LA MESSE EST DITE. Quatrième épisode de la chronique dominicale de Lansala. Jérôme Cahuzac, ex ministre délégué chargé du budget, est omniprésent dans les médias. Fraude fiscale, démission, aveux, et peut-être un come back à l’assemblée nationale… Lansala nous raconte la descente aux enfers de cet homme politique.

La vie suit son cours, je laisse mon empreinte le temps d’un set !

Aujourd’hui, l’hémicycle est une vaste cour d’école où sont rarement issues de bonnes propositions … On passe son temps à s’invectiver, s’injurier, mais quand s’arrêteront ces vaines singeries ? Bienvenue dans cette cacophonie dont s’indignent les cacatoès ! Après les deux remakes de « la guerre des boutons » en voici un troisième : « La Guerre des boutons quand vient l’âge de la raison. »

L’objet de la discorde n’est cette fois-ci pas lié au tumulte de la cohabitation. Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre délégué au Budget est pris la main dans la caisse ! C’est un véritable péplum qui s’engage face à lui ! Le 19 mars, suite aux accusations, il a démissionné.  Il avait pourtant contredit  le 5 décembre 2012 les révélations des Moires, autrement dit Mediapart. J’ai la mélodie de notre incontestable président, alias Johnny Hallyday : «  fais ce que je dis pas ce que je fais ! » Quel visionnaire notre icône nationale ! Il avait  flairé l’entourloupe fiscale depuis 1979.

Ce cher ex-ministre ennemi n°1 de la nation rompt avec la tradition … La toute-puissance des hommes politiques du haut de leur Mont Olympe, le Parlement. Je les vois se délectant de Ferrero Rocher saveur caviar, le corps enduit dans de la très haute couture ! Suis-je le seul à me demander, comment répondre aux attentes des cons citoyens, la tête baignée dans l’opulence ?

Jérôme Cahuzac est un ange déçu, une pervenche déchue. Il est lapidé sur l’agora suite à son aveu datant du 2 avril… Par ses ennemis, ses proches camarades pour avoir dilapidé leur pseudo confiance ! Il vaut mieux une petite saignée qu’un grand bain de sang ! Son nom fait couler beaucoup d’encre. Bientôt il sera un fantôme naviguant sur le Styx, car il est traqué par ses confrères qui  l’assassinent doucement.

Les Frères Lumières ont inventé le 7ème art et apparemment Jérôme Cahuzac le blanchiment d’argent. Mensonge, passion, trahison, sommes-nous dans « Dallas » ou « Amour gloire et beauté » ? Malgré tout, il veut revenir à son poste de député … Est-ce de la folie fantasmagorique ou la simple perte de lucidité ?

Pourquoi autant tergiverser, ça existe depuis des siècles ! Il y a des têtes qui tombent à chaque cycle. Il va juste devoir s’y faire à l’eau et le pain seigle.

C’est une éternelle mascarade qui se trame sans mascara !

Lansala Delcielo

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021