MUNICIPALES 2014. Annoncé comme tête de liste PS à Nanterre, le candidat Zacharia Ben Amar est finalement relayé en arrière-plan, au profit de Patrick Jarry. La gauche a décidé de faire front commun pour éviter à l’UMP de faire de Nanterre un Levallois bis.

Il y avait des affiches déjà placardées partout dans Nanterre, témoignant d’une volonté de changement, de renouveau. Et surtout l’audace qui manque tellement à la politique d’aujourd’hui. Et puis non.

Elu avec plus de 80% des voix par les militants socialistes Nanterriens, la candidature de Zacharia Ben Amar signait le grand retour du Parti socialiste à Nanterre. Et un retour fracassant avec un candidat jeune, « issu de la diversité », enfant de Nanterre et surtout connaisseur des questions d’éducation, si décisives en banlieue.

Mais dès le mois de décembre, deux mois à peine après le lancement de sa campagne, les doutes naissaient autour d’un éclatement de la gauche. Doutes qui se sont confirmés en janvier alors que Zacharia Ben Amar annonce dans un communiqué de presse qu’il rejoint l’équipe de Patrick Jarry, anciennement communiste.

Mais il explique qu’il ne s’est pas rallié à n’importe quel prix étant donné que Patrick Jarry a accepté toutes les conditions qu’il avait posées pour son ralliement, « on est pour le rassemblement et on a eu ce que l’on voulait ». Zacharia Ben Amar estime que sa candidature « ne réunissait pas tous les critères » face à un Patrick Jarry « très ancré » à Nanterre qu’il dirige depuis deux mandats maintenant.

Cette liste de gauche unifiée s’explique également par la peur de voir Nanterre tomber aux mains de l’UMP avec la liste dirigée par Camille Bedin. Mais avec le ralliement de Zacharia Ben Amar, force est de constater que la nouveauté, la fraîcheur se trouve du côté de la candidate UMP. Mais étant assez jeune et ne résidant à Nanterre que depuis quelques années, on ne peut pas considérer non plus qu’il s’agisse d’une adversaire redoutable.

Et pourtant, elle fait l’objet d’attaques d’une misogynie rare et de dégradations de ces locaux et incrimine directement l’entourage de Patrick Jarry qui, selon elle, « laisse faire ». C’est pour cette raison qu’elle a fait appel au préfet des Hauts-de-Seine et a même adressé une lettre au ministre de l’Intérieur. Interrogé là-dessus, Zacharia Ben Amar estime que « la violence personnelle, on l‘a tous subie, moi j’ai vu ma tête arrachée, c’est aussi ça une campagne. »

A Nanterre, la campagne est brutale, mais ressemble à toutes les autres par cet aspect : une liste de gauche unifiée conduite par un Patrick Jarry qui ne veut décidément pas lâcher le morceau et une candidate UMP profitant de la campagne pour se faire davantage connaitre. Ni le Parti socialiste ni l’UMP ne prennent de risques. Et comme par un accord tacite, c’est à Patrick Jarry que cela profitera sûrement. Mais, à vaincre sans périls on triomphe sans gloire Messieurs.

Latifa Oulkhouir

Articles liés

  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022
  • Le plus jeune député de France refuse de serrer la main au RN : qui est Louis Boyard ?

    Il a refusé de serrer la main à un député RN à l'assemblée nationale, il est le plus jeune député métropolitain de l'histoire de la Ve République française, il défend la jeunesse et les combats écologiques... Qui est Louis Boyard, député NUPES de la troisième circonscription du Val-de-Marne ? En s’imposant au second tour des élections législatives face à Laurent Saint-Martin, député sortant LREM, le jeune homme de 21 ans a créé la surprise. Portrait.

    Par Ayoub Simour
    Le 30/06/2022