Marine Le Pen arrive à 10 heures 15. A la sortie de sa voiture noire, la foule scande son prénom et veut l’approcher. Les militants l’applaudissent en criant « Marine Présidente, Marine Présidente ». Tout le monde se bouscule. Les gens de la sécurité ont du mal à contrôler les militants, mais aussi les journalistes venus eux aussi en nombre. Tout sourire, Marine Le Pen ne peut cacher sa joie d’être là. Elle se place devant le cortège. A ses côtés, Jean Marie Le Pen, son épouse, Gilbert Collard. Bruno Gollnisch et Florian Philippot sont également présents.

Le défilé démarre. Les militants chantent l’hymne national et d’autres crient « on est chez nous, on est chez nous ». Parmi les militants, Fatya, 29 ans, fait partie des gens déçus de la politique menée par Nicolas Sarkozy. Elle  vient de La Haute-Garonne, c’est son premier défilé. Fatya est séduite par  les idées proposées par Marine Le Pen, « elle parle au peuple avec ses tripes, elle comprend nos souffrances. Ce n’est pas le cas des autres candidats. » Elle est venue pour recevoir la consigne de vote que donnera la candidate pour laquelle elle a voté au premier tour. Elle hésite entre voter blanc ou Sarkozy au second tour de la présidentielle.

La marche terminée, la place de l’Opéra se remplit très rapidement. Les militants se dépêchent pour être le plus près possible de la scène et ne rien manquer du show.  C’est Jean-Marie Le Pen qui ouvre le bal, congratulé par les militants qui lui crient « Merci Jean-Marie ». Il rappelle l’histoire de Jeanne d’Arc,  de sa révélation jusqu’à sa mort. Il ajoute, « on dit couramment en politique, les Français n’ont pas de mémoire et c’est vrai si l’on juge par leur naïveté à l’aube des promesses qu’ils leur sont faites et qui ne sont pas tenues. »

Marine Le Pen enchaîne, « Le 1er mai est la fête de Jeanne d’Arc et du travail. Le 1er mai fête cette héroïne et martyre de l’unité nationale mais aussi fête de la nation et donc de tous les français ». Elle ajoute que « c’est la fête de tous les travailleurs mais aussi de tous les retraités et de tous les chômeurs, mais aussi des exclus ainsi que de tous les jeunes qui souhaitent travailler. Nous pensons à tous ces gens aujourd’hui. »

Elle fait référence au score de 17,9% et remercie les militants pour leur mobilisation. Pas de consigne de vote prodigué pour le second tour. Elle veut pouvoir laisser les militants choisir en leur  âme et conscience. Pour sa part, elle votera blanc et n’oublie pas les prochaines législatives en juin 2012.

Présent aussi, Jomis, militant de longue date d’origine ivoirienne votera Hollande pour empêcher Sarkozy de devenir Président. Son but : déstabiliser l’UMP pour avantager le Front National lors des prochaines législatives. Il dit aussi en vouloir à Nicolas Sarkozy « pour sa politique menée en Côte-d’Ivoire ». Son pays d’origine.

Hana Ferroudj

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021