Le département de la Seine-Saint-Denis a publié ce mercredi une enquête sur les discriminations perçues ou vécues par les habitants. Les résultats sont sans appel. Plus de 80% des personnes interrogées estiment que l’origine ou la couleur de peau, la religion, le quartier d’habitation sont des facteurs de discriminations spécifiques. Près d’un tiers d’entre elles disent avoir subi personnellement ces discriminations.

Les relations avec la police et la justice, le monde du travail, la recherche d’un logement sont autant de domaines où les discriminations sont particulièrement aiguës. Ces discriminations se conjuguent avec la violence sociale, omniprésente dans un département où 28,6% des habitants vivent sous le seuil de pauvreté. Nul ne peut feindre de l’ignorer : les habitants de la Seine-Saint-Denis, et plus particulièrement les personnes racisées,  sont traités comme des citoyens de seconde zone.  C’est une tache pour la République.

Cependant, la question qui se pose aujourd’hui n’est pas celle du constat, que chacun peut faire depuis des années. C’est celle de la réponse politique. Car rien ne sert de constater une nouvelle fois les faits si nulle action ne suit. Il ne suffit pas d’applaudir les habitants de la Seine-Saint-Denis à l’Assemblée nationale, comme l’ont fait hier une partie des députés de la majorité.

Il faut agir pour leur permettre de se construire une vie meilleure. Nous n’avons pas attendu aujourd’hui pour le dire : la réalité des injustices que subissent les Séquano-Dyonisiens appelle une politique volontariste. Les habitants interrogés ne disent d’eux-mêmes pas autre chose, lorsqu’ils appellent de leurs vœux l’action de l’État, du département, des communes, des entreprises aussi.

Nous sommes encore loin du compte

Force est de constater que cette action n’est pas au rendez-vous et ce depuis bien longtemps.

Depuis des années, les discriminations racistes, la réalité des violences policières que subissent les habitants des villes et des quartiers populaires de Seine-Saint-Denis est connue. Depuis des années, la diminution des moyens de l’État a frappé de plein fouet les collectivités locales, les services publics, là où la population en a le plus besoin, aggravant les discriminations. Depuis des années, le marasme économique frappe de plein fouet le département, paupérisant la population, sans que l’implantation de nouvelles activités ne bénéficie suffisamment aux habitants du département. Et depuis des années, les gouvernements se refusent à agir.

Quand le Premier ministre annonce un « plan pour la Seine-Saint-Denis » à la fin octobre dernier, ce n’est qu’un saupoudrage de mesurettes dérisoires. Quand le ministre de l’Intérieur est confronté aux images du visage tuméfié du jeune Gabriel, passé à tabac par des policiers lors d’une interpellation à Bondy, il se dit seulement « troublé ». Pire, l’action gouvernementale renforce les discriminations, comme lorsqu’elle institue le système Parcoursup, qui ferme la porte de l’enseignement supérieur à une grande partie de la jeunesse du département.

Redisons-le aujourd’hui : nous sommes loin du compte. Il faut des mesures d’urgence pour finir avec les violences policières et les pratiques discriminatoires. Nous les avons proposées au Premier ministre. Et il faut assécher le terreau social sur lequel prospèrent les tensions et les injustices en redonnant aux collectivités les moyens d’agir, en restaurant les services publics, à commencer par l’Éducation, en imaginant un avenir économique pour le département qui profite à toutes et tous et soit à la hauteur des enjeux écologiques de notre temps, loin d’une pensée magique qui se limite aux J.O., au BTP et à l’implantation de sièges d’entreprises où viennent travailler des Parisiens.

Assez de faux fuyants, de demi-mesures ! Si l’on veut vraiment en finir avec les discriminations, c’est la République qu’il faut reconstruire en Seine-Saint-Denis. Qu’attend le gouvernement ?

Les députés France insoumise de Seine-Saint-Denis

Clémentine AUTAIN, Eric COQUEREL, Alexis CORBIERE, Bastien LACHAUD, Sabine RUBIN

 

Articles liés

  • Dégoutée, la jeunesse communiste lâche-t-elle Fabien Roussel ?

    Une partie des jeunes militant·e·s du PCF, des JC (Jeunes Communistes) et de l’UEC (Union des Etudiant·e·s Communistes) se sentent trahi·e·s par les dernières sorties médiatiques du candidat du parti Fabien Roussel. Des ruptures déjà ancrées sur des enjeux de société semblent aussi se consolider, dans un choc de génération. Témoignages.

    Par Anissa Rami
    Le 15/09/2021
  • Racisme dans les médias : une banalisation qui perdure

    La rentrée médiatique a été le théâtre d’une nouvelle étape dans la banalisation du racisme télévisuel. Sous couvert de liberté d'expression avec la fameuse rengaine “on ne peut plus rien dire”, des propos racistes ont été tenus, sans que leurs auteurs n’en soient inquiétés plus que ça. Comment expliquer cette dérive ? Célia Chirol, qui prépare une thèse sur l’extrême droite, et Laurence de Cock, enseignante, chercheuse en sciences et histoire de l'éducation, livrent leurs éclairages. Analyse d'Hervé Hinopay.

    Par Hervé Hinopay
    Le 13/09/2021
  • Primaire à gauche : « S’ils sont cinq, ils sont sûrs de perdre »

    Initiative citoyenne indépendante des partis politiques, une primaire populaire s’élance sur les réseaux depuis plusieurs semaines. Porté par l’association 2022 ou Jamais, ce mouvement a pour ambition de réunir la gauche et les écologistes derrière un(e) candidat(e) unique pour la présidentielle de 2022. Décryptage.

    Par Florian Dacheux
    Le 07/09/2021