Vendredi 13 avril, 17h30, quelques habitants des quartiers de Meaux se réunissent dans une salle de boxe, espérant assister à une joute verbale entre Karim Zeribi et Nicolas Sarkozy. Le président du parlement des quartiers a fait sienne la politesse des rois; il est à l’heure. Il attend le candidat à la présidentielle à côté des vestiaires. Nicolas Sarkozy, lui, se fait attendre.

Des rumeurs circulent dans la foule : viendra ? Viendra pas ? Peu importe, Jean-François Copé, ministre du budget, porte-parole du gouvernement et maire UMP de Meaux, commence son boulot de chef de village ; celui de faire en sorte que ses administrés, surtout les plus jeunes, ne lui foutent pas l’hchouma (la honte) devant le grand patron. Il rappelle donc tout le bien qu’il a fait dans cette ville depuis qu’il en est le chef. Honnêtement, mis à part certains points de divergences, tout le monde dans la salle semble reconnaitre que c’est un bon maire. Il appelle les gens par leur prénom, écoute les doléances, promet d’intervenir dans certains dossiers… « The proximity man show ».

Moi, du coup, j’ai pensé : « pas bête l’animal politique ! ». Avec cette union sacrée opérée entre les habitants et leur maire, qui va oser être impoli ou poser une question gênante au chef du chef ? Je me suis tout de suite mis à la place des Meldois : si Gilbert Roger écoute tous mes problèmes et promet de me recevoir pour arranger ma vie de bondynois; est-ce que j’aurai envie, juste après, de casser les pieds à Ségolène pour savoir si elle nommera des ministres issus de l’immigration, si elle est pour ou contre le vote des étrangers, si elle compte s’attaquer sérieusement aux discriminations ? Pas sûr. 18h30, Nicolas Sarkozy rentre dans la salle et ça démarre.

Idir Hocini

Idir Hocini

Articles liés

  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021
  • Dégoutée, la jeunesse communiste lâche-t-elle Fabien Roussel ?

    Une partie des jeunes militant·e·s du PCF, des JC (Jeunes Communistes) et de l’UEC (Union des Etudiant·e·s Communistes) se sentent trahi·e·s par les dernières sorties médiatiques du candidat du parti Fabien Roussel. Des ruptures déjà ancrées sur des enjeux de société semblent aussi se consolider, dans un choc de génération. Témoignages.

    Par Anissa Rami
    Le 15/09/2021