MUNICIPALES 2014. Dans les rues de Bordeaux, les habitants sont peu loquaces sur la politique et les municipales en général. Entre résignation et contentement, derrière l’ombre de Chaban-Delmas, se promène celle d’Alain Juppé. Vidéo.

A moins d’un mois du premier tour des municipales, on cherche à discuter avec la jeunesse bordelaise. Place de la Victoire, rue Sainte-Catherine ou sur les quais, presque à chaque rencontre, les jeunes se ferment, visiblement dérangés dans leur quotidien paisible. « On est pressés » qu’ils disent. Mais c’est compréhensible, Séphora ferme bientôt ses portes, il est 11h30.

A chaque coin de rue, les jeunes font une moue gênée comme pour dire : « je n’aime pas beaucoup la politique, je n’aime pas beaucoup les Parisiens non plus, et puis… Je ne sais pas exactement quand c’est, les municipales ». Un quotidien paisible pour une identité en passe de devenir aussi lisse que les murs de la ville, satinée.

Quand ils acceptent d’échanger avec nous et donnent leur avis, ils doivent réfléchir deux ou trois fois à ce qu’ils vont dire. Un avis de passage. S’ils veulent que « ça » continue avec Alain Juppé, ils ont surtout l’air de penser : « oh la ville est si belle, c’est quand même vraiment un bon maire… » Et quand ils veulent du changement, ils ne savent pas vraiment pourquoi, c’est un peu par principe, parce qu’on leur a appris à faire la fine bouche.

Et cette jeunesse dorée n’a pas peur de l’avenir. Elle n’a pas non plus l’air serein mais il faut dire que la ville en a décidé pour elle. Ce conservatisme ambiant, on le sent jusque chez les lycéens. « InCité » rénove la ville, mais elle semble façonner aussi l’intériorité des plus jeunes. Très vite. Il le faut. Pas d’aspérité, pas de vagues, on coupe, on tranche tout ce qui dépasse, vilains corps étrangers.

Alain Juppé, c’est cette figure du père, protecteur à souhait. Un bienfaiteur pour Bordeaux. Parfois, certains y vont de leur petit commentaire, finement réfléchi, pour expliquer pourquoi la jeunesse de la ville se désintéresse à ce point de la politique. La mentalité de droite disent-ils, ou alors un peu de découragement peut-être, pour les plus idéalistes, ces perles rares.

Mais il faut bien dire une chose, la jeunesse de Bordeaux, quand bien même elle se lèverait un dimanche pour aller aux urnes, ne daignera probablement même pas offrir le bénéfice du doute aux autres candidats. Elle a grandit avec Alain Juppé, alors elle ne veut pas d’un père adoptif. Elle ne quitterait pour rien au monde cette prison dorée où il fait si bon vivre. Et puis, c’est fatiguant quand même, le changement… Paraîtrait même qu’il faut se battre pour ça. Quelle idée… Et c’est quand les municipales déjà ?

Anne-Cécile Demulsant et Latifa Oulkhouir

httpv://www.youtube.com/watch?v=HMQ7yiGt_as

Articles liés

  • À Aubervilliers, la NUPES se rassemble « pour l’histoire »

    La NUPES - Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale - s'est lancée officiellement à Aubervilliers. Après des jours de négociations médiatisées, les partis de gauche se sont réunis samedi 7 mai en Seine-Saint-Denis pour lancer officiellement la campagne des législatives avec lesquelles ils et elles espèrent transformer l'essai de Mélenchon à la présidentielle. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 08/05/2022
  • Législatives vues des quartiers : l’union et maintenant quoi ?

    Alors que La France Insoumise mène les négociations pour finir l'union de la gauche avec le Parti Socialiste, après les communistes et les écologistes, dans les quartiers le sentiment paraît mitigé. Entre la possibilité de voir la gauche s'imposer aux législatives et la mise à prix des circonscriptions populaires, au grand dam de certains élus de terrain. Décryptage.

    Par Jalalle Essalhi
    Le 05/05/2022
  • Dans le XIXème, on a voté Macron à « contre-cœur »

    Fief Mélenchoniste au premier tour, le XIXème arrondissement a finalement voté à 85,85 % pour Emmanuel Macron au second tour. C’est d’ailleurs à Paris, que le Président réélu réalise ses meilleurs scores. Kamélia Ouaissa est allé à la rencontre des électeurs, souvent coincés entre devoir et amertume. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 26/04/2022