MUNICIPALES 2014 – UNE SEMAINE A MARSEILLE. Dans les quartiers Nord, les habitants votent historiquement à gauche, voire extrême-gauche. Les dernières élections municipales ont porté Samia Ghali à la tête du 15e arrondissement. Reportage à La Bricarde.

« Ce n’est pas très bien vu ici Madame, les journalistes. » L’avertissement est lancé par un jeune homme qui semble monter la garde avec deux autres compères. Ici, c’est La Bricarde, une cité des quartiers Nord située en zone urbaine sensible. La vie tourne au ralenti ce dimanche. Les « minots » s’égosillent dans l’aire de jeux devant le bâtiment K. Des ados font des tours de scooters. Les parents vaquent à leurs occupations. Zakia revient des courses avec son petit dernier. « Je ne vote pas, je n’ai pas la nationalité française », explique-t-elle. « Par contre, j’incite mes enfants majeurs à y aller. C’est important », insiste-t-elle même si elle n’a pas suivi les derniers débats politiques. Zakia habite depuis plus de vingt ans à La Bricarde, cette cité qui surplombe La Castellane célèbre par sa médiatisation et son trafic drogue.

La mère de famille de six enfants embauche à 6 heures du matin, elle est femme de ménage pour « La Régie Nord ». « J’ai vu la cité évoluer. Aujourd’hui, on voit les enfants traîner dans les halls à des heures où ils devraient être à l’école ou au travail. Leurs aînés sont partis mais eux ils restent là », regrette-t-elle. Quand je lui demande si ce n’est pas trop dur de vivre ici, elle se met à rire, « comme j’ai toujours dit à mes enfants, il n’y a pas de mauvais quartiers, il n’y a que des mauvaises personnes. »

Nous nous approchons d’un habitant qui fait du ménage dans sa voiture. Survêtement aux couleur de l’OM, cet habitant de La Bricarde n’est autre qu’un cousin de Samia Ghali, actuelle maire PS des 15e et 16earrondissements et candidate à sa succession. Visiblement, la politique ce n’est pas un truc de famille, « je suis un petit peu mais bon chacun son boulot », plaisante-t-il. L’électricien affirme ne pas avoir encore fait le choix du bulletin qu’il glissera dans l’urne dans un mois et demi. Néanmoins, les compliments ne tardent pas à venir, « Samia a fait bouger les choses pour qu’il y ait plus de présence policière dans les quartiers Nord. On voit une vraie différence », se réjouit-il. Il reconnaît toutefois que la drogue circule dans la cité et que les jeunes peuvent effrayer certains habitants. La sécurité sera une thématique déterminante dans son choix du 23 mars prochain.

IMG_0778IMG_0778Samia Ghali, « c’est elle qui m’a mariée »

Un vieux monsieur, emmitouflé dans un long manteau élimé et charentaises aux pieds, fait sa balade du dimanche. « Je ne vote pas parce que ça ne me plaît pas, grogne-t-il. Ce sont tous des menteurs ! » Il nous confie qu’il aimerait vivre ailleurs, dans une maison, mais sa retraite ne le lui permet pas. De son côté, Audrey, nouvellement maman, se sent bien dans le quartier. « Je vis ici depuis une vingtaine d’années, ma mère aussi. Le quartier est sympa les gens aussi, on a des petits commerces », décrit-elle. Pour les élections, elle n’a pas encore fait son choix, c’est trop tôt, « j’ai mon idée mais j’attends. » Les candidats, elle ne les connaît pas trop, sauf Samia Ghali, « Oui, elle vient de temps en temps dans le quartier. C’est même elle qui m’a mariée ! », relate-t-elle d’un air enjoué. « Je la trouve très bien, elle est proche des gens et à l’écoute. » Ce qu’elle souhaiterait voir changer dans son quartier : « J’aimerais qu’il y ait plus de vie, qu’il y ait plus d’animations. Et puis…, hésite-t-elle un peu, j’aimerais que le quartier soit un peu plus sécurisé le soir. Les jeunes traînent dans les blocs ce n’est pas rassurant. » Pourtant, elle ne voudrait pas quitter son quartier pour habiter en centre-ville, « Oh non. On est bien ici, c’est entouré par la nature. Le centre-ville c’est trop bruyant et puis c’est trop compliqué pour y stationner. »

IMG_0781Chômage, sécurité, social, sans doute les points sur lesquels les candidats à la mairie du 15e-16e sont le plus attendus. La question des transports est aussi un élément essentiel pour ces habitants qui vivent à plus d’une heure en transport en commun du centre-ville. Dans ce dernier domaine, Marseille échoue dans sa mission de désenclavement de ses quartiers périphériques préférant multiplier les moyens de locomotion dans le cœur de la ville. Dans ce 8e secteur, Samia Ghali (PS) est particulièrement appréciée. Néanmoins, elle a face à elle des compétiteurs qui pourraient bien la bousculer, notamment Arlette Fructus (UDI-UMP), Bernard Marandat (FN), Jean-Marc Coppola (FG). Le taux d’abstention pourrait aussi peser lourd dans la balance et favoriser le candidat « bleu marine ». En 2008, Samia Ghali a été élue dès le premier tour avec 52% des voix et un taux d’abstention de 47%.

Charlotte Cosset

Lire les précédents opus de la série « Une semaine à Marseille » :
Marseille : Pape Diouf, candidat populaire
Le Vélodrome et les supporters dans la bataille des municipales

 

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021