Philippe Doucet et Faouzi Lamdaoui sont tous deux socialistes. Et tous deux briguent le mandat de maire. Problème : il ne peut en rester qu’un. Petit retour en arrière. D’un côté, Philippe Doucet. Il est Conseiller Général d’Argenteuil. Implanté dans la région, il s’estime candidat socialiste naturel à la mairie d’Argenteuil. De l’autre, Faouzi Lamdaoui (photo: en costume-cravatte, au centre avec François Hollande). Il est secrétaire national à l’égalité des chances. Déjà candidat aux législatives, il a été choisi par la direction nationale du parti socialiste pour se présenter face au maire sortant UMP. « Parachuté », disent ses adversaires, au nom du principe de diversité souhaité par le PS, qui consiste à présenter un plus grand nombre de candidats issus de l’immigration.

Mais dans une élection locale, il semble que les ordres venus d’en haut passent mal. A l’issue de la primaire, c’est Philippe Doucet que les votes des militants socialistes du val d’Oise désignent comme candidat. Fin de l’épisode, pourrait-on penser. Un candidat a été choisi. Mais Faouzi Lamdaoui, et le bureau national du PS, ne comptent pas s’arrêter là. Faouzi Lamdaoui avait boycotté le vote. Il en conteste le résultat (57 % des voix pour Philippe Doucet, 41% pour le strauss-kahnien Alain Leikine, 0,9 % pour Faouzi lamdaoui) et parle de « vote à la soviétique ». La direction du PS, elle, a demandé à la fédération du val d’Oise de « geler » le vote. En vain. Les socialistes du 95 considèrent le scrutin « parfaitement valide et incontestable». Faouzi Lamdaoui est resté injoignable toute la semaine. Il a cependant réagi à plusieurs reprises dans la presse. Pour lui, l’ensemble de l’affaire n’a pas lieu d’être. Il réfute les accusations de « parachutage » et réplique qu’il était déjà là, seul socialiste face à l’UMP, aux élections législatives de Juin dernier.

Philippe Doucet, depuis le début de l’affaire, a choisi de ne pas alimenter la polémique. En position de force après le vote des militants, il est tout à son intérêt de se concentrer sur sa campagne électorale. En interview, le seul et unique sujet qu’il consent à aborder, c’est l’avenir d’Argenteuil. Troisième ville d’Ile-de-France, la commune a pourtant bien mauvaise réputation : s’il est une chose que tout le monde connaît d’Argenteuil, c’est sa dalle et le mot de « racaille », lancé par Nicolas Sarkozy un jour d’Octobre 2005. Pourtant, Philippe Doucet l’assure, « Argenteuil n’est pas une cité-dortoir » : limitrophe de Paris, en front de Seine, la ville brasse diverses classes sociales et a un vrai dynamisme. « C’est une vraie ville, qui fonctionne un peu comme un gros village […] Une ville en pleine évolution ». Un potentiel que le candidat compte bien exploiter avec un programme tourné vers « la culture et l’urbanisme », notamment pour mieux tirer parti de la capitale toute proche. Son but : que ses concitoyens soient de nouveau « fiers d’être Argenteuillais ».

Philippe Doucet le dit et le répète, la polémique, et les affaires internes au Parti Socialiste, ne l’intéressent pas. Seul compte sa campagne « pour les Argenteuillais ». Reste à savoir contre combien d’adversaires, et issus de quels camps, il aura à la mener.

Eloïse Pion (Extramuros)

Eloïse Pion

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021