Ségolène Royal en visite dans le 93; classique direz-vous. Nullement, d’habitude elle vient à Bondy, à la mairie le plus souvent, à un jet de pierre de chez moi. Aujourd’hui, c’est à Clichy sous Bois, l’endroit le plus inaccessible du comté pour qui n’a pas le permis. J’ai mis Quarante minutes pour faire cinq kilomètres. C’est quatre fois moins pour rejoindre la gare du Nord à une distance triple. Donnez-leur un train à ces gens, s’il vous plait ! Un moment faut arrêter. C’est ce petit truc simple qui vous change la vie, qui fait vraiment plaisir et qui permettrait à 30 000 habitants d’avoir l’impression de vivre dans le même pays que nous.

Madame Royal est donc venue dans cette terre lointaine signer le contrat  » social et citoyen  » rédigé par l’association AC Le feu à destination des candidats. Elle en a profité dans la foulée pour déposer une gerbe de fleurs sur la stèle commémorative à la mémoire de Zyad et Bouna, les deux jeunes clichois morts dans un transformateur EDF en novembre 2005.

C’est après un passage éclair dans les locaux d’une association de quartier, que la candidate s’est rendue dans une maison de la jeunesse pour signer ce fameux contrat réunissant 105 propositions « concrètes », synthèse des cahiers de doléances récoltés par l’association dans de nombreux quartiers populaires de France. Emploi, qualité de vie, logement, transport, sont évoqués dans ce document, tout ce qui en somme fait défaut à Clichy sous Bois. Mohammed Mechmache, président d’AC le feu invite tous les candidats à signer à leur tour cet engagement, sauf Nicolas Sarkozy  » qui a une double casquette, mais qui est le bienvenu s’il démissionne de son poste de ministre de l’intérieur  » affirme-t-il.

Plusieurs membres de l’association hôte, ont un peu pesté sur le déroulement de la visite « le tour des quartiers avec les maires, qu’il le fasse à un autre moment. On n’est pas positionné politiquement. Elle est venue pour signer le contrat, les élus ne doivent pas récupérer cette affaire », lance un membre à son voisin.

Les journalistes ont également eut droit à leur volée de bois vert. Faut dire que toute la profession se bousculait sur une surface de 3m², devant la table, où était assise la candidate. Les enfants de 8 ans entre les journalistes et le bureau où siégeait la star, ont pu goûter à cette joyeuseté journalistique à laquelle je m’initie depuis que j’ai la mission de suivre Ségolène Royal pour le Bondy Blog ; ce petit moment Nutella où France 3 et l’AFP se livrent à un combat de caméra sur votre tête. « Ce sont des chacals, affirme Sarah, 12 ans, il est beau l’exemple pour la jeunesse ». Une personne du staff d’AC le feu préfère relativiser : «en même temps faut bien qu’ils fassent leur boulot, on ne peut pas leur reprocher. Quand il y a du monde c’est normal que ça se bouscule. »

Les habitants des quartiers ont réservé un bon accueil à l’invitée du jour. Elle a été plusieurs fois applaudie comme lorsqu’elle lança « Vous n’êtes pas un problème mais une partie de la solution à nos problèmes ». « Une femme présidente ça serait bien, bien sûr. Ça sera déjà mieux que Sarkozy » m’affirma une petite midinette dont j’ai oublié le nom. Pareil pour Corinne, clichoise depuis 40 ans, affirmant être heureuse dans sa ville « même s’il y a beaucoup à faire et qu’on nous a un peu oublié pendant la campagne. Ségolène présidente ? oui, j’aimerais bien ».

Peu de temps après le départ de madame Royal, Olivier Besancenot arrive à son tour faisant déserter les trois quarts de la salle…

 

 

Ecoutez les réactions de quelques jeunes. 2’10. jeunes.mp3

Ecoutez la réaction de Claude Dilain, maire de Clichy sous Bois. 2’49. dilain.mp3

Idir Hocini et Nordine Nabili

Idir Hocini

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021