Lundi soir, chez « Jeanine », café de la gare de Bondy où nous tenons nos réunions de rédaction en ce moment, la télévision est branchée sur le 20h de TF1. Ce journal n’est pas tout à fait comme les autres car pour la première fois, un journaliste noir va présenter le journal le plus regardé de France. Pour l’occasion, un rep orter de Radio France est venu nous rendre visite pour voir la réaction des blogueurs à l’apparition de Harry Roselmack, le nouveau présentateur originaire de La Martinique. Lorsqu’il apparaît à l’écran costume noir, chemise blanche, les premières réactions portent sur le physique. « Ah, il est beau gosse quand même » lance Sada. Les titres et le premier sujet sont impeccablement annoncés et le reporter de Radio France en profite pour demander à l’équipe ses premières impressions.

Sada «  Je suis contente, surtout pour lui, mais ce n’est pas parce qu’ils nous ont mis un noir à TF1 qu’il ne faut plus rien demander. Cela prouve juste qu’il y a de bons journalistes noirs »

Essy : « C’est bien, il faudrait en voir d’autres car il y a beaucoup de gens compétents »

Soraya : « En plus il est très à l’aise. Il doit avoir une grosse pression car tout le monde l’attend au tournant et pour le moment, il gère bien son journal ».

Un client originaire de La Martinique, une cinquantaine d’années, un whisky à la main dit fièrement en pointant le poste « Eh oui, c’est comme ça, on va enfin être dans le poste là haut !».

Quand le journaliste lui tend son micro, il prend un air sérieux « Ca nous va droit au cœur, c’est bien de voir un antillais faire le boulot qu’il faut pour faire avancer les choses. Si on nous offre des ouvertures, on pourra aller de l’avant. » Il boit une gorgée de whisky, lève la tête vers l’écran et éclate de rire : « Quand je le vois, je vois ma tronche, ça fait plaisir ».

On connaît les conditions de cette nomination, le rôle de Nicolas Sarkozy… mais l’arrivée de Harry Roselmack va-t-elle faire avancer les choses ?

Le fait de faire entrer des journalistes issus des « minorités visibles » dans les rédactions va-t-il changer le regard que portent ces rédactions sur ces minorités ? Les téléspectateurs, notamment ceux qui ne voient des noirs et des arabes que dans les faits divers des JT, vont-ils changer de regard sur ces populations ? Autant de questions qui restent en suspend.
Finalement, le journal continue et on est bien sur le 20 H de TF1. C’est l’été et il n’y a donc pas grand-chose à se mettre sous la dent à part les attaques israéliennes au Liban et le rapatriement des français. Après 15 minutes, plus personne ne regarde l’écran. Chacun est retourné à ses discussions. Le journal se termine dans l’indifférence générale et c’est plutôt bon signe.

Par Mohamed Hamidi

Mohamed Hamidi

Articles liés

  • Le problème Roussel des élus des quartiers populaires

    Dans l’ancienne banlieue rouge, les élus locaux du PCF sont légion à serrer les dents face aux sorties réactionnaires de leur secrétaire national. L’omniprésence médiatique de Fabien Roussel et son éloignement manifeste des fondamentaux du parti commencent à être ouvertement critiqués.

    Par Héléna Berkaoui, Olorin Maquindus
    Le 04/10/2022
  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022