«  Tu dois rester maître de ton destin et être la cause de ton bonheur, c’est ta responsabilité et celle de nul autre » Mister Ki, discours de Shechen. 

Voilà, je suis inscrit. Je ne voulais pas mais vous avez insisté alors, je l’ai fait. C’est Salima qui a tout réuni et Pedro qui a apporté les signatures à Paris, même vos lettres et vos mails. Mohamed voulait vérifier, il m’a dit méfie-toi, ils peuvent te refuser, c’est vrai que c’est un peu le bordel. Il y avait des formulaires tâchés, de la confiture. Il faut dire qu’au début je me tapais tout et que l’aide est venue tard. Et puis aujourd’hui, j’ai vu mon assistant social, qui s’occupe de mon RMI, il ne comprend pas comment ça se fait, dans ma situation, que la caisse ferme les yeux et continue de me payer. C’est politique ! Et puis, direction Biarritz, m’occuper de la Bondyfrance. Oui, Ouinon a raison, Bondy Blog n’est encore qu’un petit état enclavé, bien que charnière. Alors pourquoi Biarritz? J’ai des amis développeurs chez Google France, notamment ma cousine, Sandrine, du marketing. C’est pour le problème que j’ai avec le nom du produit, Dilgo. Cherchez Dilgo sur google et vous verrez: résultat ?

Un sage népalais qui dit des choses dont je ne conteste pas la puissance, genre concentre-toi et tu passeras la barre, mais qui, justement, me prend la première place. Et qui prétend s’appeler Dilgo, mais que j’appellerai Mister Ki, car c’est lui mon problème, pas les autres. Et c’est sur Google que ça se passe, pas à la télé. Voilà le poids lourd, Mister Ki, l’usurpateur, le faux, le pseudo Dilgo. Voilà l’objectif, quand le nom de Dilgo envahira la blogosphère, vague déferlante et irrésistible et que les tard venus voudront savoir de qui on parle et qu’ils chercheront Dilgo, il faudra que le Bondy Blog soit en haut, premier. Le blog de Dilgo Marvick. Et non Mister Ki. C’est le problème qu’on doit résoudre. Il y a donc un Dilgo de trop. Mais je veux bien répondre un peu aux questions des journalistes. Celle qu’on me pose beaucoup c’est contre qui je pense être au second tour. Et bien, je sais. Et ce ne sera pas au second, mais au premier. Je ne vois qu’une seule équipe qui s’est un peu positionnée sur le Web, de manière sérieuse, je ne sais pas ce que mes électrices et mes électeurs en pensent, mais qui a créé sa sphère, à part madame Royal, qui s’est vraiment mise sur le point de départ de la présidence bondyfrançaise ?

Monsieur Bayrou ? Il a fait des efforts. Monsieur Sarkozy ? Il en est encore à l’âge du grand mouvement de l’antithèse dans l’Identité de l’Etre Français, soit l’Allemagne du XIX° siècle, Hegel, qui pourrait bien faire un petit retour avant de disparaître à jamais, le temps pour nous de prendre nos billets et de continuer la Bondyfrance à Dakar. Les autres? Bon. Restent les modalités de l’élection, nous avons encore le temps d’y réfléchir car, il y a une chose que je veux respecter, c’est le calendrier.

Dilgo, 53% dès le 22 avril.

Dilgo

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021