Palais Omnisports de Paris Bercy. Nicolas Sarkozy a tenu son dernier grand meeting avant le deuxième tour. Pour l’occasion, c’est plus qu’un meeting, mais un véritable show que l’équipe de Sarkozy a concocté. Un casting dément est venu afficher son soutien au candidat UMP. Parmi les invités : Johnny Hallyday, doc Gynéco, Alain Prost, David Douillet, les frères Bogdanov, Thierry Rolland, Philippe Bouvard, Basile Boli, Bernard Laporte, sans compter les interventions au micro de Véronique Genest, Enrico Macias, Jean-Marie Bigard pour la petite blague, et Gilbert Montagné, puis Faudel pour pousser la petite chansonnette. Le speaker annoncera 20000 personnes assises, 10000 dans les gradins, et 10000 dehors devant l’écran géant. Très fort le Monsieur Sarkozy pour son dernier grand RDV de Paname, engagement, promesses, séquences émotions, les petites phrases qu’il aime bien, attaques en direction de l’adversaire, un discours complet qui a ravi les fans de Sarkozy, mais qui est certainement démagogique du point de vue des oreilles de gauche.

« J’avais rassemblé ma famille politique, il me fallait maintenant rassembler les Français. Il me fallait ouvrir aux autres, à leurs idées, à leurs convictions, à leurs croyances qui n’étaient pas forcément les miennes. Il me fallait aller à leur rencontre, les comprendre et partager leurs joies, leurs peines, leurs angoisses, leurs attentes. Car il est impossible de comprendre quelqu’un quand on n’est pas capable de ressentir ce qu’il éprouve au plus profond de lui. Il me fallait me donner tout entier, il me fallait aimer, aimer sans réserve, abolir toutes les barrières, supprimer toutes les distances et par conséquent à mon tour accepter de devenir plus vulnérable et prendre le risque de souffrir, et bien c’est ce que j’ai fait. Je ne connais pas l’avarice des sentiments lorsqu’il s’agit de la France et des Français. »

L’homme qui a écrit le discours de Nicolas Sarkozy, en tout cas, il ne rigole pas ! Il y en avait pour tout le monde, pour tous les âges, pour toutes les sensibilités. Après le meeting, j’ai réussi à me faufiler dans le salon des invités, auprès des réservoirs de voix, pour tendre mon micro. 

Pour écouter le reportage. audioSarko.mp3

Sin Chou

Chou Sin

Articles liés

  • Le problème Roussel des élus des quartiers populaires

    Dans l’ancienne banlieue rouge, les élus locaux du PCF sont légion à serrer les dents face aux sorties réactionnaires de leur secrétaire national. L’omniprésence médiatique de Fabien Roussel et son éloignement manifeste des fondamentaux du parti commencent à être ouvertement critiqués. (Un article d'abord publié chez Mediapart, dans le cadre de notre partenariat).

    Par Héléna Berkaoui, Olorin Maquindus
    Le 04/10/2022
  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022