Cent associations de quartiers appellent à voter Ségolène Royal dans un manifeste. Une partie d’entre elles s’est réunie vendredi 19 avril au siège de campagne du PS, accueillie par la candidate socialiste. Devant des journalistes et entourée des présidents de quelques associations signataires de l’appel, Ségolène Royal a souligné la nécessité de s’appuyer sur le mouvement associatif. Elle a fermement critiqué les propos de Nicolas Sarkozy, de passage au quartier de Beauval à Meaux : « je n’utiliserais pas le terme plan Marshall. C’est faire croire que les choses vont changer en utilisant un certain vocabulaire. C’est une façon de se moquer des gens ». Le candidat UMP avait en effet annoncé, lors de sa sortie meldoise, le lancement d’un Plan Marshall 2 en direction des quartiers s’il est élu. « Je suis la seule a aller dans les quartiers. Quand Nicolas Sarkozy y va il est entouré de 300 policiers », continue-t-elle sur le même ton.

« On s’est reconnu dans votre candidature » lance Brahim Abbou un signataire de Montpellier, avant d’ajouter « qu’il faut favoriser ceux qui mettent la main dans le cambouis ». Mohamed Hamidi, rédacteur en chef du Bondy Blog, posa une question à la candidate : « beaucoup de gens dans les quartiers se tournent désormais vers l’UMP et L’UDF, que comptez-vous faire pour qu’ils reviennent vers la gauche ?» En guise de réponse, Ségolène Royal demanda à Brahim Abbou de répondre : « ils y vont parce qu’on les achète (…) La banlieue va vers Ségolène alors qu’elle fuit Nicolas Sarkozy (…) Et puis personne n’est génétiquement programmé pour voter à gauche ». Pour beaucoup de journalistes, la liste des 100 associations est une découverte; peu ont fait parler d’elle avant cette rencontre au QG. Ségolène Royal, après avoir rappelé qu’elle souhaitait que « l’état revienne dans les quartiers autant dans les domaines de la justice, de l’éducation, de la santé et de la police » quitte ses soutiens associatifs au bout d’une demi-heure d’échanges et quelques photos.

Ensuite, la candidate et ses collaborateurs sont retournés dans leurs bureaux respectifs. Les responsables associatifs, de leur côté, se sont jetés sur le buffet composé de tartare de saumon, tomates cerises, taboulé et tarte aux abricots en guise de dessert. Pour la boisson, c’était open bar au frigo.

Idir Hocini

Idir Hocini

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021