Il est 20 heures, les résultats arrivent, l’ambiance dans la salle est étonnamment calme et posée – On m’aurait menti pendant toutes ces années sur les Marseillais ?! -. Mais une ou deux questions, une ou deux remarques des candidats à la télévision et voilà que les langues se délient : pour tout dire, à la lecture des résultats les gens semblent inquiets. Ils refont les mathématiques dans tous les sens et essaient d’imaginer un scénario qui ne donnerait pas Nicolas Sarkozy président. Il faut dire que le président de l’UMP n’est pas très populaire dans la salle. Visiblement, ici aussi sa personne inquiète. Etrangement, Ségolène Royal ne soulève pas vraiment les foules non plus. Elle est même parfois très critiquée pour le manque de conviction de son discours. Il y a comme un malaise étrange qui flotte dans l’atmosphère : pas vraiment d’adhésion mais plutôt une peur du pire.

 

Nadia Boudaoud, Cédric Roussel, Syllep

Nadia Boudaoud

Articles liés

  • En Seine-Saint-Denis, la NUPES « vise le strike »

    Le 17 mai, les 12 candidat·e·s de Seine-Saint-Denis de la NUPES ont déposé collectivement leurs candidatures à la Préfecture de Bobigny. L'occasion d'affirmer la détermination de la gauche unie de gagner dans toutes les circonscriptions du 93. Mais l'élan Mélenchon retrouve-t-il sa légitimité sur le terrain ? Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 19/05/2022
  • À Aubervilliers, la NUPES se rassemble « pour l’histoire »

    La NUPES - Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale - s'est lancée officiellement à Aubervilliers. Après des jours de négociations médiatisées, les partis de gauche se sont réunis samedi 7 mai en Seine-Saint-Denis pour lancer officiellement la campagne des législatives avec lesquelles ils et elles espèrent transformer l'essai de Mélenchon à la présidentielle. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 08/05/2022
  • Législatives vues des quartiers : l’union et maintenant quoi ?

    Alors que La France Insoumise mène les négociations pour finir l'union de la gauche avec le Parti Socialiste, après les communistes et les écologistes, dans les quartiers le sentiment paraît mitigé. Entre la possibilité de voir la gauche s'imposer aux législatives et la mise à prix des circonscriptions populaires, au grand dam de certains élus de terrain. Décryptage.

    Par Jalalle Essalhi
    Le 05/05/2022