A la veille de la journée internationale de la femme, le ministère du même nom organisait vendredi 7 mars au soir la remise de prix de son concours sur l’égalité des sexes, organisé à l’occasion. Ambiance.

Vieille de près d’un siècle, la journée internationale des droits des femmes fut instaurée en 1921. Néanmoins, cette journée spécifique dédiée aux femmes est sujette à certaines contestations. Nous pourrions accorder raison aux féministes qui défendent l’idée que la journée des droits de la femme ne s’arrête pas une date précise, que ce n’est pas un anniversaire, que la femme existe tous les jours de l’année. Mais face au combat permanent de l’égalité homme-femme, cette journée permet de faire un point à propos de certaines inégalités.

Le ministère des Droits des femmes s’est mobilisé pour l’occasion, en créant un concours ÉgalitéE 2014. L’appel à projet du ministère s’adressait à des jeunes âgés de 16 à 25 ans, hommes ou femmes de tous horizons. Le concours proposait aux concurrents de laisser libre cours à leur imagination pour exprimer leur vision de l’égalité ou des inégalités à travers une affiche, un support vidéo, ou un texte écrit. Najat Vallaud-Belkacem, à l’origine de cette initiative a expliqué : « L’action que je mène au sein de mon ministère depuis bientôt deux ans est faite pour corriger les inégalités existantes mais aussi pour préparer un monde dans lequel elles ne se reproduisent pas. »

Le concours national a connu une participation exceptionnelle de la jeunesse. Plus de 3 000 concurrents des 27 régions du territoire national et des Dom-Tom y ont pris part. La remise des prix du grand concours a eu lieu dans la soirée du vendredi 7 mars, au Théâtre de la Gaîtée Lyrique à Paris. La soirée fut animée par Frédérique Bedos. Des chanteurs, acteurs, comédiens, humoristes se sont succédé sur scène, entre deux remises de prix, livrant des prestations en lien avec le thème de l’égalité. Quelques ministres étaient présents au premier rang. La ministre des Droits des femmes évidemment, Christiane Taubira, Yamina Beguigui, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, mais aussi Yvette Roudy,  première ministre des Droits de la femme de l’histoire de la Ve République.

La cérémonie des récompenses a fait son ouverture avec un montage d’archives retraçant l’évolution historique des droits des femmes de 1945 à nos jours. La voix off a ainsi clos la projection : « Même après quarante ans, de nombreux combats restent à mener ». Quelques prestations musicales, artistiques et littéraires ont suivi, parmi lesquelles la troupe Cie Anteprima avec les chants lyrique italiens de leur prochain spectacle Arrange toi, la plaidoirie du jeune Joris Bernard intitulée La poule et le renard,  ainsi que l’émouvante lecture de lettres de femmes victimes de violences conjugales par le collectif XXX.

Pas moins de neuf prix ont été distribués, trois dans chaque catégorie. Drôle de coïncidence : tous les gagnants étaient des gagnantes ! Amusé, le jury a assuré ne pas avoir eu d’information sur l’identité des candidats et Najat Vallaud-Belkacem a tenu à préciser que des hommes y avaient participé. Les gagnantes affichant toutes leurs plus grands sourires et leurs plus belles robes sont venues chercher leurs récompenses, données à tour de rôle par le jury, puis par Jean- Marc Ayrault.

Toutes, bien qu’avec des messages différents et des sources d’inspiration différentes, en sont venues au même épilogue. Il est vrai qu’il faut être reconnaissante du chemin parcouru, mais il faut également continuer à se battre et ne pas perdre espoir. Bonne journée.

Sarah Ichou et Jasmin Nahar

Articles liés

  • Primaire populaire : un scrutin hors-sol pour les quartiers ?

    Les votes pour la primaire populaire s'ouvrent aujourd’hui et jusqu’au 30 janvier, dans l’idée d’investir un·e candidat·e unique d'une gauche de plus en plus fracturée. Dans les quartiers populaires, et notamment en Seine-Saint-Denis, militants et habitants ont pour le moment du mal à croire au rassemblement. Témoignages.

    Par Florian Dacheux
    Le 27/01/2022
  • Le PS et les quartiers populaires : vingt ans de trahison

    Le Parti socialiste poursuit sa lente dislocation dans les quartiers populaires. En Île-de-France, à Évry-Courcouronnes et Aulnay-sous-Bois, les désillusions des militants et adhérants traduisent le sentiment de trahison. Analyse et témoignages. En partenariat avec Mediapart.

    Par Hervé Hinopay
    Le 24/01/2022
  • Prison : le bilan en trompe l’œil de Macron face à la surpopulation

    Arrivé à la tête d'un pays dont la politique carcérale est décriée depuis des années, Emmanuel Macron a lancé depuis 2017 plusieurs chantiers pour tenter d'endiguer le fléau de la surpopulation en prison. Le président avait prévu de créer des milliers de places de prison. Paradoxalement, sa réforme de la justice risque d’aggraver le taux d’occupation des prisons. Décryptage.