Membre du groupe de droite PPE majoritaire au Parlement européen, Sajjad Karim, du Parti conservateur, est élu de la région Nord-Ouest du Royaume-Uni. Militant pour une Europe libérale et ouverte à l’adhésion turque, il se représente au scrutin du 7 juin.

Le Bondy Blog : En France, la campagne pour les élections semble laisser indifférent une grande partie des citoyens. Qu’en est-il en Grande-Bretagne ?

Ceux qui votent, le font en grande majorité en fonction d’intérêts nationaux. Mais chez nous aussi, au Royaume-Uni, il est difficile de mobiliser pour les élections du 7 juin. Nous sommes en période de crise, les gens sont inquiets pour leur avenir, ils ont l’œil rivé sur des préoccupations proches. Mais c’est pourtant au niveau européen que tout se décide, surtout en matière économique. Il ne faut pas qu’à cause des difficultés économiques, l’Europe adopte une position protectionniste. Ce serait une grave erreur. Il est important de maintenir en vie le libéralisme, et c’est durant ces élections que tout va se jouer.

Le Bondy Blog : Vous redoutez des attitudes protectionnistes, mais que répondez-vous aux salariés qui en France par exemple, désespérés de voir fermer leur entreprise, s’en prennent à leurs outils de travail ou retiennent quelques heures les chefs d’entreprise ? Pensez-vous qu’ils soient réceptifs à « Vive le libéralisme » ?

Je comprends cette situation. La France n’est pas la seule à la vivre. En Grande-Bretagne, aux Etats-Unis, les gens vivent exactement les mêmes problèmes. Et si vous allez en Chine, vous verrez que des millions de gens quittent les centres urbains pour revenir dans leurs campagnes. Mais si tout le monde commence à se refermer sur soi, si les pays décident de mesures protectionnistes, ce sera encore pire. En Grande-Bretagne, le premier ministre Gordon Brown avait tenu des propos choquant, avec son slogan « les emplois britanniques aux ouvriers britanniques ». Je dis juste que dans ces temps de crise, je crains que les Etats se ferment au risque de déclencher des comportements xénophobes.

Le Bondy Blog : On dit habituellement que les Britanniques sont contre l’Europe politique, que leur seul projet, c’est une Europe de marché. Pourtant, vous êtes là, et vous siégez au Parlement. Comment réagissez-vous ce discours ?

Tout d’abord, nous ne sommes pas contre l’Europe mais contre l’idée d’une Europe fédérale. Je suis mandaté par les gens de ma région qui ont voté pour moi et je vous le dis, les gens ne veulent pas d’une Europe fédérale. Et je vous rappelle que les Français et les Néerlandais ont dit non au référendum sur la constitution européenne. Les citoyens ne sont pas prêts et on ne peut pas faire avancer le projet européen sans le consentement des peuples. Mais je ne suis pas quelqu’un de fermé. Les institutions évoluent sans cesse et si on regarde les 50 dernières années, je pense que les évolutions futures ne prendront pas autant de temps. Mais par contre, si on force les choses, si on force les gens, alors il y aura une réaction.

Le Bondy Blog : Quel regard portez-vous sur la présidence française de l’Union européenne en 2008 ? Beaucoup, même à gauche, ont félicité Nicolas Sarkozy, notamment pour la gestion de la crise financière et de la crise géorgienne ?

Moi, je dirai que sa gestion était décevante. On aurait pu faire mieux. De plus, je crois que beaucoup ne comprennent pas qu’au Parlement européen, l’état d’esprit est différent de ce qu’il est à un niveau national. A Strasbourg, nous sommes toujours à la recherche du consensus. Il n’ya pas ici de majorité des idées et il faut sans cesse tenter de convaincre. J’ai trouvé Nicolas Sarkozy un peu trop directif et tranchant, alors que l’Europe, c’est un lieu de négociations permanentes. Quant à la gestion de la crise géorgienne, son efficacité m’a paru limitée, car rien de véritablement fort n’a été fait contre la position russe.

Le Bondy Blog : Que pensez-vous de la tournée européenne du ministre des Affaires étrangères israélien, Avigdor Lieberman, connu pour ses positions nationalistes et son opposition au projet de deux Etats, l’un israélien, l’autre palestinien, projet soutenu par l’Union Européenne ?

Il représente certes une minorité, mais il a été démocratiquement nommé. Il a le droit de venir à la rencontre des Etats et de discuter avec les responsables européens. L’Union européenne a été très claire sur le sujet en rappelant sa position quant à la nécessité de deux Etats.

Le Bondy Blog : Et que le Hamas, démocratiquement élu, se rende en Europe et rencontre les responsables européens, serait-ce envisageable ?

J’ai largement critiqué la position de l’Union européenne, après la victoire électorale du Hamas, lorsqu’elle avait décidé de couper les fonds versés aux Palestiniens. Je pense que la position du Parlement européen n’a pas été la bonne. Et on aurait dû reconnaître que ces élections étaient démocratiques.

Le Bondy Blog : Quelle est votre position par rapport à la candidature de la Turquie dans l’Union européenne ?

Cette question amène celle de l’élargissement de l’Europe. La question est : jusqu’à quelle limite géographique voulons-nous étendre l’Europe ? Quelles sont les frontières de l’Europe ? Sommes-nous une Europe géographique ou bien sommes-nous une Europe des valeurs et des principes. Nous avons ouvert les négociations avec la Turquie en 2005 et on continue à travailler avec eux, à avancer sur les réformes du processus démocratique en Turquie. La Turquie est un pays immense et son intégration demandera plusieurs années. Par exemple, en comparaison, l’intégration de pays comme la Bulgarie ou la Roumanie posait beaucoup moins de questions, car ce sont de petits pays avec une population beaucoup plus faible que la Turquie. Quoiqu’il en soit, je suis pour l’adhésion de la Turquie dans l’Union.

Le Bondy Blog : Certains ne veulent pas de la Turquie dans l’Union viendrait parce que c’est un pays à majorité musulmane. Pensez-vous que l’islam soit ici un problème ?

Je crois qu’il ne faut pas se tromper de débat. La relation entre l’Europe et l’islam ne date pas d’hier. C’est une relation qui existe depuis longtemps. L’idée que l’islam est étranger à l’Europe est une idée fausse. Donc pour moi, il ne s’agit pas d’un bon argument. Par contre, savoir que la majorité de la population turque a moins de 25 ans est une bonne chose pour nos pays aux populations vieillissantes. La Turquie entrera dans l’Union, cela prendra quelques années, mais elle entrera. C’est de l’intérêt de l’Europe. J’espère que je serai encore dans cette maison quand l’adhésion se fera.

Le Bondy Blog : Le Parlement est peu divers, ethniquement parlant.

C’est vrai, ce n’est pas très divers, ici. Si vous regardez les gens employés dans les institutions européennes, il y effectivement très peu de diversité. Et les parlementaires, n’en parlons pas. En même temps, tout le monde, chaque pays est une minorité, car il doit en permanence composer avec les autres. Je pense que la cause de la diversité doit être menée un niveau national. C’est aux Etats de faire en sorte qu’émergent des élites issues de leurs minorités. Et d’œuvrer, déjà, à la parité entre hommes et femmes au sein des institutions européennes. Nous sommes quatre parlementaires britanniques (sur un total de 78 députés) issus des minorités. C’est encore peu, même si en Grande-Bretagne, à l’échelle nationale, on fait beaucoup plus que d’autres Etats pour la promotion de la diversité ethnique.

Le Bondy Blog : Mieux que la France par exemple ?

En France, vous dîtes : « Tout le monde est français. Point final. » En Grande-Bretagne, les particularismes locaux ou d’origine comptent beaucoup. Chez nous, on peut être à la fois du comté du Lancastre (Lancashire), d’origine pakistanaise, musulman, européen et britannique sans aucun problème. Toutes ces identités sont compatibles les unes avec les autres, car elles font de moi un Britannique à part entière. Idem pour les Gallois, les Ecossais… Le système britannique est un système inclusif, au contraire du système français qui se veut exclusif.

Le Bondy Blog : Pourtant, le modèle britannique n’est pas non plus parfait. Il n’a pas empêché, par exemple, des Britanniques musulmans de commettre des attentats à Londres en 2005 ?

Certes, mais je vous rappelle que ces attentats ont été commis, entre autres, par des étrangers et par des Britanniques qui ont séjourné à l’étranger. Et puis, tout le monde a été touché durant ces attaques, y compris des musulmans.

Le Bondy Blog : Les étrangers disent souvent que les Français sont arrogants ? Qu’en est-il de votre relation avec les députés européens français ?

Je les aime beaucoup. Par exemple je m’entends très bien avec Tokia Saïfi (UMP), membre comme moi de la commission du commerce international. Cela dit, nous ne partageons pas toujours les mêmes vues. Les députés européens français sont chaleureux, même si je n’ai pas beaucoup de sympathie pour Jean-Marie Le Pen.

Le Bondy Blog : Si vous n’êtes pas réélu que ferez-vous ? Vous continuerez une carrière politique à l’échelon national ?

Je ne me vois pas ailleurs qu’ici, car j’aime beaucoup mon travail de parlementaire européen. Je crois beaucoup en l’Europe, notamment dans ce contexte de crise. Maintenant, si je ne suis pas élu, je continuerai mon combat au sein de mon parti politique, dans ma région d’origine.

Propos recueillis par Nassira El Moaddem

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021