Vous vous dites favorable au scrutin à la proportionnelle pour les législatives. Vous ne craignez pas que cela fasse le jeu du Front National ?

Si on commence par limiter la démocratie, on empêche effectivement des courants comme les nôtres de se développer. Ce qui aujourd’hui amène des votes protestataires, qui vont souvent contre notre intérêt, c’est justement parce qu’il y a eu un blocage démocratique ; et moi je fais le pari que si la démocratie est totale, les gens pourront assumer et faire en sorte qu’il y ait plus de députés qui les représentent.

L’alter mondialisme et l’écologie ne sont-ils pas à des années lumières des préoccupations des habitants des quartiers populaires ?

Justement pas. C’est mépriser les gens des cités que de croire que la question de l’écologie ne les concerne pas. Ce sont les premiers à subir. C’est quand on est pauvre qu’on subit le plus les mauvaises conditions de vie. On le voit au niveau de l’isolation des logements. Aujourd’hui, c’est dans les cités que le coût énergétique est le plus important et que les gens vivent dans les conditions les plus difficiles. C’est pareil pour la bouffe, quand on est obligé d’aller dans des supermarchés comme LIDL ou autre, eh bien effectivement on ne choisi pas son alimentation. Moi, chaque fois que je vais dans les cités, les gens me disent « nous, ce qu’on veut c’est pouvoir être à égalité, pouvoir manger correctement ». Quand on vient de l’extérieur, on ne croit pas que c’est la réalité. La réalité c’est que la dignité ne se partage pas. C’est à la fois être reconnu pour ce qu’on est et aussi pouvoir vivre dignement dans des conditions acceptables. C’est un vrai combat qui a lieu dans les cités, c’est pour ça qu’il y a cette lutte au niveau des logements, pour l’emploi, pour l’accès à la culture, à l’école. On ne peut pas dire qu’il y a une part qui ne fait pas partie du combat par rapport au reste.

Et quel sera votre première mesure justement, si vous êtes élu, en direction des quartiers populaires ?

Je pense que sur les quartiers, c’est d’abord la question de la dignité. Moi j’ai dis que la première mesure symbolique par rapport à la dignité c’est la suppression de la Bac, les Brigades Anti Criminalité. Ce sera une première mesure symbolique pour ramener la paix civile dans ce pays.

Et pour lutter contre les discriminations à l’embauche notamment ?

Cela englobe tout un travail sur les questions du chômage et de l’emploi. Il faut repartir à zéro et contraindre les entreprises à répartir les revenus et faire en sorte de permettre à chacun de pouvoir vivre dignement.

Vous sentez-vous responsable de la chute de Dominique Voynet dans les sondages ?

Je ne m’occupe jamais des sondages, je bosse sur une campagne avec des gens. Je ne m’intéresse absolument pas au marketing des voix.

Idir Hocini

Articles liés

  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021
  • Dégoutée, la jeunesse communiste lâche-t-elle Fabien Roussel ?

    Une partie des jeunes militant·e·s du PCF, des JC (Jeunes Communistes) et de l’UEC (Union des Etudiant·e·s Communistes) se sentent trahi·e·s par les dernières sorties médiatiques du candidat du parti Fabien Roussel. Des ruptures déjà ancrées sur des enjeux de société semblent aussi se consolider, dans un choc de génération. Témoignages.

    Par Anissa Rami
    Le 15/09/2021