Mardi après-midi, cité de la Rose des Vents, à Aulnay-sous-Bois. Le soleil joue à cache-cache  avec les nuages. Pendant ce temps, Fatou Meïte, candidate aux élections législatives pour le Mouvement Emergence dans la 10ème circonscription de Seine-Saint-Denis (Bondy sud-est, Aulnay-sous-Bois, Les Pavillons-sous-bois), tracte avec son suppléant, Olivier Pagesse. Elle s’étonne qu’on lui dise qu’elle a bonne mine. « C’est surement à cause du maquillage, je sors d’une émission à Télé Sud » sourit-elle.

Aujourd’hui, pas le temps de faire du porte-à-porte, ni de s’étaler dans de grandes conversations avec les citoyens. Ce sera quelques rencontres et principalement du tractage dans les boîtes aux lettres. Un rendez-vous l’attend à 17H, à radio France Maghreb. Pas grave, elle a déjà fait du terrain ces derniers jours. La preuve, certains la reconnaissent. Une femme au pied d’un immeuble lui répond qu’elle a déjà eu son document, Fatou Meïte lui avait donné dimanche main à main, au marché des 3000 « je vois tellement de gens, que je ne m’en souviens plus » plaisante-t-elle.

Qui sont ces deux candidats du Mouvement Emergence ? Avant d’être impliqués en politique, Fatou et Olivier, qui ont le même âge, sont avant tout des amis de longues dates. Une connaissance qui s’est fait à l’ASB (Association sportive de Bondy) où ils découvrent une passion commune : le basket. Ils étaient dans la même classe, en 1ère ES au lycée Jean Renoir de Bondy. Pour Fatou, ce sont des études de gestion à l’université Paris I, un cursus en relations internationales et en STAPS qui ont rythmé sa vie d’étudiante. Olivier quant à lui, a entrepris un BTS  action Commerciale et s’oriente ensuite vers une licence et un master lié à l’administration et la gestion d’entreprise dans l’informatique, notamment à l’université de Créteil.

Fatou est arrivée en politique au parti socialiste pendant les élections municipales à Bondy. Elle y est restée quelques années. Des divergences, des prises de position et de distance l’ont convaincu de quitter le PS « je m’épanouis beaucoup plus chez Emergence ». Prête à se présenter, la jeune politicienne a besoin d’un suppléant. Olivier s’est engagé récemment en politique chez Emergence.

Retour sur le terrain. En marchant, Fatou et Olivier trouvent des jeunes au pied d’un immeuble.  Ils écoutent, quelques questions, un jeune interpelle Fatou pour savoir s’il doit voter pour elle en prenant son tract :«  Je te le donne, tu lis, tu réfléchis et tu vois si tu te reconnais dedans » répond-elle tout en expliquant à ses interlocuteurs l’intérêt des élections législatives. En partant, ces derniers  lancent un « bon courage, bonne journée ! » à cette jeune trentenaire qui fait preuve de sociabilité et de proximité « je n’ai pas de problème à approcher les gens » explique-t-elle. Quelques sourires, d’autres prennent le tract et s’en vont, d’autres posent un tas de questions, comme ce monsieur qui teste la candidate sur les mots qu’elle prononce « c’est quoi la justice sociale ? Ça veut dire beaucoup de choses hein… » lui dit-il. « Il a raison de tester, j’aurais fait pareil ».

Même si l’élection est difficile au niveau «  de la charge de travail, du rythme, du tractage et du collage », le travail sur le terrain se serait très bien passé selon les deux candidats, « je suis même agréablement surpris » s’étonne Olivier.

« Les résultats on ne les verra pas aujourd’hui, c’est un travail de longue haleine » explique Fatou qui attend les résultats des urnes dimanche avant de se prononcer. Plus que 4 jours d’attente…

Imane Youssfi

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021