MUNICIPALES 2014. Les affiches et autres prospectus dans les boîtes aux lettres ne suffisent pas pour mener campagne. Les objets les plus simples peuvent avoir des impacts imprévus. 

Les « 1, 2, 3 soleil » sont à leur zénith, les cache-cache derrière les arbres fleurissent. Les cours de récré ont leurs lots de jeux, de fous rires et de pleurs .. Ça crapahute à tout va, entre une comptine et les musiques du moment. L’innocence irradie les bambins en pleine digestion, mais la triste réalité reprend d’assaut ce lieu d’apprentissage chassant d’un coup de pied dans le derrière les Bisounours et autres Teletubbies. Le coupable n’est autre qu’un stylo, normalement légitime dans ce lieu où il l’accompagne les prouesses et les maladresses. Cette fourniture scolaire n’a pas fini de faire couler son encre alors qu’elle s’ancre dans un engagement politique à quelques jours des municipales 2014.

Que dire quand le matériel scolaire devient militant ? Linda, une enfant de 8 ans, me demande, tout sourire : « Tu veux que je te prête mon stylo ? » Que faire d’un bic dans une cour de récréation ? Cela peut toujours servir s’il y a une trachéotomie à faire, me suggère Dr House dans mon subconscient. Ce stylo à bille atterrit dans mes mains avec en pièce jointe une intention de vote. Sur la fameuse plume, le slogan racoleur d’un candidat aux municipales pointe le bout de son nez : « Agir pour tous les Noiséens », suivi du site internet de ce dernier. La politique locale s’immisce partout, même dans les cartables.

Quelles sont les étapes suivantes ? Des enfants de maternelle possèderont un doudou qui lance un slogan à chaque fois qu’on le frictionne ! Des nourrissons à la crèche auront des tétines aux couleurs d’un parti politique ! Des interrogations se bousculent et enterrent mon étonnement. Pourquoi et comment cet outil est arrivé dans ses mains ? A t-elle assisté à une réunion d’appartement, un meeting ? Est-elle sur une liste ?

« C’est un homme qui est venu dans le commerce de mon père qui lui a laissé. Comme je le trouvais beau, il me l’a donné ! » répond fièrement Linda. Sait-elle ce que signifie ce stylo ? « Oui je sais c’est le stylo de Jean-Paul Lefèvre, mais je ne sais pas c’est qui ! », balance promptement cette élève de CE2. Cet incident est sans gravité, pour elle c’est juste un stylo rien de plus. À quoi bon lancer une théorie pour un acte isolé, car à force de trop crier au loup, on finit par ne plus y croire… « Tu sais, mes copines Sonia et Karine ont aussi le même stylo ! » rajoute-t-elle avec un sourire.

Le marketing visuel a autant de valeur qu’un tractage sur la place du marché. La fin justifie les moyens. Si on part du principe que les mômes d’aujourd’hui sont les électeurs de demain, c’est un investissement à long terme, du même acabit qu’un plan épargne logement. Un simple prêt se transforme en une action de campagne. Imaginez-vous un enfant de 8 ans prêchant la bonne parole à son père dès qu’il rentre du travail : « Papa, n’oublie pas de voter le 23 mars, le monsieur au stylo il est cool« .

Lansala Delcielo

 

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021