Près de 20 000 sympathisants socialistes se sont réunis ce 11 février au parc des expositions de Villepinte. Ségolène Royal va annoncer son programme tiré des débats participatifs organisés ces derniers mois. L’ambiance travaillée tient en quelques mots  « il faut que ça péte ! ». Les militants du MJS font beaucoup de bruit, les fanions colorés s’agitent dans tous les sens, la musique de boîte de nuit s’échappe des hauts parleurs… Au PS, on veut montrer qu’on est sympa et bon vivant.

Les jeunes sont les plus visibles cette après midi. C’est cette jeunesse qui y croit, celle s’époumonant en slogans avec force rimes et jeux de mots, agitant des drapeaux à l’effigie du totem Royal. C’est franchement beau à voir ces minores qui ont encore le feu sacré politique.

 Aux côtés de ces jeunes excités, louvoyés dans la salle, les éléphants blancs et autres personnalités du parti. Ils y étaient tous de Taubira à DSK, arrivant un par un dans la grande salle, sans susciter plus que ça l’attention des journalistes. Par contre quand Ségolène arrive, c’est Air Force One et la cohue médiatique. A la longue, on s’y fait aux bousculades et aux coups de camera sur la tête.

On peut dire que tous ces militants l’attendaient le programme du président de madame Royal. Une phrase, une acclamation, pour ce qu’elle appelle son « pacte présidentiel ». Un pacte qui entre autre, propose de mettre fin à la précarité et aux difficultés que connaissent les jeunes, de quoi combler le public survolté de la salle.

L’éloquence de la « Zapatera » fut légèrement gâtée par une sono pas très au top. Une simple sonnerie de portable suffisait à rendre une bonne partie de la salle, sourde au discours de la candidate. C’est officiel, Ségolène Royal a désormais un programme, présenté façon grand show. Ca va pouvoir se taper pour de vrai maintenant.

Idir Hocini

Idir Hocini

Articles liés

  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021
  • Dégoutée, la jeunesse communiste lâche-t-elle Fabien Roussel ?

    Une partie des jeunes militant·e·s du PCF, des JC (Jeunes Communistes) et de l’UEC (Union des Etudiant·e·s Communistes) se sentent trahi·e·s par les dernières sorties médiatiques du candidat du parti Fabien Roussel. Des ruptures déjà ancrées sur des enjeux de société semblent aussi se consolider, dans un choc de génération. Témoignages.

    Par Anissa Rami
    Le 15/09/2021