L’atmosphère en elle-même était très chaleureuse, nous nous découvrions les uns les autres, on discutait en petits groupes, de politique bien sur, mais également de tout ce qui nous concerne dans la vie de tous les jours…

Cependant au milieu de cette ambiance sympathique, j’ai été assez surpris de voir que certaines personnes, heureusement peu nombreuses se comportaient comme si les serveurs n’étaient que des machines : pas un « merci » ou « au revoir », c’est à peine si elles daignaient bouger leur bras pour se faire servir… Incorrection ou snobisme ? Pourtant, je n’ai vu que des serveurs aimables, souriants, tout en restant très professionnels. Je trouve que l’on oublie trop souvent tous ces gens qui rendent une réunion beaucoup plus agréable, et sans qui on serait bien embêté pour déjeuner. Et c’est pour ça que je pense qu’ils ont autant, voire plus droit au respect que les convives.

Sinon, la discussion avec le premier ministre était agréable, j’ai même l’impression d’avoir découvert un homme que je ne connaissais que très mal jusqu’alors : trop souvent, à droite comme à gauche, on a tenté de réduire Dominique de Villepin au CPE et accessoirement à l’affaire Clearstream. Mais moi j’ai eu l’impression qu’il était bien plus ouvert qu’on ne le dit. Lorsqu’il discutait avec nous au cours du repas, jamais je n’ai senti la moindre agressivité dans ses paroles, même quand il n’était pas d’accord avec ce qui venait d’être dit.

N’avez-vous jamais remarqué, chez Sarkozy, Royal, Bayrou, Le Pen, ou n’importe quel autre candidat à la présidentielle, un ton un peu revendicatif, voire agressif ? Cela ne se sentait pas chez le premier ministre ; peut-être savait-il déjà qu’il ne serait pas candidat à la présidentielle. Même s’il y a certains points de sa politique que je désapprouve, Villepin m’a toujours semblé être un homme honnête. Son attitude lors de cette réunion n’a fait que le confirmer. Il savait se montrer très proche des invités. Il a montré qu’il s’intéressait aux banlieues. Serait-ce une manière de se démarquer de Nicolas Sarkozy ?

Aurélien (Lycée Jean Renoir)

Aurélien

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021