Après une heure de débat sans accrochage, Mohand Kaci interpelle l’auditoire du fond de la salle. Il prend la parole, pas pour taper sur la secrétaire d’Etat de la Ville mais pour critiquer les lenteurs du plan lancé il y a un an, presque jour pour jour. Celles-ci sont d’après lui dues à des failles au niveau local. « Aujourd’hui, à Charleville-Mézières, il y a un véritable problème avec l’ANRU. On a l’impression que des intérêts politiques bloquent la rénovation de nos quartiers. La Maire PS (ndlr : Claudine LEDOUX, proche de Fabius) fait tout pour ralentir le processus. » L’homme qui semblait a priori en vouloir à Fadela Amara voit en fait en elle le Messie !

« La secrétaire d’Etat s’est engagée à venir mettre un coup de pied dans la fourmilière. Elle nous a promis une visite surprise à Charleville pour débloquer la situation ». Ainsi donc, des querelles partisanes interfèrent, selon lui, entre ce qui se décide au niveau national et ce qui se fait au niveau local. « Gardez vos sous, ce qu’il nous faut, ce sont des actions concrètes maintenant ». Cela rejoint les propos qu’avait tenus Fadela Amara récemment, reprochant à des « hauts fonctionnaires » de freiner la dynamique qu’elle souhaite mettre en action pour les banlieues.

Le Plan Espoir Banlieue souffle sa première bougie. En attendant, pendant que les protagonistes tentent de décorer le gâteau, d’autres tentent de mettre de l’huile sur le feu.

Hanane Kaddour, Fethi Ichou

 

Hanane Kaddour

Articles liés

  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021
  • Dégoutée, la jeunesse communiste lâche-t-elle Fabien Roussel ?

    Une partie des jeunes militant·e·s du PCF, des JC (Jeunes Communistes) et de l’UEC (Union des Etudiant·e·s Communistes) se sentent trahi·e·s par les dernières sorties médiatiques du candidat du parti Fabien Roussel. Des ruptures déjà ancrées sur des enjeux de société semblent aussi se consolider, dans un choc de génération. Témoignages.

    Par Anissa Rami
    Le 15/09/2021