François Hollande a choisi de faire sa rentrée à Clichy-sous-Bois. En compagnie de la nouvelle ministre de l’Éducation, ils ont inauguré un nouveau collège équipé du dernier cri de la technologie.

Jour de rentrée à Clichy-sous-Bois. Aux abords du collège Louise Michel  tous les éléments du rituel sont présents :  nouvelles chaussures aux pieds des enfants, inventaire des trousses où rien ne manque (pour l’instant) et mamans tout aussi fières de voir leur enfant entrer en sixième que celles des années 1920, même si le certificat d’études n’existe plus.

L’ivresse de la rentrée est là, identique à celles des autres années, si ce n’est que le flacon ici a changé. Louise Michel a refait peau neuve, comme douze autres collèges de la Seine-Saint-Denis. Un établissement rutilant qui accueille pour la rentrée, élèves, parents, professeurs, une ministre de l’Education nationale, un président de l’Assemblée et celui de la République.

François Hollande arrive à 9h30 avec Najat Valaud-Belkacem qui évoque « ce cadeau de bienvenue » que représente ce nouvel établissement, et les onze autres, suite à sa venue à la tête du ministère de l’Education. Dans la cour de recréation, une estrade où le président de la République s’apprête à discourir est installée juste en face d’un tas de gravats qui bouche la vue donnant sur l’extérieur du collège. C’est tout ce qui reste de l’ancien Louise Michel « Louise Misère » comme aimait l’appeler les locaux. Là bas, une piscine flambant neuve va renaitre des poussières de l’ancien collège. « Avec ça les enfants auront les moyens de bien travailler » me confie un ouvrier du bâtiment, très touchant, tant il est fier d’avoir bâti une école.

Les premiers mots de François Hollande sont pour les huit victimes de l’effondrement d’un immeuble à Rosny-sous-Bois fauchés par « cette tragédie » alors que ces enfants « auraient dû préparer » leurs affaires scolaires. C’est aussi pour eux que François Hollande affirme avoir « voulu venir en Seine-Saint-Denis pour la rentrée« . Le président a ensuite dressé un portrait flatteur du département, de sa démographie, de son dynamisme et a justifié l’excellence du choix d’avoir choisi une femme au poste de ministre de l’Education, déclaration qui a une certaine pertinence dans un établissement qui porte le nom d’une grande dame.

Pendant son discours le personnel commente le nouvel établissement. « C’est beau ça y a pas à dire » déclare un surveillant même si l’infirmière scolaire trouve à redire sur  une construction fait « tout en longueur où les déplacements ne seront pas faciles« . Pendant le discours de François Hollande, elle trouve également quelques trucs à dire sur les déclarations de la ministre de l’Education nationale qui compte bien forcer certains maires récalcitrants à appliquer la reforme des rythmes scolaires.

« Ce collège de Clichy marque un symbole: faire resurgir l’avenir là où le passé avait parfois sombré« . « Ce collège est beau. Le beau n’est pas réservé aux plus favorisés. Il doit être accessible à tous, donné à tous« . Sur ces belles phrases du président, la délégation républicaine s’en va faire une visite des locaux pendant que dans la cours de recrée la rentrée commence par le premier appel de l’année. Alors que les enfants se rangent en rang, les profs font connaissances. Monsieur Girardon, professeur d’histoire-géographie, jeune mais avec néanmoins trois ans d’ancienneté à Louise Michèle parle de l’ancien collège : « C’était très compliqué on avait très peu de moyen« . Ce qu’il aime dans l’enseignement en banlieue ? « La présence de jeunes professeurs très dynamiques » qui malheureusement ne restent pas longuement dans le même établissement « pour la simple raison que beaucoup viennent de Province est souhaitent y retourner au bout d’un temps« .

Le nouvel établissement a mis l’accent sur l’équipement numérique et celui basé sur les nouvelles technologies dont il est désormais pourvu. Pour un des assistants d’Education cela n’a rien de gadget « actuellement, avec l’accès à internet, à l’information, les élèves auront tout pour réussir. De mon temps, on entendait pas parler des grandes écoles, l’orientation était faite pour les initiés. Avec l’équipement que nous avons désormais l’information viendra plus facilement aux élèves« . Une conclusion que fait également le président de la République : « l’Etat mettra tous ses moyens pour former les enseignants et pour assurer partout l’arrivée du très haut débit« .

A la fin de sa visite François Hollande s’offre un mini bain de foule en dehors des grilles. Une dame, aux anges,  lui crie qu’elle est fière de lui. On comprend sa joie : le président vient d’annoncer que le tramway arrive à Clichy-sous-Bois (15km de Paris, 1h30 de trajet) en 2018. Une année plus tôt que prévu.

Idir Hocini

Articles liés

  • Le problème Roussel des élus des quartiers populaires

    Dans l’ancienne banlieue rouge, les élus locaux du PCF sont légion à serrer les dents face aux sorties réactionnaires de leur secrétaire national. L’omniprésence médiatique de Fabien Roussel et son éloignement manifeste des fondamentaux du parti commencent à être ouvertement critiqués. (Un article d'abord publié chez Mediapart, dans le cadre de notre partenariat).

    Par Héléna Berkaoui, Olorin Maquindus
    Le 04/10/2022
  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022