«  Tu dois rester maître de ton destin et être la cause de ton bonheur, c’est ta responsabilité et celle de nul autre » Mister Ki, discours de Shechen. 

Voilà, je suis inscrit. Je ne voulais pas mais vous avez insisté alors, je l’ai fait. C’est Salima qui a tout réuni et Pedro qui a apporté les signatures à Paris, même vos lettres et vos mails. Mohamed voulait vérifier, il m’a dit méfie-toi, ils peuvent te refuser, c’est vrai que c’est un peu le bordel. Il y avait des formulaires tâchés, de la confiture. Il faut dire qu’au début je me tapais tout et que l’aide est venue tard. Et puis aujourd’hui, j’ai vu mon assistant social, qui s’occupe de mon RMI, il ne comprend pas comment ça se fait, dans ma situation, que la caisse ferme les yeux et continue de me payer. C’est politique ! Et puis, direction Biarritz, m’occuper de la Bondyfrance. Oui, Ouinon a raison, Bondy Blog n’est encore qu’un petit état enclavé, bien que charnière. Alors pourquoi Biarritz? J’ai des amis développeurs chez Google France, notamment ma cousine, Sandrine, du marketing. C’est pour le problème que j’ai avec le nom du produit, Dilgo. Cherchez Dilgo sur google et vous verrez: résultat ?

Un sage népalais qui dit des choses dont je ne conteste pas la puissance, genre concentre-toi et tu passeras la barre, mais qui, justement, me prend la première place. Et qui prétend s’appeler Dilgo, mais que j’appellerai Mister Ki, car c’est lui mon problème, pas les autres. Et c’est sur Google que ça se passe, pas à la télé. Voilà le poids lourd, Mister Ki, l’usurpateur, le faux, le pseudo Dilgo. Voilà l’objectif, quand le nom de Dilgo envahira la blogosphère, vague déferlante et irrésistible et que les tard venus voudront savoir de qui on parle et qu’ils chercheront Dilgo, il faudra que le Bondy Blog soit en haut, premier. Le blog de Dilgo Marvick. Et non Mister Ki. C’est le problème qu’on doit résoudre. Il y a donc un Dilgo de trop. Mais je veux bien répondre un peu aux questions des journalistes. Celle qu’on me pose beaucoup c’est contre qui je pense être au second tour. Et bien, je sais. Et ce ne sera pas au second, mais au premier. Je ne vois qu’une seule équipe qui s’est un peu positionnée sur le Web, de manière sérieuse, je ne sais pas ce que mes électrices et mes électeurs en pensent, mais qui a créé sa sphère, à part madame Royal, qui s’est vraiment mise sur le point de départ de la présidence bondyfrançaise ?

Monsieur Bayrou ? Il a fait des efforts. Monsieur Sarkozy ? Il en est encore à l’âge du grand mouvement de l’antithèse dans l’Identité de l’Etre Français, soit l’Allemagne du XIX° siècle, Hegel, qui pourrait bien faire un petit retour avant de disparaître à jamais, le temps pour nous de prendre nos billets et de continuer la Bondyfrance à Dakar. Les autres? Bon. Restent les modalités de l’élection, nous avons encore le temps d’y réfléchir car, il y a une chose que je veux respecter, c’est le calendrier.

Dilgo, 53% dès le 22 avril.

Dilgo

Articles liés

  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021
  • Dégoutée, la jeunesse communiste lâche-t-elle Fabien Roussel ?

    Une partie des jeunes militant·e·s du PCF, des JC (Jeunes Communistes) et de l’UEC (Union des Etudiant·e·s Communistes) se sentent trahi·e·s par les dernières sorties médiatiques du candidat du parti Fabien Roussel. Des ruptures déjà ancrées sur des enjeux de société semblent aussi se consolider, dans un choc de génération. Témoignages.

    Par Anissa Rami
    Le 15/09/2021