Philippe Doucet et Faouzi Lamdaoui sont tous deux socialistes. Et tous deux briguent le mandat de maire. Problème : il ne peut en rester qu’un. Petit retour en arrière. D’un côté, Philippe Doucet. Il est Conseiller Général d’Argenteuil. Implanté dans la région, il s’estime candidat socialiste naturel à la mairie d’Argenteuil. De l’autre, Faouzi Lamdaoui (photo: en costume-cravatte, au centre avec François Hollande). Il est secrétaire national à l’égalité des chances. Déjà candidat aux législatives, il a été choisi par la direction nationale du parti socialiste pour se présenter face au maire sortant UMP. « Parachuté », disent ses adversaires, au nom du principe de diversité souhaité par le PS, qui consiste à présenter un plus grand nombre de candidats issus de l’immigration.

Mais dans une élection locale, il semble que les ordres venus d’en haut passent mal. A l’issue de la primaire, c’est Philippe Doucet que les votes des militants socialistes du val d’Oise désignent comme candidat. Fin de l’épisode, pourrait-on penser. Un candidat a été choisi. Mais Faouzi Lamdaoui, et le bureau national du PS, ne comptent pas s’arrêter là. Faouzi Lamdaoui avait boycotté le vote. Il en conteste le résultat (57 % des voix pour Philippe Doucet, 41% pour le strauss-kahnien Alain Leikine, 0,9 % pour Faouzi lamdaoui) et parle de « vote à la soviétique ». La direction du PS, elle, a demandé à la fédération du val d’Oise de « geler » le vote. En vain. Les socialistes du 95 considèrent le scrutin « parfaitement valide et incontestable». Faouzi Lamdaoui est resté injoignable toute la semaine. Il a cependant réagi à plusieurs reprises dans la presse. Pour lui, l’ensemble de l’affaire n’a pas lieu d’être. Il réfute les accusations de « parachutage » et réplique qu’il était déjà là, seul socialiste face à l’UMP, aux élections législatives de Juin dernier.

Philippe Doucet, depuis le début de l’affaire, a choisi de ne pas alimenter la polémique. En position de force après le vote des militants, il est tout à son intérêt de se concentrer sur sa campagne électorale. En interview, le seul et unique sujet qu’il consent à aborder, c’est l’avenir d’Argenteuil. Troisième ville d’Ile-de-France, la commune a pourtant bien mauvaise réputation : s’il est une chose que tout le monde connaît d’Argenteuil, c’est sa dalle et le mot de « racaille », lancé par Nicolas Sarkozy un jour d’Octobre 2005. Pourtant, Philippe Doucet l’assure, « Argenteuil n’est pas une cité-dortoir » : limitrophe de Paris, en front de Seine, la ville brasse diverses classes sociales et a un vrai dynamisme. « C’est une vraie ville, qui fonctionne un peu comme un gros village […] Une ville en pleine évolution ». Un potentiel que le candidat compte bien exploiter avec un programme tourné vers « la culture et l’urbanisme », notamment pour mieux tirer parti de la capitale toute proche. Son but : que ses concitoyens soient de nouveau « fiers d’être Argenteuillais ».

Philippe Doucet le dit et le répète, la polémique, et les affaires internes au Parti Socialiste, ne l’intéressent pas. Seul compte sa campagne « pour les Argenteuillais ». Reste à savoir contre combien d’adversaires, et issus de quels camps, il aura à la mener.

Eloïse Pion (Extramuros)

Eloïse Pion

Articles liés

  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021
  • Dégoutée, la jeunesse communiste lâche-t-elle Fabien Roussel ?

    Une partie des jeunes militant·e·s du PCF, des JC (Jeunes Communistes) et de l’UEC (Union des Etudiant·e·s Communistes) se sentent trahi·e·s par les dernières sorties médiatiques du candidat du parti Fabien Roussel. Des ruptures déjà ancrées sur des enjeux de société semblent aussi se consolider, dans un choc de génération. Témoignages.

    Par Anissa Rami
    Le 15/09/2021