MUNICIPALES 2014. Figure d’Aulnay-sous-Bois (93), l’entrepreneur connu avec sa société Alliance & Co (collecte, traitement et réemploi des déchets d’équipements électriques et électroniques), Daouda Sanogo a décidé cette semaine de rejoindre Bruno Beschizza, candidat investi par l’UMP sur la commune.

Le Bondy Blog l’avait rencontré en juin 2010, quelques années après la création de son entreprise. Depuis, Daouda Sanogo a poursuivi son chemin, sur la voie politique. Connu dans les médias pour avoir été lauréat du concours talent des cités en 2009, Daouda l’est aussi dans la ville d’Aulnay pour son sérieux et ses compétences en dans l’entreprenariat. Sa bonne réputation le précède et fait de lui une figure importante dans la commune.

En politique, tout commence en 2011. Il se présente sur une liste indépendante aux élections cantonales (Aulnay Nord) avec comme suppléante Laurence Scaillet. « J’étais un peu déçu, on s’attend toujours à faire mieux et quand on regarde le taux d’abstention on se dit que c’est pas trop mal ». Son score ? 3%. Il occupe la cinquième position, devant lui le PS, l’UMP, les verts et le PCF.

Cette même année, il participe à la publicité de GDF Suez, entreprise qui l’a parrainé lors de sa récompense au talent des cités en 2009. « GDF Suez s’implique beaucoup dans les quartiers populaires à travers Talent des cités ». Dans ce spot, le parcours d’un entrepreneur est mis en avant, « ça m’a même permis de me développer à l’international », dit-il. Le trentenaire a toujours en tête de continuer à s’investir en politique « on était à 3 ans d’un mandat PS dans la ville, je n’étais pas satisfait alors je voulais m’engager pour continuer d’exister ». En 2011, il créé son association Aulnay citoyen. Le but étant de fédérer et nourrir le débat avec la population.

A l’approche des élections présidentielle et législative de 2012, Daouda se lance un défi. Il organise deux débats avec les candidats déclarés de sa circonscription. Un premier en mars 2012 autour du rôle de député, de la fiscalité et du logement. En juin 2012, il en organise un second, toujours en rapport aux élections législatives, mais plus dirigé sur la thématique économique, l’emploi et l’urbanisme avec des experts dans les domaines concernés.

Aujourd’hui, Daouda Sanogo fait le choix de rejoindre l’équipe de Bruno Beschizza, candidat investi par l’UMP à Aulnay-sous-Bois pour les élections municipales. Il a été approché de part et d’autre, mais c’est vers ce candidat qu’il a décidé de se tourner. « On a discuté de ses projets, notamment en matière économique et ça m’a plu ». Entrepreneur, Daouda s’attache énormément au développement économique de sa ville, de la vie des entreprises et des projets qui pourraient la rendre plus attractive. Daouda explique qu’il s’investit en fonction du projet porté par le politique et pas en fonction du parti. En l’occurrence, c’est celui de Bruno Beschizza qui lui convenait le plus.

L’étiquette UMP, ne le dérange pas « je m’en fous de l’étiquette. Je suis pour un programme. Je pars du principe que je fais confiance. Je sens qu’il y a une réelle envie, une motivation ». Convaincu, il commencera à arpenter le terrain. Une décision qui pourrait bien faire des jaloux, pour ceux qui le voyaient bien dans leur équipe.

Imane Youssfi

Articles liés

  • Primaire populaire : un scrutin hors-sol pour les quartiers ?

    Les votes pour la primaire populaire s'ouvrent aujourd’hui et jusqu’au 30 janvier, dans l’idée d’investir un·e candidat·e unique d'une gauche de plus en plus fracturée. Dans les quartiers populaires, et notamment en Seine-Saint-Denis, militants et habitants ont pour le moment du mal à croire au rassemblement. Témoignages.

    Par Florian Dacheux
    Le 27/01/2022
  • Le PS et les quartiers populaires : vingt ans de trahison

    Le Parti socialiste poursuit sa lente dislocation dans les quartiers populaires. En Île-de-France, à Évry-Courcouronnes et Aulnay-sous-Bois, les désillusions des militants et adhérants traduisent le sentiment de trahison. Analyse et témoignages. En partenariat avec Mediapart.

    Par Hervé Hinopay
    Le 24/01/2022
  • Prison : le bilan en trompe l’œil de Macron face à la surpopulation

    Arrivé à la tête d'un pays dont la politique carcérale est décriée depuis des années, Emmanuel Macron a lancé depuis 2017 plusieurs chantiers pour tenter d'endiguer le fléau de la surpopulation en prison. Le président avait prévu de créer des milliers de places de prison. Paradoxalement, sa réforme de la justice risque d’aggraver le taux d’occupation des prisons. Décryptage.