Cent associations de quartiers appellent à voter Ségolène Royal dans un manifeste. Une partie d’entre elles s’est réunie vendredi 19 avril au siège de campagne du PS, accueillie par la candidate socialiste. Devant des journalistes et entourée des présidents de quelques associations signataires de l’appel, Ségolène Royal a souligné la nécessité de s’appuyer sur le mouvement associatif. Elle a fermement critiqué les propos de Nicolas Sarkozy, de passage au quartier de Beauval à Meaux : « je n’utiliserais pas le terme plan Marshall. C’est faire croire que les choses vont changer en utilisant un certain vocabulaire. C’est une façon de se moquer des gens ». Le candidat UMP avait en effet annoncé, lors de sa sortie meldoise, le lancement d’un Plan Marshall 2 en direction des quartiers s’il est élu. « Je suis la seule a aller dans les quartiers. Quand Nicolas Sarkozy y va il est entouré de 300 policiers », continue-t-elle sur le même ton.

« On s’est reconnu dans votre candidature » lance Brahim Abbou un signataire de Montpellier, avant d’ajouter « qu’il faut favoriser ceux qui mettent la main dans le cambouis ». Mohamed Hamidi, rédacteur en chef du Bondy Blog, posa une question à la candidate : « beaucoup de gens dans les quartiers se tournent désormais vers l’UMP et L’UDF, que comptez-vous faire pour qu’ils reviennent vers la gauche ?» En guise de réponse, Ségolène Royal demanda à Brahim Abbou de répondre : « ils y vont parce qu’on les achète (…) La banlieue va vers Ségolène alors qu’elle fuit Nicolas Sarkozy (…) Et puis personne n’est génétiquement programmé pour voter à gauche ». Pour beaucoup de journalistes, la liste des 100 associations est une découverte; peu ont fait parler d’elle avant cette rencontre au QG. Ségolène Royal, après avoir rappelé qu’elle souhaitait que « l’état revienne dans les quartiers autant dans les domaines de la justice, de l’éducation, de la santé et de la police » quitte ses soutiens associatifs au bout d’une demi-heure d’échanges et quelques photos.

Ensuite, la candidate et ses collaborateurs sont retournés dans leurs bureaux respectifs. Les responsables associatifs, de leur côté, se sont jetés sur le buffet composé de tartare de saumon, tomates cerises, taboulé et tarte aux abricots en guise de dessert. Pour la boisson, c’était open bar au frigo.

Idir Hocini

Idir Hocini

Articles liés

  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021
  • Dégoutée, la jeunesse communiste lâche-t-elle Fabien Roussel ?

    Une partie des jeunes militant·e·s du PCF, des JC (Jeunes Communistes) et de l’UEC (Union des Etudiant·e·s Communistes) se sentent trahi·e·s par les dernières sorties médiatiques du candidat du parti Fabien Roussel. Des ruptures déjà ancrées sur des enjeux de société semblent aussi se consolider, dans un choc de génération. Témoignages.

    Par Anissa Rami
    Le 15/09/2021