[PRIMAIRE DE LA GAUCHE] Pour l’ultime meeting de sa campagne, Vincent Peillon a choisi l’espace Reuilly dans le 12ème arrondissement de Paris. Moins de 48 heures avant le premier tour de la primaire de la gauche, le candidat a surtout tenu à rappeler les thèmes qui lui sont chers : l’Europe, l’éducation et le rassemblement autour des valeurs de la gauche. Reportage.

S’il l’on veut comparer le dernier meeting de Vincent Peillon à ceux de ses concurrents, un mot vient immédiatement à l’esprit : modeste. Les quelque 500 places de l’espace Reuilly du 12ème arrondissement de Paris ont eu du mal à trouver du preneur, seulement 400 supporters ont fait le déplacement pour soutenir leur champion. C’est la maire socialiste du 12ème, Catherine Baratti-Elbaz, qui a assuré la première intervention du rassemblement. Au premier rang, peu de soutiens politiques d’envergure mais une invitée emblématique : Mazarine Pingeot.

Puis vient la tête d’affiche, Anne Hidalgo. La maire de Paris prend la parole durant une vingtaine de minutes. Elle remercie d’abord l’ex-ministre de l’Éducation nationale d’avoir « permis de fédérer de voir se lever des femmes et des hommes qui, comme [elle], se sentaient un peu isolés » dans la primaire. Comme l’ensemble de son camp, l’édile prédit une « surprise » pour dimanche. Elle termine son intervention en insistant sur les attentes de la jeunesse. Une jeunesse pourtant bien loin d’être présente à ce meeting, plutôt très blanc et CSP+ et où la moyenne d’âge s’approche des 40 ans.

« Les valeurs de la gauche doivent être enseignées à tous, pas seulement aux enfants des quartiers »

meetingpeillonOK

Meeting de Vincent Peillon, à l’espace Reuilly, 12ème arrondissement, Paris.

Devant un parterre de militants convaincus, Vincent Peillon entame son intervention par un cours magistral en rappelant les grandes luttes qui ont façonné la gauche : les canuts de Lyon, le suffrage universel, le droit de vote des femmes… Le tout visiblement très inspiré et souvent en improvisation. Parti tardivement en campagne, le candidat n’évoque quasiment aucune de ses propositions, comme s’il était trop tard pour inverser l’issue du scrutin. S’il ne présente pas son programme, il ne se prive pas pour autant d’attaquer celui de l’extrême-droite « raciste et nationaliste » de Marine Le Pen et la droite « libérale et ultra-conservatrice de François Fillon ».

L’ancien ministre du gouvernement Ayrault enchaîne sur les valeurs de la gauche, dans un discours dense d’une trentaine de minutes pour délivrer une leçon d’optimisme aux sympathisants socialistes présents dans la salle. « Les valeurs de la République doivent être enseignées à tous, pas seulement aux enfants des quartiers, mais aussi à ceux qui exercent l’autorité. La république ce n’est pas une punition, c’est ce que nous partageons ». Vincent  Peillon « n’oublie pas le débat sur l’identité nationale et la visite de Kadhafi à Paris » avant de défendre le bilan du quinquennat Hollande, malgré les erreurs qui ont pu être commises. Il évoque notamment le CICE en accusant le MEDEF d’avoir « menti aux Français » en ne respectant pas ses engagements.

Un recours au PS divisé ?

Le candidat Peillon est bien loin d’un discours de victoire, surtout qu’il ne peut mobiliser sur un projet écrit entre Noël et la fin de l’année. Une seule carte à jouer pour Vincent Peillon, celle du rassemblement. Et refuse de croire « au discours dominant selon lequel la gauche ne serait pas présente au second tour de l’élection présidentielle ».

Sous les applaudissements et les « Peillon président », l’ancien ministre lance « un appel à l’insurrection dans les urnes (…) J’en appelle au refus des divisions, j’en appelle au chemin du rassemblement ». Un seul mot d’ordre : l’union de la gauche. Avant d’ajouter qu’il n’aura « aucune difficulté à entrer dans des nuits de négociations pour construire » avec Jean-Luc Mélenchon et pense qu’Emmanuel Macron finira par revenir auprès des socialistes.

Après une Marseillaise assez molle, le meeting s’achève sur la chanson Motivés du groupe Zebda, reprise du chant des partisans. Un bon résumé du message optimiste délivré par le candidat Peillon à ses militants : restez motivés.

Victor MOUQUET

Articles liés

  • Burkini, la saison de trop d’une série bien française

    Alors que le conseil municipal de la ville de Grenoble a autorisé en début de semaine les femmes qui portent le voile à nager avec un maillot couvrant, la classe politique s'est déchirée devant la décision. Aux avant-postes, l'État et le Ministère de l'Intérieur qui compte une nouvelle fois empêcher les femmes musulmanes d'accéder à un service public. Nouvelle saison, d'une série tristement française. Édito.

    Par Félix Mubenga
    Le 20/05/2022
  • En Seine-Saint-Denis, la NUPES « vise le strike »

    Le 17 mai, les 12 candidat·e·s de Seine-Saint-Denis de la NUPES ont déposé collectivement leurs candidatures à la préfecture de Bobigny. L'occasion d'affirmer la détermination de la gauche unie de gagner dans toutes les circonscriptions du 93. Mais l'élan Mélenchon retrouve-t-il sa légitimité sur le terrain ? Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 19/05/2022
  • À Aubervilliers, la NUPES se rassemble « pour l’histoire »

    La NUPES - Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale - s'est lancée officiellement à Aubervilliers. Après des jours de négociations médiatisées, les partis de gauche se sont réunis samedi 7 mai en Seine-Saint-Denis pour lancer officiellement la campagne des législatives avec lesquelles ils et elles espèrent transformer l'essai de Mélenchon à la présidentielle. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 08/05/2022