11 heures, le niveau 2 du palais des Congrès de Paris est en effervescence. Plus que quelques minutes avant l’ intervention de Maurice Leroy,  ministre de la Ville , prévu à 14 heures, au forum. Techniciens, organisateurs préparent encore chaque stand munis de leur talkie-walkie, faisant les aller-retours dans le grand salon de la rénovation urbaine, avec ses espaces orange, verte, bleu, blanc et rose…

L’objectif ? Réunir tous les deux ans les acteurs de la rénovation urbaine, « pour voir où ils en sont » explique Jean-Baptiste Roques, employé de Schall communication et chargé de la programmation et des discours des Jéru. «Il y a deux enjeux, poursuit Jean-Baptiste Roques : montrer que la rénovation urbaine est quelque chose qui marche bien, et  bien sûr, cela ne se met pas en place du jour au lendemain ! Le deuxième enjeu est de montrer aux politiques, de droite comme de gauche, qu’il faut continuer la rénovation urbaine, c’est un thème d’union nationale. Dans deux, trois ans, si on ne vote pas une nouvelle loi, les efforts ne seront pas poursuivis ».

Si les politiques sont bien évidement les premiers à répondre présent comme Claude Guéant, « qui s’est invité à la dernière minute. Vous verrez bien comme la salle va l’accueillir étant donné qu’il parlera surement de la banlieue ». Des habitants de Bobigny, Rosny-sous-Bois mais aussi de Bourges seront présents pour donner leur vision de la rénovation urbaine. « Ce sont les endroits les plus stigmatisés. L’idée est de montrer que la vision des médias est faussée. Il n’y aura pas d’annonce durant ces deux jours, ni de proposition.» précise Jean-Baptiste Roques.

Même si les Jéru « ne sont pas destinées au grand public au départ, il est quand même le bienvenue. Ce que nous voulons c’est fédérer une communauté de fonctionnaires de toute la France, pour mieux se connaitre  » espère Jean-Baptiste Roques.

Un évènement sur les banlieues, pour les banlieues au plein cœur de Paris. Pourquoi ne pas l’organiser au coeur de la banlieue ? « Je ne sais pas, répond Jean-Baptiste Roques, c’est un événement de taille moyenne. C’est vrai que le Parc des expositions de Villepinte est bien équipé mais la salle est trop grande. En tous cas ça mériterait d’être dit, ça aurait un plus fort impact médiatique ». Avec la venue de Claude Guéant, il se pourrait que cela change et que les médias se fassent l’écho de cette visite.
Imane Youssfi

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021