François Bayrou n’a pas besoin d’être explicite sur ses intentions. On comprend que cet homme-là vise l’Elysée, et rien d’autre. Alors, patienter cinq ans encore, ce n’est pas si long. Il va créer sa propre force de frappe, un Parti démocrate, a-t-il annoncé hier après-midi dans un grand hôtel parisien. Il présentera des candidats dans toutes les circonscriptions aux législatives de juin. Officiellement, il s’agit de doter la France d’une troisième formation politique importante, à côté de l’UMP et du PS. Mais le rêve de Bayrou est sans doute d’en faire un Parti démocrate à l’américaine, nouvelle offre d’alternance à la puissance de droite qu’est devenue l’UMP. Le Béarnais estime sûrement qu’une victoire de Nicolas Sarkozy le 6 mai, davantage qu’une défaite, servirait ses desseins. Il s’ensuivrait une crise au PS, qui provoquerait sans doute des départs vers le Parti démocrate.

On n’en est pas là. Ségolène Royal peut gagner. Bayrou a accepté de débattre publiquement avec elle. Il trouve le programme de la candidate socialiste trop étatiste, mais, à l’entendre, il aime encore moins le style de Sarkozy, qui, « par sa proximité avec les milieux d’affaires et les puissances médiatiques, par son goût de l’intimidation et de la menace, va concentrer les pouvoirs comme jamais ils ne l’ont été. Par son tempérament, et les thèmes qu’il a choisi d’attiser, il risque d’aggraver les déchirures du tissu social, notamment en conduisant une politique d’avantage au plus riche ». François Bayrou nourrit de hautes ambitions. Mais cela justifie-t-il qu’il puisse instrumentaliser à des fins personnelles les banlieues, à la rencontre desquelles il est allé durant sa campagne ? Avec humanité, il les a mises en exergue de sa conférence de presse: « Partout on croise de lourdes misères, personnes âgées aux ressources très faibles, travailleurs pauvres, difficultés de logement, partout la couleur de la peau, la consonance du nom, la religion, dressent les Français les uns contre les autres, partout le quartier où l’on vit, l’adresse postale, forment un ghetto. »

Le futur chef du Parti démocrate sait que de nombreux Français issus de l’immigration maghrébine et sub-saharienne ont voté pour lui dimanche dernier, dans l’espoir qu’au second tour, il formerait le meilleur rempart à Nicolas Sarkozy, qui leur fait peur. Ses 18,5%, François Bayrou les doit aussi à cet électorat-là. S’il pense vraiment que le président de l’UMP est un danger pour la concorde nationale, la logique, sinon la morale, voudrait qu’il appelle, même avec des réserves, à voter pour Ségolène Royal. François Bayrou est la vedette de l’entre-deux tours. On l’attend désormais au tournant des législatives. Qu’adviendra-t-il de lui s’il ne parvient pas à constituer un groupe « démocrate » dans la future Assemblée ? Il prend un gros risque.

Antoine Menusier

Antoine Menusier

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021