Les menus contenant du porc sont bel et bien au centre l’attention. Et supprimer l’offre de choix revient pour certains ténors de l’UMP au respect de la laïcité républicaine. « Un faux argument » selon le rapporteur de l’Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadene, pour qui « la laïcité ne dit pas d’imposer un seul menu, ce n’est pas vrai ».
Une polémique rapidement reprise par le président du parti Nicolas Sarkozy, appelant au respect de la laïcité : « La République est laïque, et nous refusons absolument – c’est notre tradition, c’est notre façon de vivre, c’est notre idéal – qu’on fasse la différence entre des personnes, dans le service public, en fonction de leur appartenance religieuse ou de leur origine » a lancé l’ancien président sur le plateau du JT de TF1. L’accès à la cantine pour tous n’est pas du goût de l’ancien chef de l’État, pour qui les enfants qui ont « des habitudes alimentaires confessionnelles » n’ont qu’à aller s’instruire dans des écoles privées.
Une proposition qui, sans nul doute, intéressera la majorité des familles qui n’en n’ont pas les moyens. Pour Nicolas Cadene, rapporteur de l’Observatoire de la laïcité « Le fait est que ce type de mesure va stigmatiser une partie des élèves en raison de leurs convictions personnelles, et va même parfois les exclure. Il y a donc un vrai problème, contraire au principe de la laïcité ».
La laïcité, un concept à la mode
A voir tous les partis évoquer ce fameux principe, y compris le FN, il semble être devenu « tendance », au point de le rendre flou. Mais peut-elle être invoquée lorsqu’il s’agit de supprimer des menus de substitution, créés pour permettre à chacun de manger de la viande, même en cas de restrictions ? « Chaque mairie est souveraine sur le choix des menus et des prestataires » rappelle Nicolas Caden, « en revanche, c’est un contre-sens que d’invoquer la laïcité. Elle ne suppose absolument pas l’interdiction d’une offre de choix ni même l’imposition d’un menu spécifique. En aucun cas. ». Le rapporteur de l’Observatoire va plus loin, pour qui cette affaire est source d’inquiétude « ce serait un changement de conception de ce qu’est la laïcité, telle qu’elle a été conçue avec la loi de 1905. De fait, lorsqu’on l’emploi de cette manière, cela exclue et stigmatise une partie de la population. Alors même que la laïcité est là pour rassembler et assurer le vivre-ensemble ».
Alors que certaines communes sont tentées d’exclure de la cantine les enfants de chômeurs, la question de la stigmatisation dans les écoles publiques revient au centre des débats. La restauration scolaire est un service public, auquel s’applique donc le « principe d’égalité », comme l’affirme la justice administrative. Pourtant, « de fait, il y a de plus en plus de mairies qui reviennent sur cette question de menu de substitution, et nous le regrettons » constate le rapporteur de l’Observatoire de la laïcité.
Célia Coudret

Articles liés

  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021
  • Dégoutée, la jeunesse communiste lâche-t-elle Fabien Roussel ?

    Une partie des jeunes militant·e·s du PCF, des JC (Jeunes Communistes) et de l’UEC (Union des Etudiant·e·s Communistes) se sentent trahi·e·s par les dernières sorties médiatiques du candidat du parti Fabien Roussel. Des ruptures déjà ancrées sur des enjeux de société semblent aussi se consolider, dans un choc de génération. Témoignages.

    Par Anissa Rami
    Le 15/09/2021