Fatima a 25 ans, a toujours habité en France, elle y a fait ses études, a obtenu un BTS, une licence, et continue aujourd’hui de travailler. Ses parents et ses quatre frères sont Français, elle par contre, ne l’est pas. Cela fait des années qu’elle se bat et essaye d’être naturalisée pour pouvoir sortir de sa situation précaire, mais niet, l’administration l’empêche de devenir Française contrairement aux membres de sa famille.

Mais comment Fatima en est-elle arrivée là ? Pourquoi n’est-elle pas Française alors que ses parents et ses frères le sont. Si j’ai bien compris : ses parents sont en France depuis 1968. En août 81, de banales vacances au pays, et là surprise, c’est prématurément que Fatima vient au monde sur le sol marocain. Fatima découvre la France une semaine plus tard lors du retour de ses parents. A ce moment là, les parents de Fatima ne sont pas encore Français, Fatima et ses frères grandissent avec des autorisations de circulation de mineurs étrangers qui leur permettent entre autres d’aller à l’école, et de vivre normalement. A l’âge de 16 ans, ses frères qui sont nés en France ont le choix de la nationalité, Fatima par contre, ne bénéficie pas de cette loi du sol puisqu’elle n’est pas née en France. Elle restera donc jusqu’à ses 18 ans avec son autorisation de circulation de mineure étrangère. A 18 ans, Fatima possède une carte de séjour temporaire. Cette carte, elle doit la renouveler chaque année, et au bout du cinquième renouvellement, elle a la possibilité d’obtenir une carte de résident et d’acquérir la nationalité Française si elle en fait la demande.

Ses parents, entre temps ont été naturalisés mais pour Fatima, après ces cinq années de renouvellement, la loi a changé peu avant l’échéance. Cinq ans ne suffisent plus. Pour un étudiant, il faut quinze renouvellements. Mais cette carte de résident, il y a un autre moyen de l’obtenir sans attendre 15 ans. Une personne peut l’obtenir si elle travaille en CDI, touche un salaire équivalent à 1500 euros, et possède une maison à son nom. Ce n’est malheureusement pas le cas de Fatima. Elle est considérée comme une immigrée qui est arrivée il y a 5 ans alors qu’elle a toujours vécu en France, et malgré maintes demandes à la préfecture pour faire quelque chose pour son cas isolé, rien. La loi c’est la loi, on ne la transgresse pas. Mais quand la loi bug, c’est curieux qu’on ne l’admette pas et qu’on ne fasse pas le nécessaire. Lors de son dernier rendez-vous, la préfecture a étudié son cas particulier, résultat : nouveau refus pour l’obtention de la carte de résident sous prétexte que son salaire n’atteint pas un certain seuil, malgré toutes ses revendications.

Fatima vit en France depuis sa naissance, elle n’est toujours pas Française, mais elle continue d’étudier et de travailler, mais si du jour au lendemain, elle arrête ses études et ne trouve plus de boulot, elle serait invitée à quitter le territoire.

Chou Sin

Chou Sin

Articles liés

  • Le problème Roussel des élus des quartiers populaires

    Dans l’ancienne banlieue rouge, les élus locaux du PCF sont légion à serrer les dents face aux sorties réactionnaires de leur secrétaire national. L’omniprésence médiatique de Fabien Roussel et son éloignement manifeste des fondamentaux du parti commencent à être ouvertement critiqués.

    Par Héléna Berkaoui, Olorin Maquindus
    Le 04/10/2022
  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022