« Il a été plus incisif que d’habitude. » Beaucoup soulignent cet aspect de la prestation de François Bayrou dimanche après-midi dans la petite salle du Silo fraîchement rénovée. Bruno un bonhomme jovial l’a bien remarqué. Après Clermont-Ferrand, Toulouse et Pau, le Perpignanais insiste sur le ton de son champion. Il a tout de même parlé des « balivernes de l’extrême gauche ». Des Normands ont fait le déplacement. Jean-Yves est aussi un convaincu, et un convaincu de la première heure. Déjà en 2007 il militait pour François Bayrou. Encarté, il a vu le candidat du MoDem à Paris et à Caen déjà.  Aujourd’hui, il l’a trouvé « excellent ». L’évolution dans ses propos, il en parle spontanément, « il approfondit son discours, il est de plus en plus précis ». Et surtout : « il a un bon argumentaire, il prend des exemples même s’ils sont simples, c’est très pédagogique », ce que le professeur de management ne peut que souligner. Un regret : « qu’il ne reste pas 15 jours de campagne en plus ».

Ils sont venus peu nombreux mais les participants, convaincus et curieux sont plutôt satisfait de sa prestation. Ils cherchent même à convaincre les indécis. Jean-Yves a fait profité de son  voyage chez ses proches restés en Normandie. Grâce à son téléphone portable, ils ont pu écouter en direct et dans son intégralité le meeting. An-Vy étudiante dans l’ingénierie relève le « bon choix des mots » mais elle a trouvé ses propositions plus ou moins convaincantes. « Il est resté trop flou sur l’éducation ». Elle a remarqué les piques du MoDem, elle n’est pas particulièrement d’accord avec ce genre de stratégies « mais ça fait partie du jeu ».

« Nous ne jouons pas nos cartes »

François Bayrou, après un début de discours hésitant et timoré, a donné plus de force notamment en abordant les thématique de l’éducation et de la formation. Il a souligné le manque de réactivité des circuits de l’enseignement face aux innovations, prenant l’exemple du numérique. « Nous ne jouons pas nos cartes » explique-t-il. En s’imposant comme le défenseur de la réalité, le candidat s’est engagé à maintenir le nombre d’enseignants, « on remplacera poste pour poste ». Mais il a martelé qu’il est faux de prétendre pouvoir l’augmenter, visant directement l’autre François. « La France ne pourra pas l’assumer ! »

L’administration française en a aussi pris pour son grade avec ses démarches compliquées et sa « paperasse » interminable, prenant même à partie les fonctionnaires présents qui ne se sont guère manifestés. Autre sujet d’attaque, les choix et lignes de politiques globales. « Des choses de bon sens paysan » s’est-il évertué à faire passer dans l’assistance. Toujours très pédagogue, le professeur agrégé de lettres prend l’exemple de l’industrie du luxe. Les savoir-faire comme la dentelle ne sont pas suffisamment enseignés, développés et mis en valeur. Un exemple parmi tant d’autre dont la France ne tire pas profit.

« Bravo l’artiste »

Saïd Ahamada dès le début du meeting a donné une mention spéciale à Marine Le Pen ainsi qu’à Jean-Luc Mélenchon, « bravo l’artiste ! » Et François Bayrou de rajouter un peu plus tard, « ce n’est pas à la dimension des foules que l’on mesure la vérité des discours. » Les propositions du candidat François Hollande ont elles aussi été critiquées tout au long de son discours. Sans parler du système parlementaire et du fonctionnement politique actuel : « il faut moraliser la vie publique en France » a-t-il répété à plusieurs reprises.

Le candidat du centre s’est donc présenté en opposition aux autres partis, « nous sommes le parti de la vérité et de la volonté. » Il a tenté de mettre en avant le positif à tirer du pays malgré la morosité ambiante. « Nous avons à reconstruire la force productive de la France […] oui on va faire des efforts mais ça n’a jamais ruiné ni désespéré personne. »

Charlotte Cosset

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021