Jean-Louis Borloo est l’invité du « BondyBlogCafé ». Il arrive à l’heure prévue et pousse la porte de la brasserie comme un client ordinaire. Aucun protocole et sans complexes.

Dans la brasserie, tout est en place. La machine « Bondy Blog Café » est bien huilée. Les trois blogueurs : Kahina Hocini, Faïza Zerouala et Kozi Pastakia relisent leurs notes et échangent sur les derniers détails. Après le maquillage et un petit passage auprès de l’ingénieur son, l’invité du jour se met à table. Il demande de laisser du temps à l’UDI de s’installer dans le paysage politique français. Son bébé a-t-il vraiment coupé le cordon avec sa mère biologique de droite ? Jean-Louis Borloo répond : «Le développement durable. Nous on est convaincus que c’est un enjeu majeur. (…) La seconde différence est que nous on est totalement européen. (…) Puis, on croit que la croissance d’un pays provient de toutes ces ressources humaines, quel que soit le niveau social, la culture, l’origine (…) »

Très vite, l’émission enchaîne les sujets. Un blogueur évoque l’actualité malienne. Jean-Louis Borloo répond : « depuis le premier jour, j’ai soutenu cette intervention de l’armée française ». Faïza rétorque : « oui mais cette guerre coûte tout de même 200 000 euros par jour, une somme avec laquelle on pourrait faire plein de choses, déclarer la guerre au chômage des jeunes dans les quartiers par exemple… ». D’autres thématiques sont abordées, on évoque la situation des « chibanis», l’emploi, le style François Hollande, les noms d’oiseaux en politique, le droit de vote des étrangers.

C’est l’heure de la diffusion du reportage d’Imane Youssfi sur la rénovation urbaine. Réaction de Jean-Louis Borloo : « en 2003/2004, on avait près de 400 quartiers dans un état de délabrement épouvantable. On mettait 18 millions pour tous les quartiers de France à l’époque. Avec la création de l’ANRU, j’ai lancé un programme à 43 milliards…»

L’ambiance au Murat est très chaleureuse, le ping-pong avec les blogueurs est soutenu. C’est d’ailleurs avec beaucoup d’énergie et de conviction que Jean-Louis Borloo répond aux questions avec un vocabulaire assez étonnant : « Putain, j’ai crée un compte pour que tout le pognon soit mis en commun, j’emmerdais tout le monde avec mes histoires… », en tapant du poing sur la table.

On aborde le grand débat du moment : le mariage pour tous avec un reportage de Faiza. Lorsqu’on lui demande ses positions, il répond : « Moi j’ai beaucoup réfléchi à cette question là. Je vois tous les inconvénients. PMA, risque de gestation pour autrui, je vois tout ça. Mais pourtant à la fin, en mon âme et conscience, on vient d’une situation de tellement de blessures, depuis si longtemps, que je me dis qu’à la fin, mon vote il sera positif. »

Mais Jean-Louis Borloo a réveillé tout le public à propos d’une possible implantation en Seine-Saint-Denis à l’occasion des municipales : « Honnêtement, je vais vous dire, j’en rêverais !». La suite et la réaction des blogueurs sur cette petite révélation surprise, ce dimanche à 12h20 sur FranceÔ ou bien à 20h55 sur LCP.

Sarah Ichou

 

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021