MUNICIPALES 2014. L’ancienne tête du syndicat policier Synergie-Officiers Bruno Beschizza, parachuté à Aulnay en juin dernier, fait le pari d’un basculement de la ville à droite. Garde à vue.

Investi à Aulnay-sous-Bois en juin dernier, le candidat de l’UMP s’accapare le terrain. Il brigue le fauteuil du maire actuellement occupé par le socialiste Gérard Ségura.Réunions d’appartement, tractages sur les marchés, régulièrement invité sur les plateaux télévisés (notamment pour évoquer la thématique de la sécurité), Bruno Beschizza use de tous les moyens pour se faire connaître et remporter l’élection municipale. Confiant, il affirme « je ne me suis jamais excusé d’être un homme de droite, je ne me suis jamais excusé d’être à l’UMP ».

Marié et père de cinq enfants, Bruno Beschizza s’est installé à Aulnay peu après son investiture. Conseiller régional, il est aussi ancien officier de police et ancien secrétaire général du  syndicat Synergie-Officiers. En juin 2012, il perdait les élections législatives de Noisy-le-Grand face au socialiste Michel Pajon. Il grandit à Montreuil et s’installe par la suite à Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Aujourd’hui, c’est Aulnay-sous-Bois qui l’intéresse.

En novembre dernier, il fait déplacer à Aulnay-sous-Bois le président de l’UMP, Jean-François Copé, accompagné de Valérie Pécresse, Hervé Mariton (délégué général au projet de l’UMP), Philippe Dallier (sénateur UMP de Seine-Saint-Denis)  et Eric Raoult (maire du Raincy) pour un meeting de soutien à la salle Chanteloup (quartier sud d’Aulnay). Le matin même, les jeunes socialistes de Seine-Saint-Denis distribuaient des pains au chocolat à la gare d’Aulnay en signe de protestation à la visite du député-maire de Meaux.

Valérie Pécresse revient le soutenir le 1er février. L’ancienne ministre fait le marché du Vieux-Pays (près du centre-ville) avec lui et termine sa visite en prenant un café dans une brasserie avec militants, sympathisants et l’équipe de campagne du candidat. Les ténors de l’UMP se déplacent à Aulnay, mais pas dans les quartiers Nord…

Opposé au maire sortant, Gérard Segura (PS), il lui écrit une première fois en novembre lui demandant de rétablir le chauffage pour les habitants de l’OPH et ceux du quartier des « Milles-Milles » (Gérard Segura est également président de l’OPH d’Aulnay). Bruno Beschizza lui écrit une seconde fois en décembre, envoyant une copie du courrier à la commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP). Il reproche au maire sortant de se servir du magazine municipal Oxygène pour faire campagne. Un article avait été publié en octobre dernier sur la construction d’un futur commissariat. « Je ne veux pas faire une campagne sur la revanche, explique Bruno Beschizza, ni revanche, ni nostalgie, je ne veux pas non plus du discours « c’était mieux avant » ».

Le jour où Gérard Segura prévoit de publier sa liste et son projet lors d’une soirée à la salle Chanteloup, Bruno Beschizza court-circuite l’évènement en dévoilant son programme le matin même.  Il définit ce dernier autour de quatre grandes thématiques : développer la ville au bénéfice de tous, permettre le développement de chacun, protéger tous les Aulnaysiens et agir avec respect.

Son concurrent politique faisait salle pleine le soir, plus de 600 personnes présentes à la salle Chanteloup selon le parti de la rose. Il présentait sa liste où figure entre autres Daniel Goldberg (député de la Seine-Saint-Denis) et Tanja Susset (délégué syndicale SIA chez PSA Peugeot Citroën Aulnay).

La liste du candidat UMP est encore inconnue, « il y aura des jeunes et des moins jeunes qui viennent de tous les quartiers d’Aulnay » nous confie-t-il. Quelques noms sont déjà connus, il a été rejoint par des personnalités locales : Rezak Bezzaouya (MoDem), Fatima Belmouden (conseillère nationale de l’UDI), Daouda Sanogo (chef d’entreprise, Alliance & Co et ancien candidat sans étiquette aux élections cantonales) entre autres.

La polémique « Mehdi met du rouge à lèvres »

Le 19 février, un article d’Europe1.fr créé le buzz sur la toile. Intitulé « Quand l’UMP fait la cour à l’électorat musulman », l’article revient sur un livre utilisé par Bruno Beschizza lors de sa campagne, Mehdi met du rouge à lèvres. Le candidat UMP ne dément pas et avoue avoir entendu parler de cet ouvrage dans un article du Figaro et l’avoir acheté par la suite, « j’ai lu le contenu ».  « La famille est universelle. Le message n’est pas spécifique aux musulmans, tout le monde peut s’y retrouver. Je ne drague pas les musulmans avec ça » se défend-il. « Les valeurs d’un maire, c’est les valeurs d’un bon père de famille ». Ce weekend, son parti en a même distribué un tract sur les marchés,  « si vous m’accordez votre confiance lors des prochaines élections municipales, je m’engage à faire qu’à Aulnay, nos enfants ne soient pas exposés à des livres tel que « Tous à poil » ou « Medhi met du rouge à lèvres » » peut-on y lire.

Le bilan de François Hollande et la volonté de certains habitants de changer de mandature à Aulnay pourrait mettre en difficulté Gérard Segura. Cependant, la population n’est pas plus amnésique sur le quinquennat de Nicolas Sarkozy. « UMP et PS c’est pareil » se désole un habitant des quartiers Nord.

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021