceux qui décident n’écoutent pas. Il serait peut-être tout simplement temps qu’ils partent. Billet. 

Voilà plusieurs jours maintenant que l’on nous dit que les journalistes mentent, qu’un complot se monte, que l’on peut infliger une plaie anale profonde de 10 centimètres à quelqu’un à l’aide d’une matraque par accident, qu’on ne peut pas se rendre coupable d’un quelconque détournement de fonds publics puisqu’on aime sa femme. Et comme les vérités alternatives, on nous impose des mots alternatifs.

Un policier ne frappe pas, il commet une « bavure« .

Un humoriste ne fait pas une blague homophobe ou raciste, il « dérape« . Mieux, parfois, il commet « un très gros dérapage évidemment involontaire ». Un homme politique ne rémunère pas sa compagne sur les deniers publics pour un travail dont on n’a aucune preuve, il fait juste comme tout le monde.

Chaque nouvelle qui tombe est une insulte à notre intelligence. Et vous savez quoi ? Ça devrait nous mettre de mauvaise humeur. Comme dans les disputes de couple, on devrait crier : « Mais en fait je suis qui moi pour toi ? ». C’est vrai ça, on est qui ?

On est qui pour qu’un homme politique se présente à la télévision, devant des journalistes et mente si effrontément ? Et nous explique ses mensonges, pardon, ses « erreurs » par l’émotion suscitée par ce dont on l’accuse. Mais l’émotion, la vraie, elle est chez les gens qui y ont cru. En lui, en sa probité, en ses vestes Barbour et en sa raie sur le côté. Le bon père de famille a semble-t-il été un peu trop bon avec elle.

On est qui pour qu’on nous dise qu’une matraque peut « accidentellement » s’enfoncer dans l’anus de quelqu’un ? Pour qu’on nous dise qu’il ne s’agit pas d’un viol, ni même, dans ces circonstances, d’un acte de torture ? Les abus, les violences policières on les connait, elles sont réelles mais quelles solutions ont été proposées ? Hier ou aujourd’hui ? Une visite toute présidentielle, et aussi bien orchestrée soit elle, ça n’est pas une solution. La promesse d’hier de lutte contre le contrôle au faciès elle, c’était le début d’une.

Alors finalement c’est vrai, on est des veaux ? On assiste, passifs ou presque, au spectacle de notre humiliation. Dans le fonds, tout cela, ça dérange beaucoup d’entre nous, ça nous déçoit, ça nous blesse, ça nous met en colère mais est-ce que seulement ils le voient ? Est-ce que seulement on le montre ? Ne devrions-nous pas être dans la rue, marcher et crier qu’on existe, qu’on n’est pas des hologrammes ? Mais même à quelques semaines d’une élection présidentielle, on ne nous regarde plus ou alors pas comme il faudrait.

Dès lors, à quoi bon s’indigner lorsqu’en face, ils n’ont même pas l’air de nous respecter ? Mais peut-être que ce n’est plus à nous de nous indigner, peut-être que, tout simplement, maintenant, c’est juste à eux de s’en aller.

Latifa OULKHOUIR

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021