MUNICIPALES 2014. À trois jours du second tour des élections municipales dans la commune de Bobigny, la bataille fait rage entre les deux listes encore en course : celle de l’Union de la Gauche menée par Catherine Peyge, en ballotage avec un écart de 301 voix face à la liste UDI de Stéphane De Paoli en tête. 

Après plus de 95 ans de communisme, la préfecture de Seine-Saint-Denis et sa maire ont connu un cataclysme au premier tour de cette élection municipale et ont vu leur hégémonie remise en question. De Paoli et sa liste UDI ont su saisir leur chance et il devance désormais la candidate sortante d’environ 4%. En interrogeant des personnes habitants dans la ville on constate une unanimité vis-à-vis de cette situation inattendue.

Pour Catherine, 35 ans, assistante sociale : « L’inaction, la dégradation de la qualité de vie, ça fait six ans que je suis à Bobigny, depuis son dernier mandat j’ai observé comment la ville s’est dégradée en six années. Je pense qu’il y a une certaine forme de ras-le-bol … Elle a tout de même toute ses chances, historiquement on sait que c’est le PC qui passe dans le 93, Bobigny parmi tant d’autres … Avec De Paoli ça sera la même chose, on aura une police de proximité, donc plus d’impôt, et la vidéo-protection qui n’est pas une mauvaise idée « .

Islem, 19 ans, étudiant : « La mentalité des gens a changé vu que ça fait pas mal d’années que les communistes sont en place à Bobigny, la population a évolué au fil de temps, c’est vrai que nous les jeunes à notre place on voit pas trop de changement. Je pense que les gens veulent juste essayer quelque chose de nouveau. Néanmoins elle peut revenir puisqu’elle a son public … Il faut que les deux se donnent à fond pour cette dernière ligne droite « 

Les grands enjeux de cette campagne à Bobigny restent l’emploi et l’insertion professionnelle, avec près de 20% de chômage, et un jeune sur six avec un diplôme en poche. Les programmes des deux camps restent flous quant au solutions proposées, les colistiers de Mme Peyge jouant sur le succès de leur contrat de réussite solidaire instauré en 2007, et la mise en route d’un plan urgence pour l’emploi des jeunes balbyniens.

Cyrille, 19, étudiant : « Je me sentirai plus en confiance avec Catherine Peyge. Avec un nouveau parti, qui ne connaît pas trop les jeunes de Bobigny, leur mentalité, et qui d’entrée veut imposer une police de proximité et des caméras c’est un peu moins rassurant…  Je voudrais bien monter une association pour récupérer le local de notre résidence avec mes amis de quartiers, mais je pense que De Paoli sera moins à l’écoute des jeunes, davantage à celui des adultes et des gens aisés« .

Si le duel entre Mme Peyge et De Paoli s’annonce serré, tout reste à jouer pour la maire sortante. Les lieutenants y croient encore. La victoire est envisageable en cas d’un éventuel ralliement des électeurs de Lutte Ouvrière ou de Pierre Ramos (Divers droite), ce qui semble peu probable. Si De Paoli passe au second tour, cela n’aura pas seulement une incidence sur la ville mais aussi sur l’intercommunalité.

Jimmy Saint-Louis

 

Articles liés

  • « Strike » réussi pour la NUPES en Seine-Saint-Denis, malgré l’abstention

    En Seine-Saint-Denis, c’est un pari gagné pour la NUPES, qui visait sans détours le strike pour ces élections législatives. 12 circonscriptions sur 12 pour l'alliance de la gauche qui regroupe LFI, PS, EELV et PCF, qui détenait déjà sept circonscriptions, sous les couleurs du PCF et LFI. Le mot d’ordre qui semblait utopique pour certains est donc devenu réalité.

    Par Anissa Rami
    Le 20/06/2022
  • Face à la crise du logement, le gouvernement dans le déni

    Le résultat du second tour des législatives provoquera-t-il un remaniement ? En attendant, le ministère du logement est aux abonnés absents, depuis le 20 mai dernier. Une décision qui laisse bon nombre d’acteurs dubitatifs, alors que la crise du logement s’aggrave. Le président de l’association Droit au logement (DAL), Jean-Baptiste Eyraud, pointe, amer, les manquements du gouvernement.

    Par Céline Beaury
    Le 17/06/2022
  • Législatives : sans cohabitation, quels pouvoirs pour la NUPES ?

    Le second tour des législatives s’annonce comme un duel serré entre la NUPES et la Macronie. Même si elle ne parvient pas à obtenir la majorité des sièges, l’alliance des partis de gauche pourrait devenir le premier groupe d’opposition à l’Assemblée. Quelle serait sa marge de manœuvre au sein de l’hémicycle ? Décryptage avec Alexis Fourmont, maître de conférences à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

    Par Ayoub Simour
    Le 17/06/2022