Quel regard portez-vous sur le bilan de la gauche dans le département ?
Stephen Hervé :  un bilan plutôt mitigé avec une dette sur le département qui existait et qui s’est aggravée avec les emprunts toxiques contractés par les Communistes. Il a donc fallu gérer une dette colossale qui s’est forcément trouvée grossie par la nécessité de contracter de nouveaux emprunts pour pouvoir absorber le remboursement des taux. Ces emprunts toxiques ont amputé le budget du Conseil Général et donc la capacité de la Seine Saint-Denis de pouvoir investir sur ses compétences principales comme l’aide sociale à la petite enfance, les services aux personnes âgées, handicapées ou encore les subventions données à la culture, au sport.
Le budget du Conseil Général  est géré de manière dispendieuse avec des frais de fonctionnement plutôt élevés (frais de déplacement pas toujours utiles, frais de communication …) alors que l’heure devrait plutôt être à l’économie.
Pouvez-vous nous dire quels sont les grandes thématiques de votre programme ?
Katia Coppi : nous souhaitons  faire de l’efficacité à moindre coût. Cela passerait par une meilleure gestion des frais de fonctionnement du budget du Conseil Général. On ne peut pas continuer à avoir des coûts de fonctionnement qui continuent à augmenter et des services stagnant voire diminuant. Cet argent pourrait être investi autrement. Ce que l’on veut, c’est essayer d’organiser des choses simples, donc peu coûteuses mais qui soient au service de tous. Il s’agit donc d’avoir un Conseil Général qui se centrerait sur ses compétences générales.
Stephen Hervé : nous proposons par exemple de réduire les délais lorsqu’il y a des prestations du Conseil Général et en particulier lorsqu’elles touchent les publics les plus vulnérables, cela passera par un traitement plus rapide des dossiers pour les aides aux handicapés, aux personnes âgées…
De plus, notre département a des atouts et il est essentiel pour redynamiser son économie de le faire savoir avec une meilleure communication vers l’extérieur visant à attirer les investisseurs et les entrepreneurs.  Il faut également  aider les jeunes couples qui s’installent à travailler ou reprendre une activité professionnelle en améliorant aussi le réseau d’accueil de la petite enfance avec l’objectif de création de 7 000 nouvelles places d’accueil (crèches départementales, municipales, collectives ou réseau d’assistantes maternelles,) mais aussi aides aux crèches privées ou d’entreprises.
Concernant l’éducation, le plan collèges sur le département n’est pas suffisant. On considère qu’il faut en priorité veiller à l’entretien et la rénovation des établissements existants, mais aussi avoir une vision à moyen et long terme pour anticiper l’arrivée de nouveaux collégiens et construire les collèges autrement que dans l’urgence, comme cela vient d’être fait ces deux dernières années et de manière coûteuse .
Katia COPPI : notre dernier point est celui concernant  la sécurité. Aujourd’hui, celle-ci n’est pas du ressort du Conseil général. Nous proposons  la création de la Compétence sécurité. Pour assurer la sécurité de tous sur l’ensemble du département , nous devons donner les moyens aux villes pour permettre la tranquillité des citoyens en garantissant la protection des biens et des personnes comme par exemple renforcer l’équipe municipale, les équipements de vidéo surveillance, être un partenaire actif dans l’ensemble des contrats de sécurité de la prévention de la délinquance.
Avec de tels choix, quels objectif espérez-vous atteindre ?
Stephen Hervé : l’objectif de ce programme est de remettre le citoyen de la Seine Saint-Denis au cœur du département. L’accueil de la petite enfance, le meilleur traitement des dossiers de l’aide aux plus fragiles, la rénovation des équipements (collèges, équipements sportifs…), la sécurité…  tous ces sujets sont concrets et concernent la vie des familles du département. Ce que nous voulons proposer, c’est plus d’efficacité avec les moyens resserrés dont nous disposerons à l’avenir. C’est tout le sens de notre action .
Cristel Fabris
 

Articles liés

  • Le problème Roussel des élus des quartiers populaires

    Dans l’ancienne banlieue rouge, les élus locaux du PCF sont légion à serrer les dents face aux sorties réactionnaires de leur secrétaire national. L’omniprésence médiatique de Fabien Roussel et son éloignement manifeste des fondamentaux du parti commencent à être ouvertement critiqués. (Un article d'abord publié chez Mediapart, dans le cadre de notre partenariat).

    Par Héléna Berkaoui, Olorin Maquindus
    Le 04/10/2022
  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022