Cette fois ci, c’est au QG du Front National que le Bondy Blog va jeter un coup d’œil. A la sortie de la gare RER de Saint Cloud, on n’est pas à Paris, mais la première impression : « ici c’est un quartier de riches ! ». Grosses maisons, fleurs partout, personne n’est entassé, j’imagine que les gens n’ont pas de problèmes avec leur banquier. La rue du QG est un peu plus bas sur une pente. A l’entrée, juste une affiche du candidat, je me dis qu’on la joue modeste. Je pénètre à l’intérieur et je me dirige vers les trois personnes présentes à l’accueil : 

« Bonjour ! Est-ce que M. Lepen est là s’il vous plaît ? ». « Pardon ? » me dit une hôtesse en faisant les yeux ronds. « Je suppose qu’il n’est pas possible de rencontrer M. Lepen, est-ce qu’un porte-parole pourrait répondre à quelques questions ? « 

Personne n’est disponible pour moi, et à une semaine du premier tour, il est évidemment impossible de rencontrer quelqu’un. Les gens de l’accueil me suggèrent tout simplement d’aller au meeting de dimanche à Paris. Je fais marche arrière, je ressors. Dehors, je me rends compte en fait que le bâtiment est immense, il fait l’angle de la rue. L’adresse Internet du candidat barre la façade. Je remarque également plusieurs caméras sur les murs du QG. En prenant quelques photos je vois un Monsieur entrer à l’intérieur du bâtiment. Je me dis alors que je vais attendre un peu pour voir s’il ressort pour lui demander la raison de sa visite. Au bout de 5 minutes, je vois le bonhomme ressortir, je me dirige vers lui, et je lui demande poliment ce qu’il est venu faire, et celui-ci me répond : « Ah non, je ne suis pas allé au QG, je suis juste passé devant ». Complètement surpris par ce qu’il vient de me dire, je m’excuse et je le laisse partir. Bizarre, pourtant je l’ai vu rentrer, il n’y a aucun doute. C’est comme le jour de l’élection, un bulletin en douce dans l’urne, le soir on atteint 18% des suffrages, et pourtant personne n’avoue avoir voter pour le FN. Moins étonnant, mais plus rigolo, les panneaux électoraux situés juste un peu plus loin du QG : tous les candidats arborent un gros nez rouge de clown, sauf un. Pas de doute, on est bien dans la téci de Jean-Marie.

Chou Sin

Chou Sin

Articles liés

  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021
  • Dégoutée, la jeunesse communiste lâche-t-elle Fabien Roussel ?

    Une partie des jeunes militant·e·s du PCF, des JC (Jeunes Communistes) et de l’UEC (Union des Etudiant·e·s Communistes) se sentent trahi·e·s par les dernières sorties médiatiques du candidat du parti Fabien Roussel. Des ruptures déjà ancrées sur des enjeux de société semblent aussi se consolider, dans un choc de génération. Témoignages.

    Par Anissa Rami
    Le 15/09/2021