LA MESSE EST DITE. Troisième épisode de la chronique dominicale de Lansala. Le président sortant est plongé dans une saga qui n’est pas près de se terminer. Lansala interprète pour nous ce qu’il perçoit de tout ce remue-ménage.

La vie suit son cours, je laisse mon empreinte le temps d’un set. C’est une œuvre illustrée par la droite ou par Sempé. Un livre qui ne subit pas l’effet incontesté du temps. Je vais vous raconter l’histoire de la chute d’un empereur. Après avoir marché  le temps d’un long hiver menant sa tribu sur la banquise, du nom de France …

C’est l’heure des pourparlers. On se chamaille becs et ongles. Son adversaire n’est d’autre qu’un phoque, en d’autres termes un éléphant des mers. Chacun arbore son cri de guerre. L’empereur manchot jabote : « La France forte » face à l’éléphant des mers qui grogne : « Le changement c’est maintenant ». On joue à qui crie le plus fort,  à qui a le plus de voix. Lutte courtoise en surface mais virulente sous les profondeurs de l’océan.

Le 6 mai, les chants du phoque retentissent et renversent la marche de l’empereur. Le manchot sans couronne se noie sous le silence … S’ensuit une plongée sous-marine à vingt mille lieues sous les mers en colloque avec le Capitaine Nemo. « Il n’a pas jaboté sans dernier mot » s’interloque Jean Pierre.

L’ex-empereur manchot ressort la tête de l’eau. On le voit par ici, on le voit par là . C’est un globe-trotteur en puissance, le Air Manchot One a l’air d’avoir toujours autant de carburant. Dans son éviction il laisse derrière lui une flopée d’orphelins terrorisés sous la bannière UMP (Union du Mouvement d’ailes Parallèle). L’attente est inconcevable, une lutte fratricide éclate. L’ex-empereur de son siège éjectable voit tout sur le rivage. Sa chère progéniture s’entredévorait, mettant à feu et à sang son œuvre, son parti. De sa tour d’ivoire, guidé par son aura de chef suprême, il calma ses enfants indisciplinés.

Le tour du monde peut reprendre, le phoque règne sur la banquise ! Lors d’une visite au salon de l’Agriculture il lance,  « tu ne le verras plus » en parlant de son éternel rival à une enfant. Grigri et maraboutage prennent le pas sur le Tarmac. À peine rentré de Libye, la phrase enchanteresse fait son effet. Il est mis en examen pour abus de faiblesse dans l’affaire Bettencourt.

L’immunité présidentielle tombe et ça tire à vue . L’ex-empereur manchot n’a pas dit son dernier mot : « Je ne vais pas me laisser faire ! » Allez, c’est au tour des brebis égarées de donner le « thon ». Ça prend des proportions incommensurables, jusqu’à un certain matin où l’on atteint l’apothéose, allez soyons fous, l’orgasme ! Le juge pas très méchant reçoit une lettre de menace de mort avec une balle de fusil de chasse sous-marine ! Guidé par mon sixième sens, je vois déjà le coupable me chanter : « C’est quelqu’un qui m’a dit, de faire payer ce vaurien ! »

Tout laisse présager que Little Italy à prit d’assaut Paris, laissant un parfum de Sicile ici et là. On se pose la question : est-ce une affaire parmi tant d’autres qui va ressurgir ? Il faut le dire, il se voyait déjà secrètement en haut de l’affiche pour 2017. La politique prend parfois des tournures inattendues. Vous souvenez-vous d’un homme aux initiales à trois lettres voulant gouverner la France ? Il la choque de jour en jour, c’est une source de scandales intarissable. Notre cher manchot ex-empereur va-t-il sombrer lui aussi dans d’incessantes accusations ou dépasser tout ça et tenter 2017 ? C’est une éternelle mascarade qui se trame sans mascara.

Lansala Delcielo

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021