Jean-Louis Borloo est l’invité du « BondyBlogCafé ». Il arrive à l’heure prévue et pousse la porte de la brasserie comme un client ordinaire. Aucun protocole et sans complexes.

Dans la brasserie, tout est en place. La machine « Bondy Blog Café » est bien huilée. Les trois blogueurs : Kahina Hocini, Faïza Zerouala et Kozi Pastakia relisent leurs notes et échangent sur les derniers détails. Après le maquillage et un petit passage auprès de l’ingénieur son, l’invité du jour se met à table. Il demande de laisser du temps à l’UDI de s’installer dans le paysage politique français. Son bébé a-t-il vraiment coupé le cordon avec sa mère biologique de droite ? Jean-Louis Borloo répond : «Le développement durable. Nous on est convaincus que c’est un enjeu majeur. (…) La seconde différence est que nous on est totalement européen. (…) Puis, on croit que la croissance d’un pays provient de toutes ces ressources humaines, quel que soit le niveau social, la culture, l’origine (…) »

Très vite, l’émission enchaîne les sujets. Un blogueur évoque l’actualité malienne. Jean-Louis Borloo répond : « depuis le premier jour, j’ai soutenu cette intervention de l’armée française ». Faïza rétorque : « oui mais cette guerre coûte tout de même 200 000 euros par jour, une somme avec laquelle on pourrait faire plein de choses, déclarer la guerre au chômage des jeunes dans les quartiers par exemple… ». D’autres thématiques sont abordées, on évoque la situation des « chibanis», l’emploi, le style François Hollande, les noms d’oiseaux en politique, le droit de vote des étrangers.

C’est l’heure de la diffusion du reportage d’Imane Youssfi sur la rénovation urbaine. Réaction de Jean-Louis Borloo : « en 2003/2004, on avait près de 400 quartiers dans un état de délabrement épouvantable. On mettait 18 millions pour tous les quartiers de France à l’époque. Avec la création de l’ANRU, j’ai lancé un programme à 43 milliards…»

L’ambiance au Murat est très chaleureuse, le ping-pong avec les blogueurs est soutenu. C’est d’ailleurs avec beaucoup d’énergie et de conviction que Jean-Louis Borloo répond aux questions avec un vocabulaire assez étonnant : « Putain, j’ai crée un compte pour que tout le pognon soit mis en commun, j’emmerdais tout le monde avec mes histoires… », en tapant du poing sur la table.

On aborde le grand débat du moment : le mariage pour tous avec un reportage de Faiza. Lorsqu’on lui demande ses positions, il répond : « Moi j’ai beaucoup réfléchi à cette question là. Je vois tous les inconvénients. PMA, risque de gestation pour autrui, je vois tout ça. Mais pourtant à la fin, en mon âme et conscience, on vient d’une situation de tellement de blessures, depuis si longtemps, que je me dis qu’à la fin, mon vote il sera positif. »

Mais Jean-Louis Borloo a réveillé tout le public à propos d’une possible implantation en Seine-Saint-Denis à l’occasion des municipales : « Honnêtement, je vais vous dire, j’en rêverais !». La suite et la réaction des blogueurs sur cette petite révélation surprise, ce dimanche à 12h20 sur FranceÔ ou bien à 20h55 sur LCP.

Sarah Ichou

 

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021