MUNICIPALES 2014 – UNE SEMAINE A MARSEILLE. Dans les quartiers Nord, les habitants votent historiquement à gauche, voire extrême-gauche. Les dernières élections municipales ont porté Samia Ghali à la tête du 15e arrondissement. Reportage à La Bricarde.

« Ce n’est pas très bien vu ici Madame, les journalistes. » L’avertissement est lancé par un jeune homme qui semble monter la garde avec deux autres compères. Ici, c’est La Bricarde, une cité des quartiers Nord située en zone urbaine sensible. La vie tourne au ralenti ce dimanche. Les « minots » s’égosillent dans l’aire de jeux devant le bâtiment K. Des ados font des tours de scooters. Les parents vaquent à leurs occupations. Zakia revient des courses avec son petit dernier. « Je ne vote pas, je n’ai pas la nationalité française », explique-t-elle. « Par contre, j’incite mes enfants majeurs à y aller. C’est important », insiste-t-elle même si elle n’a pas suivi les derniers débats politiques. Zakia habite depuis plus de vingt ans à La Bricarde, cette cité qui surplombe La Castellane célèbre par sa médiatisation et son trafic drogue.

La mère de famille de six enfants embauche à 6 heures du matin, elle est femme de ménage pour « La Régie Nord ». « J’ai vu la cité évoluer. Aujourd’hui, on voit les enfants traîner dans les halls à des heures où ils devraient être à l’école ou au travail. Leurs aînés sont partis mais eux ils restent là », regrette-t-elle. Quand je lui demande si ce n’est pas trop dur de vivre ici, elle se met à rire, « comme j’ai toujours dit à mes enfants, il n’y a pas de mauvais quartiers, il n’y a que des mauvaises personnes. »

Nous nous approchons d’un habitant qui fait du ménage dans sa voiture. Survêtement aux couleur de l’OM, cet habitant de La Bricarde n’est autre qu’un cousin de Samia Ghali, actuelle maire PS des 15e et 16earrondissements et candidate à sa succession. Visiblement, la politique ce n’est pas un truc de famille, « je suis un petit peu mais bon chacun son boulot », plaisante-t-il. L’électricien affirme ne pas avoir encore fait le choix du bulletin qu’il glissera dans l’urne dans un mois et demi. Néanmoins, les compliments ne tardent pas à venir, « Samia a fait bouger les choses pour qu’il y ait plus de présence policière dans les quartiers Nord. On voit une vraie différence », se réjouit-il. Il reconnaît toutefois que la drogue circule dans la cité et que les jeunes peuvent effrayer certains habitants. La sécurité sera une thématique déterminante dans son choix du 23 mars prochain.

IMG_0778IMG_0778Samia Ghali, « c’est elle qui m’a mariée »

Un vieux monsieur, emmitouflé dans un long manteau élimé et charentaises aux pieds, fait sa balade du dimanche. « Je ne vote pas parce que ça ne me plaît pas, grogne-t-il. Ce sont tous des menteurs ! » Il nous confie qu’il aimerait vivre ailleurs, dans une maison, mais sa retraite ne le lui permet pas. De son côté, Audrey, nouvellement maman, se sent bien dans le quartier. « Je vis ici depuis une vingtaine d’années, ma mère aussi. Le quartier est sympa les gens aussi, on a des petits commerces », décrit-elle. Pour les élections, elle n’a pas encore fait son choix, c’est trop tôt, « j’ai mon idée mais j’attends. » Les candidats, elle ne les connaît pas trop, sauf Samia Ghali, « Oui, elle vient de temps en temps dans le quartier. C’est même elle qui m’a mariée ! », relate-t-elle d’un air enjoué. « Je la trouve très bien, elle est proche des gens et à l’écoute. » Ce qu’elle souhaiterait voir changer dans son quartier : « J’aimerais qu’il y ait plus de vie, qu’il y ait plus d’animations. Et puis…, hésite-t-elle un peu, j’aimerais que le quartier soit un peu plus sécurisé le soir. Les jeunes traînent dans les blocs ce n’est pas rassurant. » Pourtant, elle ne voudrait pas quitter son quartier pour habiter en centre-ville, « Oh non. On est bien ici, c’est entouré par la nature. Le centre-ville c’est trop bruyant et puis c’est trop compliqué pour y stationner. »

IMG_0781Chômage, sécurité, social, sans doute les points sur lesquels les candidats à la mairie du 15e-16e sont le plus attendus. La question des transports est aussi un élément essentiel pour ces habitants qui vivent à plus d’une heure en transport en commun du centre-ville. Dans ce dernier domaine, Marseille échoue dans sa mission de désenclavement de ses quartiers périphériques préférant multiplier les moyens de locomotion dans le cœur de la ville. Dans ce 8e secteur, Samia Ghali (PS) est particulièrement appréciée. Néanmoins, elle a face à elle des compétiteurs qui pourraient bien la bousculer, notamment Arlette Fructus (UDI-UMP), Bernard Marandat (FN), Jean-Marc Coppola (FG). Le taux d’abstention pourrait aussi peser lourd dans la balance et favoriser le candidat « bleu marine ». En 2008, Samia Ghali a été élue dès le premier tour avec 52% des voix et un taux d’abstention de 47%.

Charlotte Cosset

Lire les précédents opus de la série « Une semaine à Marseille » :
Marseille : Pape Diouf, candidat populaire
Le Vélodrome et les supporters dans la bataille des municipales

 

Articles liés

  • Zemmour à Villepinte : l’insulte aux habitants

    Eric Zemmour a tenu son premier meeting de campagne en Seine-Saint-Denis. Un département qui représente tout ce que déteste le polémiste d’extrême-droite. Nous avons choisi de déplacer le micro et de le tendre aux habitants de Villepinte et des alentours qui sont les cibles quotidiennes de ces injures. Reportage.

    Par Hannah Saab
    Le 05/12/2021
  • Frédérique Matonti : « La pensée réactionnaire est le produit d’une panique morale »

    A l’occasion de la sortie de son livre «comment sommes-nous devenus réacs?», la politiste Frédérique Matonti revient sur la progression de l’idéologie réactionnaire, de sa naissance dans les années 1980, à son triomphe actuel sur les chaînes d’information en continu. Entretien.

    Par Yunnes Abzouz
    Le 16/11/2021
  • Quand Laïreche raconte Ruffin

    Ces derniers temps, Rachid Laïreche nous offrait un peu moins de ces fameuses "info Rachid" sur Twitter, des petits indiscrets sur le monde politique qui montrent comment le journaliste de Libération raconte la gauche actuelle comme personne. On a compris ce qui se tramait quand on a appris la sortie de "La revanche des bouseux" (les Arènes), un portrait du député François Ruffin.

    Par Latifa Oulkhouir
    Le 29/10/2021