« Ça bouge (déjà) avec Kamel Hamza ! ». Tel pourrait être le slogan de campagne du candidat UMP à la Mairie de La Courneuve (93). Lundi 11 décembre, 18h30, Bernard Laporte débarque dans une ambiance surchauffée : c’est la fête à l’UMP ! Accordéoniste hors pair, un sympathisant engagé dans la « lutte » nous affirme même « qu’il y a plus de 120 personnes présentes ». Pas mal du tout pour un début ! Mais la question brûlante : toutes ces personnes sont-elles venues soutenir M. Hamza, ou alors sont-elles là pour une belle photo avec Bernard Laporte ?

Une chose est sûre, ce rassemblement compte de tout : des jeunes, des plus vieux et même des cheminots ! Tous attendent avec impatience l’arrivée du secrétaire d’État délégué aux Sports. Le voilà justement : il pose pour des photos souvenirs et « offre », avec son désormais célèbre accent ensoleillé, « son plus grand soutien à Kamel », avant de repartir pour une soirée au théâtre. De cette brève visite à La Courneuve, le ministre se dit conquis. Visite qui se résume par voiture, entrée, mini discours, sortie, en passant par le copieux repas offert par l’UMP.

Samedi 15 décembre, 14h30, le candidat Kamel Hamza est toujours de permanence. Sans M. Laporte cette fois. Son costard de velours noir contraste avec les murs rouges du local, aux couleurs de la France mais aussi de l’Italie, du Portugal et de l’Union européenne. On y arbore fièrement les paroles de La Marseillaise ou encore les photos de Nicolas Sarkozy, lors de sa visite très remarquée à La Courneuve. M. Hamza nous rassure d’emblée : « Ce n’est pas la permanence de Nicolas Sarkozy ou de l’UMP ; nous sommes ici dans la permanence du changement pour une ville meilleure ». Quelques minutes plus tard, la rencontre peut commencer : les candidats UMP de Bondy, Stains, Pierrefitte et Saint-Denis sont arrivés. Autour de la table, volonté affichée d’apparaître comme « un parti soudé, une grande famille », pour reprendre les mots de Mme Georgia Vincent, candidate à la Mairie de Bondy. Elle qui se sera heureuse de répondre à nos questions, même si – c’est bien connu ! – « Le Bondy Blog, c’est de gauche ! ».

Roger Karoutchi, secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre s’installe et Kamel Hamza entame son discours axé sur l’immigration. « Dans ces villes de gauche, l’immigration, c’est notre parcours personnel. Mais faut dire que l’on a été délaissés ; c’est pour ça que maintenant nous sommes les résistants ! Certes, les seuls… ». Italiens, Espagnols, Portugais applaudissent. Un petit goût de communautarisme règne dans la salle. On invite les Européens présents à s’inscrire pour voter lors de l’élection de mars 2008. « Ceux du changement pour une ville meilleure » parient sur la population européenne, plus ou moins importante, présente à La Courneuve et dans les autres villes de la Seine-St-Denis.

D’ailleurs, les candidats qui se succèdent au micro enfoncent le clou : dénonciation en règle des « référendums illégaux dans les villes du cocoland [communistes] », à savoir celui sur le droit de vote des étrangers. On évoque aussi l’existence, dans certaines mairies, d’un clientélisme entre les employés municipaux et les responsables politiques qui feraient en sorte que les Européens ne puissent s’inscrire. Sur le point PS–PC, le candidat UMP de Saint-Denis s’esclaffe : « Il faut déboulonner la Gauche ! », avant de renchérir d’un « 60 ans de Staliniens, ça suffit, non ? ». On n’est pas en reste avec les attaques contre la Gauche. Et c’est aux « socialo-communistes » qu’on impute tout ce qui va mal en Seine-Saint-Denis.

A La Courneuve, la ville du « kärcher » [propos tenus par M. Sarkozy], le véritable changement c’est l’UMP, nous assure-t-on. Son meilleur atout pour remporter la ville ? Kamel Hamza, le « candidat de la diversité et du renouveau ». Une candidature qui profitera de la guerre intestine des socialistes-communistes : Stéphane Troussel, maire-adjoint PS, et le maire communiste Gilles Poux seront tous deux candidats pour 2008. « L’éventuelle victoire d’Hamza serait symbolique », lâche le député-maire du Raincy, Eric Raoult.

Kamel Hamza promet la venue d’autres membres du gouvernement, notamment celle de Sarkozy en personne, qui devrait venir présenter son fameux « Plan Anti-Glandouilles ».  »Ils viendront tous », s’enthousiasme le candidat, d’un air assuré. Cela permettra, selon lui, de trouver l’argent qui manque à La Courneuve par le biais du gouvernement et de mettre fin aux nombreuses « engueulades » gauche-droite qui existent aujourd’hui avec la ville. Ne reste plus que l’avis des Courneuviens. 

Badroudine Said Abdallah et Mehdi Meklat (l’école du blog)   

Mehdi et Badroudine

Articles liés

  • Le problème Roussel des élus des quartiers populaires

    Dans l’ancienne banlieue rouge, les élus locaux du PCF sont légion à serrer les dents face aux sorties réactionnaires de leur secrétaire national. L’omniprésence médiatique de Fabien Roussel et son éloignement manifeste des fondamentaux du parti commencent à être ouvertement critiqués. (Un article d'abord publié chez Mediapart, dans le cadre de notre partenariat).

    Par Héléna Berkaoui, Olorin Maquindus
    Le 04/10/2022
  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022