«C’est fou ici! Dès que t’allumes la télé tu tombes sur un candidat ». Farid n’a pas l’habitude. Cela fait maintenant 4 ans qu’il habite dans le sud des Etats-Unis, à Miami. C’est un jeune entrepreneur, parti de France pour tenter de vivre le « Rêve américain ». Contrairement aux cadres travaillant dans les succursales d’entreprises françaises, il a lancé sa propre boîte pour s’intégrer complètement à la société américaine. Comme beaucoup d’expatriés français, cela lui permet de suivre la campagne avec un certain recul : «A Miami, les médias américains en parlent en coup de vent. Eux ils sont plutôt à fond dans leurs primaires ».

Pour se tenir informé, il a dû s’ajuster et adapter sa consommation médiatique. Ses journées commencent à l’aube: devant un verre de jus d’orange il allume son ordinateur et regarde en ligne le JT de France 2. C’est le moment où il s’imprègne des débats de la société française dont il pourrait se sentir éloigné. Pour l’information quotidienne, il utilise les podcasts en ligne des différentes radios hexagonales, dont RTL. « Quand je fais mon jogging, en voiture ou au bureau, je profite de ces moments pour ne pas être largué ». Le soir sur son écran plat il n’est pas rare de voir tourner en boucle TV5 Monde ou France 24.

Ce n’est pas pour autant que le regard de sa compagne est attiré par ces images. Déjà lorsqu’elle était en France, les précédentes campagnes politiques ne l’intéressaient guère. Leurs amis français ont un avis bien arrêté sur la question. Farid ne peut s’empêcher de remarquer qu’ils sont nombreux issus de milieux aisés. Donc, selon lui, leur choix sera vite fait. Le 22 avril prochain, ces expatriés d’Amérique voteront pour une « France forte ».

Farid se distingue par un choix politique atypique. Cet enfant du sud, issus d’une famille modeste d’origine étrangère, a décidé de ne pas aller voter. Il a bien étudié les programmes des candidats, et pourtant aucun ne lui plaît. « Surtout quand tu lances ton business à l’étranger tu te rends compte de toutes les conneries que peuvent raconter les politiciens français sur l’économie et la mondialisation ».

Ines Hamici

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021