Les menus contenant du porc sont bel et bien au centre l’attention. Et supprimer l’offre de choix revient pour certains ténors de l’UMP au respect de la laïcité républicaine. « Un faux argument » selon le rapporteur de l’Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadene, pour qui « la laïcité ne dit pas d’imposer un seul menu, ce n’est pas vrai ».
Une polémique rapidement reprise par le président du parti Nicolas Sarkozy, appelant au respect de la laïcité : « La République est laïque, et nous refusons absolument – c’est notre tradition, c’est notre façon de vivre, c’est notre idéal – qu’on fasse la différence entre des personnes, dans le service public, en fonction de leur appartenance religieuse ou de leur origine » a lancé l’ancien président sur le plateau du JT de TF1. L’accès à la cantine pour tous n’est pas du goût de l’ancien chef de l’État, pour qui les enfants qui ont « des habitudes alimentaires confessionnelles » n’ont qu’à aller s’instruire dans des écoles privées.
Une proposition qui, sans nul doute, intéressera la majorité des familles qui n’en n’ont pas les moyens. Pour Nicolas Cadene, rapporteur de l’Observatoire de la laïcité « Le fait est que ce type de mesure va stigmatiser une partie des élèves en raison de leurs convictions personnelles, et va même parfois les exclure. Il y a donc un vrai problème, contraire au principe de la laïcité ».
La laïcité, un concept à la mode
A voir tous les partis évoquer ce fameux principe, y compris le FN, il semble être devenu « tendance », au point de le rendre flou. Mais peut-elle être invoquée lorsqu’il s’agit de supprimer des menus de substitution, créés pour permettre à chacun de manger de la viande, même en cas de restrictions ? « Chaque mairie est souveraine sur le choix des menus et des prestataires » rappelle Nicolas Caden, « en revanche, c’est un contre-sens que d’invoquer la laïcité. Elle ne suppose absolument pas l’interdiction d’une offre de choix ni même l’imposition d’un menu spécifique. En aucun cas. ». Le rapporteur de l’Observatoire va plus loin, pour qui cette affaire est source d’inquiétude « ce serait un changement de conception de ce qu’est la laïcité, telle qu’elle a été conçue avec la loi de 1905. De fait, lorsqu’on l’emploi de cette manière, cela exclue et stigmatise une partie de la population. Alors même que la laïcité est là pour rassembler et assurer le vivre-ensemble ».
Alors que certaines communes sont tentées d’exclure de la cantine les enfants de chômeurs, la question de la stigmatisation dans les écoles publiques revient au centre des débats. La restauration scolaire est un service public, auquel s’applique donc le « principe d’égalité », comme l’affirme la justice administrative. Pourtant, « de fait, il y a de plus en plus de mairies qui reviennent sur cette question de menu de substitution, et nous le regrettons » constate le rapporteur de l’Observatoire de la laïcité.
Célia Coudret

Articles liés

  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022
  • Le plus jeune député de France refuse de serrer la main au RN : qui est Louis Boyard ?

    Il a refusé de serrer la main à un député RN à l'assemblée nationale, il est le plus jeune député métropolitain de l'histoire de la Ve République française, il défend la jeunesse et les combats écologiques... Qui est Louis Boyard, député NUPES de la troisième circonscription du Val-de-Marne ? En s’imposant au second tour des élections législatives face à Laurent Saint-Martin, député sortant LREM, le jeune homme de 21 ans a créé la surprise. Portrait.

    Par Ayoub Simour
    Le 30/06/2022