Le 28 septembre 2017, en pleine séance plénière du conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, Vijay Monany, élu Les Républicains, directeur de cabinet du maire du Blanc-Mesnil, a tenu des propos polémiques sur les habitants du département. Haikel Drine, maire-adjoint de la même ville a souhaité lui répondre. 

Suite aux échanges concernant la question de l’hébergement alternatif en Seine-Saint-Denis qui se sont tenus lors de l’assemblée plénière au Conseil Départemental du 28 septembre 2017, des propos ont été tenus par Vijay Monan. En qualité d’élu local, habitant de Seine-Saint-Denis et issu de la diversité, j’ai été profondément choqué par la teneur de ses propos : « Mais je vous le dis, calmement, fermement, monsieur le Président, vous aurez beau urbaniser toute la France, vous ne parviendrez pas à loger toute l’Afrique ».

Est-ce donc ainsi que l’on s’exprime encore au 21ème siècle ? Stigmatiser un continent, une population sur la base de sa couleur de peau, c’est indigne de vous, un élu !  Vos amalgames salissent nos quartiers que vous ne connaissez visiblement pas.

Habiter et vivre en Seine-Saint-Denis est pour moi une chance en tant que citoyen et élu.

Nous qui y vivons et y travaillons au quotidien, nous refusons encore une fois cette stigmatisation publique.

Notre territoire, nous l’aimons et nous avons choisi d’y vivre et d’y rester pour ce qu’il est vraiment et pour ce qu’il représente.

Je peux entendre que cela ne vous convienne pas, mais pourquoi alors vous y présenter aux élections et y travailler au sein d’une de nos collectivités qui se doit d’apporter un service rendu à ces populations ?

Loin de tous les fantasmes colportés par certains médias et politiques, le Blanc-Mesnil est une ville plurielle où vivent femmes et hommes d’origines, d’opinions et de religions différentes, sans que l’une n’ait pris le pas sur l’autre dans l’espace public.

Le débat qui se pose à notre département n’est pas celui « d’accueillir toute l’Afrique« , là n’est pas la question !

En Seine-Saint-Denis, nous le savons, le tiers de la population est d’origine africaine, il n’en demeure pas moins, et il va falloir vous y faire, qu’ils font partie intégrante de notre département au même titre que toutes les populations accueillies depuis de nombreuses années. Ces populations ont largement contribué à la grandeur de notre identité.

Doit-on rappeler que la France occupe, de par son histoire, une place prépondérante en Afrique ?

Les liens qui unissent ces deux rives sont bien plus forts que vos arguments visant à attiser la haine. Comme le rappelait François Mitterrand, « sans l’Afrique, il n’y aura pas d’histoire de la France au XXIe siècle ».

Au-delà du caractère nauséabond du propos, vouloir représenter ainsi ces populations dévoile une profonde méconnaissance du territoire et de ses enjeux qui fait honte à notre belle ville du Blanc-Mesnil.

Parce qu’elle contient en son sein toutes les composantes de la société française, le Blanc-Mesnil est une ville où se construit la France de demain. Tous ces citoyens, quel que soit leur parcours, ont leur place, une richesse et du talent.

À l’heure où les clichés, le mépris et les stigmatisations véhiculés sur notre territoire par certains médias sont légions, nos acteurs locaux contribuent au quotidien au vivre ensemble alors que vous avez fait le choix de le détruire… Honte à vous !

Il est de mon devoir en tant qu’élu de la République de condamner fermement vos propos.

Que visez vous ? Pourquoi stigmatiser une partie de notre population ? Serait-ce pour gagner les faveurs d’un certain électorat ?  Quoiqu’il en soit, cette posture est indigne d’un élu de la république. Elle méprise les valeurs de Liberté, Égalité et surtout Fraternité.

Je vous le dis, Monsieur le Conseiller Départemental, vous aurez beau faire amende honorable, rien n’effacera l’affront fait à nos quartiers et nos populations.

Il devient urgent pour vous de nous respecter et si l’exercice vous est trop difficile : personne ne vous retient ! Car la Seine-Saint-Denis, on l’aime ou on la quitte !

Nous n’oublierons pas.

Haïkel DRINE, maire-adjoint Le Blanc Mesnil, habitant de la Seine-Saint-Denis, militant associatif

Articles liés

  • « Les musulmanes sont victimes lorsqu’elles sont silencieuses, soldates de l’islam politique lorsqu’elles parlent »

    Alors que le Sénat examine le projet de loi renforçant les principes républicains (contre le 'séparatisme'), les discussions autour d'amendements portés par la droite alimentent la polémique, notamment chez les observateurs internationaux. L'interdiction des femmes qui portent le voile d'accompagner les sorties scolaires cristallise un nouveau virage dans la confusion volontaire entre laïcité et neutralité. Aïcha Bounaga, chercheuse en sciences politique à Sciences Po Bordeaux analyse cette mise au pas violente, notamment pour les musulmanes. Entretien.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 09/04/2021
  • C’est une bonne situation, ça, énarque ?

    Ce jeudi 8 avril, le président de la République devrait annoncer la suppression de l'ENA (École Nationale d'Administration), dans le cadre d'une grande réforme de la haute fonction publique afin d'assurer plus d'inclusivité au sein des sphères décisionnelles encore trop fermées. Pour notre rédactrice Eugénie Costa, cela ne suffira pas à régler le problème bien plus profond de la représentativité et de la diversité des élites. Billet.

    Par Eugénie Costa
    Le 08/04/2021
  • “La lutte contre le séparatisme a pris le dessus sur l’égalité des chances”

    Alors que l'espace médiatique a été occupé ces dernières semaines par la thématique du séparatisme, le gouvernement a aussi annoncé dans le même temps des mesures sociales en faveur des quartiers populaires et de l'égalité des chances. Des mesures passées presque inaperçues, qui cachent mal le tournant vers la droite du gouvernement Macron. Analyse.

    Par Hervé Hinopay
    Le 22/02/2021