MUNICIPALES 2014. Un « tournoi de foot citoyen » pour inciter les jeunes à s’inscrire sur les listes électorales. L’initiative portée par l’association « Force des mixités » à Argenteuil a porté ses fruits. Reportage.

Lors des précédentes élections municipales de 2008, l’INSEE relevait un taux d’abstention chez les jeunes âgés de 18 à 34 ans de plus de 50%. Ainsi, les abstentionnistes sont plutôt jeunes, encore scolarisés ou étudiants et urbains.

C’est pour tenter de contrer cette tendance que l’association argenteuillaise « Force des mixités » présidée par Abdellah Boudour a organisé un « tournoi de foot citoyen » aidée par les associations Impulsia et Boubsky présidées par Kevin Lowata et Bernard Messi. En effet, pour participer à ce tournoi, les conditions étaient claires : être Argenteuillais mais surtout être inscrit sur les listes électorales. Il fallait donc présenter « patte blanche » en apportant sa carte d’électeur ou à défaut son récépissé de dépôt prouvant le passage en mairie pour s’inscrire sur les listes électorales. Et pour motiver les jeunes à participer, c’est un week-end à Newcaslte avec des places pour un match de foot qui était en jeu. Abdellah Boudour le reconnait, c’est pour inciter les jeunes que le lot est si conséquent.

C’est parce qu’il a constaté que peu de jeunes avaient une carte d’électeur qu’il a décidé de créer un tel tournoi avec les autres organisateurs. Mais il le précise, « on s’arrête à la démarche citoyenne, il ne s’agit pas de leur dire pour qui voter. Et puis qu’ils aillent voter ou pas, au moins ils ont fait la démarche de s’inscrire, c’est déjà ça ». Au-delà de la transmission d’un message citoyen aux participants, les organisateurs envoient un signal à la mairie et aux candidats à l’élection municipale d’Argenteuil. En effet, comme l’exprime l’un des organisateurs, « il faut leur montrer que l’on est une force. Lorsque la mairie va voir toutes ces inscriptions sur les listes, ca va se savoir et ils vont réaliser que l’on compte aussi ». Voilà le but principal de cette action.

Et ce dessein semble avoir été atteint, à en juger par les personnes présentes ce jour-là. En effet, l’actuel maire socialiste d’Argenteuil, Phillippe Doucet, accompagné de certains membres de son équipe a discuté longuement avec organisateurs et participants, prenant même le temps d’une petite photo. Quelques minutes seulement après son départ, c’était au tour de George Mothron ancien maire UMP et « rival » direct de M. Doucet de faire son entrée, venu aussi discuter avec certains participants.

Cela montre que les jeunes d’Argenteuil comptent et ont réussi à faire entendre leur voix, même si pour Azzeddine, 27 ans, participant à ce tournoi, « les jeunes ne se reconnaissent pas forcément dans les politiques ». La désillusion de ces jeunes est aisément compréhensible lorsque l’on sait que le taux de chômage des jeunes à Argenteuil est d’environ 20%.

Quoi qu’il en soit, c’est dans les urnes que tout se jouera pour les candidats mais ce jour-là, la campagne se jouait sur le terrain.

Latifa Oulkhouir

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021