Ce lundi 4 juin se tenait le meeting de Jean Christophe Lagarde, député sortant de la circonscription Bobigny-Drancy, à la salle Pablo Neruda de Bobigny. Etant maire de Drancy depuis onze ans, député depuis 10ans et aussi vice-président de l’Assemblée Nationale, la politique il s’y connait. Partisan du Nouveau-Centre, cette année il se représente pour la circonscription Bobigny-Drancy-Le Bourget.

Début de meeting prévu à 20h, la salle est encore assez vide et une musique entrainante façon guerrière se fait entendre pendant que la salle se remplie de plus en plus. 20h30, le député fait son entrée sous les cris et applaudissements du public présent, aussi bien des habitants de Bobigny, Drancy ou encore Le Bourget.

La salle est bien sûr acquise au candidat. Mr Lagarde s’assoit au premier rang pendant qu’Hatim, un jeune de 2 0ans habitant mon immeuble (j’habite à Bobigny) prend la parole : « La ville nous met des bâtons dans les roues et à nos associations aussi. Alors qu’à Drancy (ville dont JC Lagarde est le Maire), ils sont vraiment aidés ». Il ajoute pour conclure : « Même si j’ai voté Hollande aux présidentielles, dimanche 10 juin je voterai Lagarde ».

La ville de Bobigny est communiste et gérée par Mme la Maire Catherine Peyge. Mais la salle, Pro Lagarde, est formelle ce soir là. « Il faut que ça change ». Oudéré Kankarafou, grand athlète, monte sur la scène à son tour pour prendre la parole : « C’est un candidat qui sait reconnaitre la valeur de nos efforts et surtout de notre travail ».

A entendre ces gens, Mr Lagarde est un grand homme. Et ce n’est pas sa suppléante Leïla Bouzidi qui le contredira ! « Jean Christophe Lagarde, on le garde ! » dit-elle.

Le député sortant prend enfin la parole et il signale que le Bonjour Bobigny (journal de la ville) est présent dans la salle ce soir. « Ils ne parle que très peu de moi voir pas du tout ou alors il mentent dans ce journal. Il y a une tentative de négation permanente dans cette ville. Vous n’avez qu’à lire leur profession de foi (Abdel Sadi, se disant du Front de Gauche se présente aux législatives contre J C Lagarde), ils ne parlent que d’eux, jamais de vous ni de nous ». Il nous parle ensuite d’une de ses adversaire Milouda Latreche. Conseillère municipale à Conflans-Sainte-Honorine dans les Yvelines (78) candidate du PS, elle a été parachutée. Elle a précisée que si elle était élue, elle viendrait habiter chez nous. Le Maire de Drancy n’hésite pas à le rappeler : « Quelqu’un qui ne nous connait pas ne peut nous représenter. Nous ne sommes pas une ville d’accueil pour les Yvelines. Merci Mme la parachutée des Yvelines de daigner habiter avec nous ! » Dit-il avec une dose d’humour. Il conclut : « Si je suis élu député c’est pour continuer à vous aider. Si je vote « pour » à l’Assemblée Nationale, c’est que ma décision est juste. J’ai besoin de vous pour parler  de vous, de nous et de la Seine-Saint-Denis au mieux ».

Le meeting se terminera comme tout discours officiel par une Marseillaise chantée en cœur par une salle pleine et multicolore totalement séduite par le candidat.

Inès El Laboudy

Articles liés

  • Frédérique Matonti : « La pensée réactionnaire est le produit d’une panique morale »

    A l’occasion de la sortie de son livre «comment sommes-nous devenus réacs?», la politiste Frédérique Matonti revient sur la progression de l’idéologie réactionnaire, de sa naissance dans les années 1980, à son triomphe actuel sur les chaînes d’information en continu. Entretien.

    Par Yunnes Abzouz
    Le 16/11/2021
  • Quand Laïreche raconte Ruffin

    Ces derniers temps, Rachid Laïreche nous offrait un peu moins de ces fameuses "info Rachid" sur Twitter, des petits indiscrets sur le monde politique qui montrent comment le journaliste de Libération raconte la gauche actuelle comme personne. On a compris ce qui se tramait quand on a appris la sortie de "La revanche des bouseux" (les Arènes), un portrait du député François Ruffin.

    Par Latifa Oulkhouir
    Le 29/10/2021
  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021