Il est 20 heures, les résultats arrivent, l’ambiance dans la salle est étonnamment calme et posée – On m’aurait menti pendant toutes ces années sur les Marseillais ?! -. Mais une ou deux questions, une ou deux remarques des candidats à la télévision et voilà que les langues se délient : pour tout dire, à la lecture des résultats les gens semblent inquiets. Ils refont les mathématiques dans tous les sens et essaient d’imaginer un scénario qui ne donnerait pas Nicolas Sarkozy président. Il faut dire que le président de l’UMP n’est pas très populaire dans la salle. Visiblement, ici aussi sa personne inquiète. Etrangement, Ségolène Royal ne soulève pas vraiment les foules non plus. Elle est même parfois très critiquée pour le manque de conviction de son discours. Il y a comme un malaise étrange qui flotte dans l’atmosphère : pas vraiment d’adhésion mais plutôt une peur du pire.

 

Nadia Boudaoud, Cédric Roussel, Syllep

Nadia Boudaoud

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021