Lundi soir, chez « Jeanine », café de la gare de Bondy où nous tenons nos réunions de rédaction en ce moment, la télévision est branchée sur le 20h de TF1. Ce journal n’est pas tout à fait comme les autres car pour la première fois, un journaliste noir va présenter le journal le plus regardé de France. Pour l’occasion, un rep orter de Radio France est venu nous rendre visite pour voir la réaction des blogueurs à l’apparition de Harry Roselmack, le nouveau présentateur originaire de La Martinique. Lorsqu’il apparaît à l’écran costume noir, chemise blanche, les premières réactions portent sur le physique. « Ah, il est beau gosse quand même » lance Sada. Les titres et le premier sujet sont impeccablement annoncés et le reporter de Radio France en profite pour demander à l’équipe ses premières impressions.

Sada «  Je suis contente, surtout pour lui, mais ce n’est pas parce qu’ils nous ont mis un noir à TF1 qu’il ne faut plus rien demander. Cela prouve juste qu’il y a de bons journalistes noirs »

Essy : « C’est bien, il faudrait en voir d’autres car il y a beaucoup de gens compétents »

Soraya : « En plus il est très à l’aise. Il doit avoir une grosse pression car tout le monde l’attend au tournant et pour le moment, il gère bien son journal ».

Un client originaire de La Martinique, une cinquantaine d’années, un whisky à la main dit fièrement en pointant le poste « Eh oui, c’est comme ça, on va enfin être dans le poste là haut !».

Quand le journaliste lui tend son micro, il prend un air sérieux « Ca nous va droit au cœur, c’est bien de voir un antillais faire le boulot qu’il faut pour faire avancer les choses. Si on nous offre des ouvertures, on pourra aller de l’avant. » Il boit une gorgée de whisky, lève la tête vers l’écran et éclate de rire : « Quand je le vois, je vois ma tronche, ça fait plaisir ».

On connaît les conditions de cette nomination, le rôle de Nicolas Sarkozy… mais l’arrivée de Harry Roselmack va-t-elle faire avancer les choses ?

Le fait de faire entrer des journalistes issus des « minorités visibles » dans les rédactions va-t-il changer le regard que portent ces rédactions sur ces minorités ? Les téléspectateurs, notamment ceux qui ne voient des noirs et des arabes que dans les faits divers des JT, vont-ils changer de regard sur ces populations ? Autant de questions qui restent en suspend.
Finalement, le journal continue et on est bien sur le 20 H de TF1. C’est l’été et il n’y a donc pas grand-chose à se mettre sous la dent à part les attaques israéliennes au Liban et le rapatriement des français. Après 15 minutes, plus personne ne regarde l’écran. Chacun est retourné à ses discussions. Le journal se termine dans l’indifférence générale et c’est plutôt bon signe.

Par Mohamed Hamidi

Mohamed Hamidi

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021