Pour la première émission de la troisième saison, le Bondy Blog Café a reçu le Premier ministre. Discrimination à l’embauche, situation des Roms, cumul des mandats, le Premier ministre s’est confronté aux questions des blogueurs. Teaser.

Lundi 14 octobre 2013. Jean-Marc Ayrault est le premier invité de la nouvelle saison du Bondy Blog Café. Attendu pour 17 heures tapantes pour le tournage de l’émission, le Premier ministre s’est d’abord rendu à la mission locale de la ville de Bondy pour promouvoir un dispositif, « les Garanties Jeunes », lesquelles permettront aux  jeunes de moins de 25 ans de s’engager dans la vie active (emploi ou formation) en bénéficiant d’un RSA.

Côté coulisses, visages et petites mains s’agitent. Les blogueurs sont venus une heure en avance. Mohamed Hamidi (Président du Bondy Blog) et Nordine Nabili (Directeur du Bondy Blog) installent les nombreux blogueurs dans le public. Quelques élèves du lycée Jean Renoir de Bondy et des étudiants du Master journalisme de l’université de Cergy-Pontoise sont également présents. Gérard Leclerc (Président de LCP), Rémy Pflimlin (Président de France Télévisions) et Gilles Camouilly, (Directeur des programmes de FranceÔ) ont fait le déplacement pour accueillir le Premier ministre. Techniciens et caméramans font les derniers réglages. Dernière recommandation de Nordine auprès du public. Widad Kefti, Mehdi Meklat et Badroudine Saïd Abdallah, les trois blogueurs-intervieweurs qui vont animer l’émission de 52 minutes sont en place, impatients.

Une bière pour le Premier ministre s’il-vous-plaît

A quelques minutes de l’arrivée de Jean-Marc Ayrault, tous les yeux sont rivés vers l’entrée. A l’extérieur, place de la gare, quelques policiers se sont positionnés. Il est pile 17 heures quand le Premier ministre foule la porte du café, entouré de quelques gardes du corps. Il est accompagné de Daniel Goldberg, député de la 10e circonscription de Seine-Saint-Denis. Dans le bar, il fait extrêmement chaud, projecteurs de lumière oblige. Accueilli par Nordine Nabili, il se dirige vers le comptoir. Plusieurs photographes ont activé leur flash.

Jean-Marc Ayrault commande une bière. Il semble très à l’aise et ravi d’être parmi les Bondynois. Dans la salle, silence religieux. Le clap est lancé. Le top départ de l’émission est donné. Nordine Nabili commence par proposer au Premier ministre de visionner la conférence de rédaction des blogueurs. Certains font référence aux promesses non-tenues à ce jour : droit de vote des étrangers, récépissés permettant de lutter contre le contrôle au faciès… Le chef de gouvernement rappelle la promesse faite par François Hollande d’inverser la courbe du chômage d’ici à la fin de l’année. « Nous sommes confiants et nous sommes convaincus d’y arriver. Nous donnons de l’espoir aux gens et c’est du concret et ça marche. » insiste-t-il.

Puis, Jean-Marc Ayrault est invité à rejoindre le plateau. Il est face aux trois blogueurs. Le stress est palpable car il faut respecter et vérifier le timing  en permanence. Pendant la diffusion du portrait du chef du gouvernement réalisé par Imane Youssfi , Gérard Leclerc analyse la personnalité et le parcours de l’homme d’Etat. Jean-Marc Ayrault sourit par moment en entendant certains commentaires comme « n’ayant pas un grand charisme » et « pas beaucoup d’autorité avec certains de ses ministres » ou sur le pari que certains prennent  sur le fait qu’il ne finira pas le quinquennat. Le rictus est davantage prononcé au moment de sa comparaison avec un certain François Fillon.

D’entrée de jeu, les questions fusent. Le ton est donné par les blogueurs. Après tout, ce n’est pas tous les jours qu’un Premier ministre vient à Bondy. Ils veulent obtenir des réponses concrètes et tout le long de l’émission, ils garderont le même rythme. D’emblée, Mehdi questionne : « Je vous demande de ne pas me mentir Monsieur le Premier ministre, vous avez déjà pensé à lâcher l’affaire un jour ? » Réponse automatique de Jean-Marc Ayrault : « Non, pourquoi ? » « Bah, dix-huit mois, c’est beaucoup quand on est Premier ministre avec les sondages et les polémiques. C’est dur ? » Le ton est donné.

En général, les Français préfèrent « l’original à la copie »

A son tour, Nordine  demande si « les Français font encore la différence entre la droite et la gauche ? » Jean-Marc Ayrault de répondre «  j’entends tous les jours, on a essayé la droite et la gauche. Maintenant, on va essayer autre chose. Je peux comprendre parfois leur colère et leur impatience, mais pas toujours, car parfois, ils sont séduits par des pentes extrêmement dangereuses. D’abord, je pense que la France est une grande Nation et qui croit en son destin. Mais certains se laissent aller à rompre les digues avec ceux qui ont comme fonds de commerce d’utiliser les peurs ou les difficultés sociales pour les entraîner sur la pente glissante du rejet de l’autre. Ce qui ne profite pas à la République ne profite pas au Parti socialiste. Je suis totalement étranger à ces jeux tactiques ».

« Moi, je vous parle des dirigeants de l’UMP qui banalisent le Front national, c’est une faute grave contre la démocratie. Je le reproche totalement aux dirigeants de l’UMP. En menant cette politique, ils libèrent des énergies négatives. Et en général, ils préfèrent l’original à la copie. Je me bats pour la réussite de la politique que le gouvernement mène et je dis à ceux qui doutent de cette politique que l’alternative à notre politique, c’est effectivement le risque d’une alliance entre la droite française classique et l’extrême-droite » ajoute t-il.

Rythmes scolaires, question des Roms, discriminations… Plusieurs sujets liés à l’actualité ont été abordés. A découvrir en regardant l’émission qui sera diffusée sur France Ô le samedi 19 octobre à 12h00, et sur LCP le dimanche 20 octobre à 13h00.

Hana Ferroudj

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021