J’ai vécu une dizaine d’années près d’une mission locale. Je suis passé devant tous les jours. Sans vraiment savoir de quoi il s’agissait. Et puis, lors d’une discussion avec une amie qui s’intéressait à la vision des retraités sur la présidentielle, je me suis dit : pourquoi ne pas aller demander l’avis des jeunes de la mission locale ? Voilà comment je me suis retrouvé dans les locaux de la mission locale de Bondy, un lundi après-midi.

En arrivant, j’ai l’impression de débarquer dans un no man’s land. Dehors, à l’entrée, Luis-Tavares, un gars menu, tout de jean vêtu, attend. Il fréquente la mission locale depuis un an.  » J’ai arrêté l’école en classe de 1ere. Plusieurs formations m’ont été proposées. Même si aucune ne me plaisait, j’ai quand même suivi trois formations de 4 mois chacune « . Luis-Tavares va voter pour la première fois dimanche. « Je pense que je vais voter François Hollande. Ses idées sont pas mal. Il va proposer plus d’emplois et plus de formations dans les entreprises ». Pour lui, voter pour Nicolas Sarkozy n’est pas tout à fait exclu, « Je vais jeter un œil à son programme avant dimancheMême si ça fait 5 ans qu’il est là et les choses ne changent pas. Même l’économie de la France a baissé. Il a perdu le triple A. »

Anderson et un ami ayant préféré conserver l’anonymat discutent devant le comptoir d’accueil, le regard absorbé par une femme assez occupée. Le premier est inscrit à la mission locale depuis près d’un an. Contrairement à Luis-Tavares, il n’a pas encore eu de formation.

Pour le jeune homme, les moyens sont insuffisants. Le suivi aussi. « Ce serait mieux s’il y avait plus d’entretiens. Quand tu appelles pour prendre un rendez-vous, ton conseiller n’est jamais disponible » déplore-t-il. Il s’intéresse un peu à la campagne , dit qu’il  va voter. Pour qui ? « Je ne sais pas encore. » Il improvise un rapide bilan du dernier quinquennat sarkozyste : « Il n’y a pas d’emplois et on galère. Tout a augmenté. »

Si les sondages mettent au coude-à-coude Nicolas Sarkozy et François Hollande, un bon nombre de primo-votants comme Anderson qui ne font pas le distinguo entre les deux favoris n’excluent pas de voter pour le candidat de la majorité, bien que critiques vis-à-vis de son quinquennat.  » En même temps, je me dis qu’il ne faudrait pas se tromper une deuxième fois… » parlemente le jeune chômeur.  Il ne s’attend pas à une révolution, espère juste « un meilleur encadrement à la mission locale ».

Plus discret, son ami se montre davantage désenchanté, « ça fait plusieurs mois que je cherche du taf et que je ne trouve pas. Je postule partout et j’en ai marre « , confesse-t-il d’une voix lasse. « Je me fiche de la politique. » Avant de partir, il termine en lâchant que « François Hollande ne ferait pas mieux que Nicolas Sarkozy car il n’a jamais été président.  »

Olufémi Ajayi



Articles liés

  • En Seine-Saint-Denis, la NUPES « vise le strike »

    Le 17 mai, les 12 candidat·e·s de Seine-Saint-Denis de la NUPES ont déposé collectivement leurs candidatures à la Préfecture de Bobigny. L'occasion d'affirmer la détermination de la gauche unie de gagner dans toutes les circonscriptions du 93. Mais l'élan Mélenchon retrouve-t-il sa légitimité sur le terrain ? Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 19/05/2022
  • À Aubervilliers, la NUPES se rassemble « pour l’histoire »

    La NUPES - Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale - s'est lancée officiellement à Aubervilliers. Après des jours de négociations médiatisées, les partis de gauche se sont réunis samedi 7 mai en Seine-Saint-Denis pour lancer officiellement la campagne des législatives avec lesquelles ils et elles espèrent transformer l'essai de Mélenchon à la présidentielle. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 08/05/2022
  • Législatives vues des quartiers : l’union et maintenant quoi ?

    Alors que La France Insoumise mène les négociations pour finir l'union de la gauche avec le Parti Socialiste, après les communistes et les écologistes, dans les quartiers le sentiment paraît mitigé. Entre la possibilité de voir la gauche s'imposer aux législatives et la mise à prix des circonscriptions populaires, au grand dam de certains élus de terrain. Décryptage.

    Par Jalalle Essalhi
    Le 05/05/2022